Transformation de la noix de cajou : L’usine Caproci de Tiébissou offrira 390 emplois

Kobenan Kouassi Adjoumani (au centre) s’est informé de l’état d’avancement de la réalisation du projet de construction de l’usine Capro-ci. (Photo : DR)
Kobenan Kouassi Adjoumani (au centre) s’est informé de l’état d’avancement de la réalisation du projet de construction de l’usine Capro-ci. (Photo : DR)
Kobenan Kouassi Adjoumani (au centre) s’est informé de l’état d’avancement de la réalisation du projet de construction de l’usine Capro-ci. (Photo : DR)

Transformation de la noix de cajou : L’usine Caproci de Tiébissou offrira 390 emplois

Le ministre d’État, ministre de l’Agriculture et du Développement rural a visité le chantier le 28 mai.
Dans trois mois, ce sont plus de 390 jeunes hommes et femmes du département de Tiébissou voire de la région du Bélier qui vont tourner le dos à l’oisiveté et à l’envie de tenter une aventure hors de leur localité.

L’usine Caproci, spécialisée dans la transformation de la noix de cajou, en construction depuis décembre 2019 dans la localité de Tiébissou, va effectivement commencer ses activités et offrir des emplois.

Bâtie sur une superficie de 10 hectares, cette unité industrielle va coûter 37 milliards FCfa.

Pour se faire une idée exacte de l’état d’avancement des travaux d’implantation de cette unité industrielle initiée par des opérateurs économiques israéliens, le ministre d’État, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, a effectué une visite du chantier le 28 mai 2021.

En compagnie du corps préfectoral du département, du sénateur Loukou Léon, du maire N’dri Germain et sous la conduite de Shyam Busamwar, directeur de l’usine, le ministre d’État, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani, a tenu à parcourir tous les compartiments de la future usine prévue pour transformer 30.000 tonnes de noix de cajou par an.

Pour démontrer leur volonté de démarrer dans les mois prochains, l’entreprise a déjà commencé à faire des stocks de cajou dans ses gigantesques entrepôts.

« C’est une grande satisfaction parce que la vision du Président Alassane Ouattara, c’est de transformer le maximum de nos matières premières sur place afin que les producteurs bénéficient des plus-values », a relevé le ministre d’État, qui a mis cette occasion à profit pour féliciter le maire N’dri Germain qui a vu juste de prévoir une zone industrielle et favoriser l’installation des opérateurs économiques.

Pour le ministre d’État Adjoumani, la satisfaction est encore plus grande à divers titres. Car au-delà des nombreux emplois directs et indirects que va offrir l’usine, ce projet favorisera le retour à la terre des jeunes et freiner l’exode rural.

Mieux, les jeunes sont désormais convaincus et rassurés qu’en se lançant dans la production de l’anacarde, leurs récoltes seront achetées par l’usine. C’est pourquoi Kobénan Kouassi Adjoumani a demandé aux parents de bien accueillir ces investisseurs étrangers qui ont injecté d’importantes ressources dans ce projet profitable à tous.

Il a également invité les responsables de Caproci à respecter les us et coutumes des populations hôtes en vue d’une cohabitation pacifique.

Après avoir dit infiniment merci au Chef de l’État qui a autorisé ce partenariat, N’dri Germain, le maire de Tiébissou, a témoigné sa gratitude au ministre d’État, ministre de l’Agriculture et du Développement rural pour son implication personnelle qui a permis de concrétiser ce projet.

Selon lui, les recrutements et les formations des futurs employés ont déjà débuté à Yamoussoukro.

N’Dri Célestin


LES + POPULAIRES

Axe Tiébissou-Djébonoua: Une collision entre deux camions fait une victime et d’importants dégâts matériels Concours de la Fonction publique 2021 : La date des inscriptions en ligne prorogée Prévention contre la torture : L’ACAT présente les outils de plaidoyer et de sensibilisation