1ère édition du Cyber Africa Forum : La lutte contre la cybercriminalité au cœur des débats

Le ministre ivoirien Roger Adom (2e à partir de la droite) a présenté la stratégie mise en place par le gouvernement pour lutter contre la cybercriminalité. (Photo : Ange Kumassi)
Le ministre ivoirien Roger Adom (2e à partir de la droite) a présenté la stratégie mise en place par le gouvernement pour lutter contre la cybercriminalité. (Photo : Ange Kumassi)
Le ministre ivoirien Roger Adom (2e à partir de la droite) a présenté la stratégie mise en place par le gouvernement pour lutter contre la cybercriminalité. (Photo : Ange Kumassi)

1ère édition du Cyber Africa Forum : La lutte contre la cybercriminalité au cœur des débats

« La Côte d’Ivoire a enregistré plus de 20 milliards FCfa de pertes ces dix dernières années ». Tels sont d'entrée les propos du ministre de l’Économie numérique, des Télécommunications et de l’Innovation, Roger Adom, par ailleurs parrain de la première édition du Cyber Africa Forum, pour souligner l’importance de la lutte contre la cybercriminalité en Afrique mais particulièrement en Côte d’Ivoire.

C’était le 7 juin 2021, au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire, à Cocody. Le thème de cette édition était : « Le risque cyber au cœur des enjeux de l’Afrique ».

« Nous sommes confrontés chaque jour au monde virtuel, numérique et digital. Par rapport à cela, il est nécessaire que nous soyons protégés et que nous donnions l’assurance aux entreprises travaillant en Côte d’Ivoire qu’elles seront protégées et que ce cyberespace est sain. L’Etat fait en sorte que le numérique soit un secteur de confiance. Car avec le centre des incidences de sécurité, nous avons enregistré plus de 13 millions d’incidences, plus de 20 milliards FCfa de pertes et plus de 400 personnes appréhendées », a indiqué le ministre Roger Adom.

Il a souligné que pour mener à bien la lutte contre la cybercriminalité, l’Etat ivoirien s’est doté d’un cadre juridique sur la cybersécurité. Entre autres, la loi relative à la cybersécurité et cybercriminalité ; la loi sur la protection des données à caractères personnels ; la loi relative aux transactions électroniques et le décret portant création, organisation et fonctionnement de centre de veille et de réponses aux institutions de la sécurité informatique ainsi que la Plateforme de lutte contre la cybercriminalité (Plcc).

Dr Zouli Boukoungou, commissaire télécommunication et des technologies de l’information de la Cedeao, représentant le président de la commission de la Cedeao, s’est réjoui de l’organisation de ce forum qui s’inscrit dans la vision de son institution.

« Le taux de pénétration d’internet dans la région est passé de 47% à 55,6% de décembre 2019 à décembre 2020. Cela montre comment le Covid-19 a accéléré le développement de l’utilisation des Tic dans la région. Pour la gestion des problèmes liés à la cybercriminalité, la commission de la Cedeao a lancé son agenda de cybersécurité afin de soutenir l’utilisation commune du marché numérique pour une croissance durable en Afrique de l’ouest », a-t-il affirmé.

Quant au commissaire du Cyber Africa Forum, Franck Kié, il était important d’organiser ce forum. Car, selon lui, la digitalisation en Afrique, l’importance du numérique et tous les risques qui sont associés en matière de sécurité informatique deviennent primordiaux pour notre continent. Il fallait donc un évènement qui rassemble tous les acteurs de l’écosystème et la société civile pour trouver des solutions concrètes à apporter à ce domaine.

A l’issue de cette cérémonie, deux Prix dénommés « Hamed Bakayoko » ont été décernés. Le premier prix a été remis au ministre Roger Adom et le second aux enfants de l’ex-Premier ministre feu Hamed Bakayoko qui était avant son décès, le parrain de cette initiative.

Ange Kumassi (Stagiaire)


LES + POPULAIRES

Pré-inscriptions dans les universités publiques : Encore 6707 places à combler sur les 19620 disponibles Accès à la bourse britannique chevening : Touré Mamadou initie un cadre pour le partage de l’information Solidarité : Des kits scolaires et alimentaires offerts à 50 enfants vulnérables d’Abobo