Attaque du « camp militaire de N’Dotré », « Atteinte à l’autorité de l’Etat »", « Présidentielle 2020 »: Le Procureur de la République fait l’état de la situation

Le procureur de la République, Richard Adou
Le procureur de la République, Richard Adou
Le procureur de la République, Richard Adou

Attaque du « camp militaire de N’Dotré », « Atteinte à l’autorité de l’Etat »", « Présidentielle 2020 »: Le Procureur de la République fait l’état de la situation

Le 01/05/21 à 05:37
modifié 01/05/21 à 05:37
Le Procureur de la République a fait le point des différentes procédures en cours, le 30 avril 2021, à Abidjan-Plateau, à la salle des Pas perdus au palais de la justice. Il s’agit du jugement de la procédure d'atteinte à l'autorité de l'Etat du 23 décembre 2019, de l’état des procédures ouvertes suites aux événements liés à la présidentielle d’octobre 2020. Et de la procédure concernant l’attaque du militaire de N’Dortré.

Concernant l’état des procédures ouvertes suites aux événements liés à la présidentielle d’octobre 2020, le Procureur de la République Richard Adou a indiqué que 102 personnes pour lesquelles les investigations se poursuivent restent détenues. Il faut noter que dans cette procédure les juges d’instruction avaient procéds à la mise en liberté provisoire ou la mise sous contrôle judiciaire de quelques inculpés.

S’agissant de l’attaque du camp militaire de N’Dotré, le Procureur de la République dresse la situation l’état de la procédure : « Au nombre des interpellés, figure le nommé YAPOGA Séka Fulgence, infirmier titulaire du grade de premier Maître de la Marine nationale, en fonction à l'Hôpital Militaire d'Abidjan (HMA). Ce dernier a reconnu appartenir à la bande organisée en vue de perpétrer l'attaque. Son rôle devait consister notamment à prodiguer des soins aux blessés et en amont à fournir des renseignements propres à faciliter l'attaque. Quant au couple GUEI Gérard et AKA Affia épouse GUEI, il a donné asile aux assaillants venus du Liberia selon leurs déclarations. Certains de ces assaillants, hébergés par leurs soins, ont été tués au combat quand d'autres ont réussi à fuir après être revenus au domicile du couple GUEI pour récupérer leurs effets personnels.

Le nommé KORE Seri Evariste, déjà interpellé, jugé et condamné pour les faits d'atteinte à la sûreté de l'État courant année 2016, a hébergé, une dizaine de personnes durant la période incriminée, sans explications convaincantes. Ces personnes, pour la plupart des anciens miliciens domiciliés à l'ouest du pays, ne justifient pas leur présence à Abidjan, alors et surtout que leur tuteur, désargenté, n'est manifestement pas en mesure de leur assurer le gîte et le couvert.

Le libérien Roesler Sayné Rabouc et son acolyte Tonali Joachin dit Jackson Doé ont, pour leur part, reconnu avoir été recrutés pour participer à des menées subversives. Enfin, les ressortissants Camerounais, interpellés dans une résidence sise non loin du camp militaire objet de l'attaque armée, expliquent leur présence en ces lieux, en soutenant être venus participer à des séances de prières organisées par une prophétesse.

Déférés à mon Parquet, j'ai requis à l'encontre de toutes ces personnes, l'ouverture d'une information Judiciaire au dixième (10ᵉ) Cabinet d'Instruction de la Cellule Spéciale d'Enquête des chefs, d'atteinte à la défense nationale, d'attentat contre l'autorité de l'Etat, de participation à une activité mercenaire, de détention illégale d'arme à feu et de munitions de guerre.

Elles y ont toutes été inculpées et placées sous mandat de dépôt. Les investigations se poursuivent en vue d'identifier, de localiser et d'interpeller toutes les personnes impliquées dans l'attaque de la base militaire de N'Dotré... »

En ce qui concerne le jugement de la procédure d'atteinte à l'autorité de l'Etat du 23 décembre 2019, le parquet avait ouvert une information judiciaire contre Soro Kigbafori Guillaume et plusieurs personnes qui lui sont proches. Et ce, dans le cadre de présomptions graves de tentatives d’atteinte contre l'autorité de l'Etat et l'intégrité du territoire national et de complot. A côté de cela, une information a été également ouverte contre Lobognon Agnima Alain Michel et 14 autres pour, dira le Procureur de la République, pour diffusion de nouvelles fausses tendant à jeter le discrédit sur les institutions et leur fonctionnement et ayant entrainé une atteinte au moral de la population et atteinte à l'autorité de l'Etat.

L’instruction judiciaire achevée, le Procureur Adou a affirmé que cela a abouti au renvoi de 08 personnes devant le Tribunal correctionnel et de 20 autres devant le Tribunal criminel. Et de préciser que l’audience devant le Tribunal correctionnel a débuté depuis le 16 avril 2021 tandis que celle pendant devant le Tribunal criminel est prévue le 19 mai 2021.


Le 01/05/21 à 05:37
modifié 01/05/21 à 05:37

LES + POPULAIRES

Rupture collective du jeûne: Moment convivial d'échanges et de partage avec l’Ambassadeur d’Arabie Saoudite à sa résidence Sécurité : Il n'y a pas eu d'attaque à Kafolo Covid-19 : Le coût du test PCR baisse de 50 000f à 25 000 Fcfa