Adressage du district d’Abidjan: Bruno Koné : “ Tout est enfin en place pour le démarrage effectif du projet ”






Des membres du cabinet du ministre Bruno Koné (au centre) et une équipe du Bnetd... (PHOTO : Dr)
Des membres du cabinet du ministre Bruno Koné (au centre) et une équipe du Bnetd... (PHOTO : Dr)
Des membres du cabinet du ministre Bruno Koné (au centre) et une équipe du Bnetd... (PHOTO : Dr)

Adressage du district d’Abidjan: Bruno Koné : “ Tout est enfin en place pour le démarrage effectif du projet ”

Le 04/05/21 à 04:51
modifié 04/05/21 à 04:51
La centrale d’adressage, outil d’opérationnalisation du projet d’adressage du district d’Abidjan logée au sein du Bureau national d’études techniques et de développement (Bnetd) sis à Cocody, vient d’être mise en service.

Elle a été inaugurée le 3 mai par le ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, Bruno Koné Nabagné. Pour lui, cela marque le démarrage effectif de ce projet cher au Président de la République.

« Avec l’inauguration de cette centrale, tout est enfin en place pour le démarrage effectif du projet d’adressage des rues d’Abidjan. Le Président de la République, tout comme l’ensemble des Ivoiriens, accorde un intérêt particulier à ce projet d’une importance capitale pour le développement économique de notre pays », a noté Bruno Koné.

A travers ce projet, a-t-il poursuivi, « le gouvernement affiche clairement son ambition et sa volonté de mettre l’adressage au service du développement économique, de la modernisation de l’administration et des services urbains ».

La centrale d’adressage, a précisé Kinapara Coulibaly, directeur général du Bnetd, jouera le rôle de maître d’œuvre, s’assurera de la mise à jour des données d’adresses, de la qualité et de la fiabilité des données traitées ainsi que de la pérennisation du projet.

« Le fait d’installer cette centrale au sein du Bnetd est une grande marque de confiance de l’État envers nous et notre expertise. Nous ferons en sorte que cet outil soit effectivement au service du développement de la Côte d’Ivoire », a-t-il promis.

Il y a quelques jours, une commission chargée de la toponymie a aussi été mise en place dans le cadre de ce projet et aura pour mission l’animation des questions de dénomination des voies dans un cadre consensuel et normé. L’étude de faisabilité du projet avait permis de savoir que le district d’Abidjan comptait environ 11.750 voies et plus de 36.000 carrefours. Et que sur l’ensemble de ces voies, seulement 4%, soit 513 voies ont fait l’objet de dénomination.

Sous la coordination Pascal Rakotomalala, coordonateur du projet d’adressage d’Abidjan, la mission des acteurs du projet consistera plus spécifiquement à établir une liste des voies et lieux publics dénommés actuellement dans le district d’Abidjan et à confirmer avec justification leur niveau d’appropriation, élaborer un répertoire argumenté des noms des voies et lieux publics par commune, identifier et justifier des noms destinés à la dénomination des voies structurantes du District d’Abidjan et proposer une charte de la toponymie des voies et les règles d’écriture.

D’un montant global de 10 milliards de F Cfa, cette opération bénéficie d’un financement de la Banque mondiale dans le cadre du Projet d’appui à la compétitivité du Grand Abidjan (Pacoga).


Le 04/05/21 à 04:51
modifié 04/05/21 à 04:51

LES + POPULAIRES

Inondation en période de pluies: Bouaké Fofana en phase avec les maires pour la sensibilisation des populations Violences basées sur le genre : Alliance Ci recadre la lutte dans le sud-Comoé 13 mai : Journée mondiale de l'ingénierie pour l'avenir