Affaire ‘’bois de Vène volé à San Pedro’’: Le ministère des Eaux et Forêts décline toute responsabilité

Depuis 2013, il est interdit la coupe, le transport, la commercialisation et l’exportation du bois de Vène. (DR)
Depuis 2013, il est interdit la coupe, le transport, la commercialisation et l’exportation du bois de Vène. (DR)
Depuis 2013, il est interdit la coupe, le transport, la commercialisation et l’exportation du bois de Vène. (DR)

Affaire ‘’bois de Vène volé à San Pedro’’: Le ministère des Eaux et Forêts décline toute responsabilité

Le 28/06/21 à 23:32
modifié 28/06/21 à 23:32
Depuis quelques jours circule sur les réseaux sociaux un article intitulé : « Direction régionale des Eaux et Forêts : San Pedro, du bois de Vène d’une valeur de 700 millions de FCfa s’évapore miraculeusement de 40 conteneurs ».

S’il est effectivement vrai que quelques conteneurs contenant du bois de Vène saisis et entreposés dans un parc du Port autonome de San Pedro ont été vidés de leur contenu, le ministère des Eaux et Forêts décline toutefois toute responsabilité dans cette affaire. Le département ministériel dirigé par Alain-Richard Donwahi a produit un communiqué, dont nous avons eu copie, pour le signifier.

« Les services du ministère des Eaux et Forêts de San Pedro n’avaient pas la garde de ces conteneurs et déclinent par conséquent toute responsabilité pour quelque manquement que ce soit », indique le communiqué.

En effet, explique la note, suite au décret et à l’arrêté interministériel pris respectivement en juillet et décembre 2013 interdisant l’exploitation, la coupe, le transport, la commercialisation et l’exportation du bois de Vène, les services des Douanes du Port autonome de San Pedro ont fait la réquisition en 2014 de tous les conteneurs de bois de Vène qui ont dépassé les délais prévus par le moratoire de trois mois.

Une vue du bois de Vène dans des conteneurs. (DR)
Une vue du bois de Vène dans des conteneurs. (DR)



Par la suite, en mars 2015, poursuit le document, les services des Douanes de San Pedro ont saisi 40 conteneurs de bois de Vène appartenant à la société Stebt et les a entreposés au parc Sepba du port de San Pedro.

Après le paiement des droits et taxes à la Douane, une mainlevée a été délivrée en mars 2016 à cette société, lui permettant uniquement la transformation du bois, car la coupe était antérieure au décret.

« Les services douaniers ont confié la surveillance desdits contenus à la société Stebt. En 2019, après le constat de la disparition du contenu de ces conteneurs sur le site, par l’Inspection des Eaux et Forêts du Port de San Pedro, la société a porté plainte en 2020 pour vol contre X avec effraction. La Direction régionale des Eaux et Forêts n’a donc aucune responsabilité engagée dans cette affaire », poursuit le communiqué.

Et de rappeler que le ministère des Eaux et Forêts fait de la lutte contre toutes sortes de criminalités forestières l’un de ses axes d’actions prioritaires et s’est résolument engagé pour la sauvegarde du patrimoine naturel ivoirien.



Le 28/06/21 à 23:32
modifié 28/06/21 à 23:32

LES + POPULAIRES

Droit de propriété intellectuelle : La formation des magistrats recommandée Santé : L’Ong « Avec le Cœur » fait un don de matériel médical aux centres socio-sanitaires Réseau des diplômés de l’Ena : Un site internet pour servir de support de propositions à l’État