Couverture maladie universelle : La Cnam sensibilise dans les marchés du district d’Abidjan

Les vendeuses et vendeurs du marché de Bingerville ont été sensibilisés à l'utilité de posséder une carte Cmu. (DR)
Les vendeuses et vendeurs du marché de Bingerville ont été sensibilisés à l'utilité de posséder une carte Cmu. (DR)
Les vendeuses et vendeurs du marché de Bingerville ont été sensibilisés à l'utilité de posséder une carte Cmu. (DR)

Couverture maladie universelle : La Cnam sensibilise dans les marchés du district d’Abidjan

Le 06/07/21 à 17:04
modifié 06/07/21 à 17:04
La Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), structure de pilotage de la Couverture maladie universelle (Cmu), ratisse large pour atteindre ses objectifs de protection sociale de tous les acteurs socio-économiques de la Côte d’Ivoire. Après les salariés de l’administration publique et du secteur privé, le cap est désormais mis sur les acteurs du secteur informel.

C’est dans cet objectif que se tient, depuis quelques semaines, dans le district d’Abidjan, une campagne d’enrôlement des travailleurs de l’économie informelle pour la Couverture maladie universelle. L’initiative est soutenue par le Bureau international du travail (Bit) à travers le Comité intersyndical pour la transition vers l’économie formelle en Côte d’Ivoire (Citef-Ci). L’enjeu est de rapprocher davantage les populations vulnérables du projet d’assurance maladie du gouvernement.

Mercredi dernier, une équipe de la Cnam était, à cet effet, au marché central de Bingerville pour une opération d’enrôlement des populations locales, mais surtout des commerçantes et commerçants du marché. Des agents, parcourant le marché avec des mégaphones, appelaient les occupants des lieux à rejoindre l’équipe d’enrôlement qui a pris ses quartiers sur place.

Leur appel a été attendu par Koudiratou Balogoun, une commerçante, qui s’est empressée de prendre place dans le rang afin de souscrire à la Cmu. « On nous a dit que la carte Cmu nous permettra de nous soigner à moindre coût dans les hôpitaux publics, avec une prise en charge de 70%. C’est pourquoi, je suis venue me faire enrôler », a-t-elle indiqué.

La commerçante s’est félicitée de la célérité avec laquelle l’équipe de la Cnam mène l’opération. Elle a souhaité que toutes ses ‘‘sœurs’’ vendeuses au marché de Bingerville prennent leur carte Cmu. « Sans une assurance, il est difficile de se soigner. La santé coûte très cher. Il faut donc profiter de l’opportunité que nous offre l’Etat de supporter le coût », a relevé Koudiratou Balogoun.

Comme elle, Mme Konaté dit avoir fait son enrôlement en présentant sa pièce d’identité et en fournissant la photocopie. « J’ai la charge de mes enfants. Je me suis donc dit qu’il faut que nous soyons tous assurés. Je viens de faire ma souscription, je reviendrai pour les enfants », a fait savoir la commerçante. Avant d’ajouter que la Cmu lui permettra de tenir le coup en cas de maladie, tant pour elle que pour ses enfants.

La responsable de l’équipe Cmu, Christelle N’Guetta, a expliqué que l’opération d’enrôlement au marché de Bingerville, programmée sur trois jours, vise à faire souscrire tout le monde, mais surtout les travailleurs du secteur informel, de toutes les nationalités résidant en Côte d’Ivoire. « Nous parcourons toutes les communes, tous les quartiers, toutes les entreprises du district d’Abidjan pour enrôler les populations », a-t-elle confié.


Le 06/07/21 à 17:04
modifié 06/07/21 à 17:04

LES + POPULAIRES

Droit à l’éducation inclusive et maintien des jeunes filles à l’école: Des résultats encourageants Équipement des centres de santé communautaires: Un échographe et un fauteuil dentaire ultra modernes pour Akouédo et Blockhauss Pré-inscriptions dans les universités publiques : Encore 6707 places à combler sur les 19620 disponibles