Organisation du 28e Congrès l’Upu en 2025: Les Émirats Arabes Unis succèdent à la Côte d’Ivoire

Bishar Hussein, Directeur général sortant du bureau international de l’Upu. (Photo : Sébastien Kouassi)
Bishar Hussein, Directeur général sortant du bureau international de l’Upu. (Photo : Sébastien Kouassi)
Bishar Hussein, Directeur général sortant du bureau international de l’Upu. (Photo : Sébastien Kouassi)

Organisation du 28e Congrès l’Upu en 2025: Les Émirats Arabes Unis succèdent à la Côte d’Ivoire

Le 25/08/21 à 12:15
modifié 25/08/21 à 12:15
Les travaux en plénière ont repris, le mardi 24 août, avec notamment l’élection du pays qui accueillera le prochain congrès.
Le 28e Congrès postal universel, prévu en 2025, sera organisé par les Émirats Arabes Unis. Ils sont sortis vainqueurs du vote qui les a opposés à la Russie, hier, lors des travaux en plénière. Les Émirats Arabes Unis ont, en effet, obtenus 63 voix sur 132 votants, contre 56 voix pour la Russie. 13 votants s’étant abstenus.

Les travaux en plénière se poursuivent aujourd’hui, avec notamment l’élection des instances dirigeantes de l’organisation. Au nombre desquelles le nouveau Directeur général du bureau international de l’Upu, qui succédera au Kényan Bishar Hussein, ainsi que son vice-directeur général.

Les candidats pour le poste de Directeur général, sont : la Suisse, le Japon et la Belgique. Pour le poste de vice-directeur général, le Cameroun est le seul pays africain, candidat pour l’heure. Il sera opposé, dans cette compétition, à l’Argentine, la Slovénie et l’Ukraine.

Le Burkina Faso est, quant à lui, candidat au poste de membre du Conseil d’exploitation de l’Upu. Et le Mali, candidat au poste de membre du Conseil d’administration de l’Upu.

Au cours d’une conférence de presse tenue le lundi, le Directeur général sortant de l’Upu, Bishar Hussein, s’est dit heureux de faire la passe à une nouvelle génération, surtout en terre africaine. « J’ai fait le tour, c’est le moment pour moi de faire la passe à une nouvelle génération. Je suis très content de cette expérience. Je crois que j’ai fait de mon mieux. Nous avons apporté beaucoup de changements à cette Union. L’organisation de ce 27e Congrès en Côte d’Ivoire, en terre africaine, est un résultat concret. En outre, en 2019, lors d’un congrès extraordinaire à Genève, en Suisse, nous avons sauvé l’Union d’une scission », avait-il affirmé.

Il a noté qu’il avait, entre autres, réussi à créer un équilibre au niveau des membres de l’Upu. En effet, disait-il, avant, les pays industrialisés étaient plus nombreux que les pays en développement. Conséquence : les débats étaient déséquilibrés et tournaient toujours en faveur des pays industrialisés. « Il a fallu que je recrute d’autres membres pour établir l’équilibre. J’ai, en outre, mis un accent particulier sur la politique du genre au sein de l’Union. Nous avons fait beaucoup de réformes et j’en suis véritablement fier », a-t-il insisté.


Le 25/08/21 à 12:15
modifié 25/08/21 à 12:15

LES + POPULAIRES

Covid-19 : 33% des Abidjanais ignorent les facteurs de transmission de la maladie Lutte contre le Vih-Sida et le Covid-19 au poste de contrôle juxtaposé de Laléraba: Les populations riveraines sensibilisées Handicap/Commémoration de la journée internationale : Le RENATH-CI traduit sa reconnaissance au Président Ouattara