Sportivement : Asec-Africa, l’écart se creuse...

L'Asec Mimosas devance largement l'Africa sport avec son 27e sacre. (DR)
L'Asec Mimosas devance largement l'Africa sport avec son 27e sacre. (DR)
L'Asec Mimosas devance largement l'Africa sport avec son 27e sacre. (DR)

Sportivement : Asec-Africa, l’écart se creuse...

Le 01/07/21 à 10:23
modifié 01/07/21 à 10:23
Y a-t-il encore match entre l’Asec et l’Africa ? Assurément pas. Car les deux formations ne boxent plus dans la même catégorie. Pendant que les Mimosas fleurissent, avec un 27e titre de champion de Côte d’Ivoire à leur escarcelle, les Aiglons, eux, prennent du plomb dans l’aile. Leur dernier sacre, le 17e date de 2011.

Le problème, c’est que les vert et rouge n’ont pas encore conscience du danger de mort qui guette le club. Et on assiste à un genre dramatique déconcertant autour de l’Aigle malade. Un rite plutôt mortuaire, avec des acteurs aussi déconnectés qu’incompétents.

Tenez, l’Africa sports est placé sous normalisation par un autre comité de normalisation. Ce dernier a placé de nouveaux dirigeants à sa tête. Le président Alexis Vagba, élu en assemblée générale fait de la résistance.

Pendant ce temps, Doré Lacina, ancien patron du club de 1995 à 2002, fait de grands gestes depuis son lieu de retraite. 19 ans après son départ, l’ingénieur des Télécom à la retraite veut revenir diriger le club.

Doré est même très sérieux. Le jeudi 24 juin, il s’est dit prêt à apporter plus d’éclairage avec un projet clair, précis et réalisable à moyen terme, avec des hommes d’expérience et de potentiels partenaires nationaux et internationaux pour relever le club.

Pour ce faire, il a lancé un appel à l’union des fils et des filles du club. Doré veut un rassemblement « autour d’un projet unique pour le renouveau du club. Vainqueur de la Coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe en 1999, Doré qui se dit disponible pour qu’on « évite de privilégier l’argent par la mise en place d’un système de cautionnement. »

En clair, à presque 70 ans, Doré Lacina veut réaliser ce qu’il n’a pas pu faire en 7 ans de présidence, pendant qu’il était bien valide.

Avec lui, un autre fils de la maison, Didier Membê N’Guessan. Toujours annoncé, mais jamais à l’arrivée, revient en force. La dernière tentative du fils du père (l’ancien président du club, Koffi N’Guessan, décédé) remonte à 2014. Il ‘était candidat contre Alexis Vagba.

Deux prétendants qui n’emballent pas trop les supporters, qui veulent plutôt des solutions novatrices pour faire face aux défis du développement et de l’avenir. Encore des luttes internes, alors que personne ne sait encore quand les Aiglons reviendront en Ligue 1.

Pendant ce temps, le rival jaune et noir, si on peut continuer de l’appeler ainsi épouse l’air du temps. L’Asec est en plein dans la mondialisation. Les Jaune et noir qui savent prendre date avec l’histoire ont encore marqué le coup en 2021.

L’on retiendra que l’Asec Mimosas et son président Roger Ouégnin ont remporté le 27e titre de champion, pendant que la Fif était sous normalisation. L’année même où il a plu à Dieu de rappeler à lui, le président de la Fédération ivoirienne de football (Fif), Augustin Sidy Diallo. Ce n’est pas rien.


Le 01/07/21 à 10:23
modifié 01/07/21 à 10:23

LES + POPULAIRES

Éducation : Des avancées notables enregistrées depuis 2011 Droits de l’homme et citoyenneté : Les enseignants de l’Infas formés au civisme Vaccins COVID-19 : Du rejet à la pénurie, comment la Côte d’Ivoire est devenue un modèle de gestion de la défiance