Production et distribution des Cni: 2,4 millions de personnes enrôlées, plus de 1 million de cartes produites

Le directeur général de l’Oneci a expliqué le processus aux journalistes venus nombreux à la cérémonie d’information des médias. (Dr)
Le directeur général de l’Oneci a expliqué le processus aux journalistes venus nombreux à la cérémonie d’information des médias. (Dr)
Le directeur général de l’Oneci a expliqué le processus aux journalistes venus nombreux à la cérémonie d’information des médias. (Dr)

Production et distribution des Cni: 2,4 millions de personnes enrôlées, plus de 1 million de cartes produites

Le 22/01/21 à 21:45
modifié 22/01/21 à 21:45
« Le processus d’identification des populations qui a démarré le 23 décembre 2019 avec la phase pilote, suivi du démarrage officiel le 17 février 2020, a permis d’enrôler 2, 4 millions d’Ivoiriens. A ce jour, plus d’un million de cartes nationales d’identité (Cni) ont été produites ». C’est le point fait, hier, lors d’un petit-déjeuner de presse à l’hôtel Tiama, au Plateau, par le directeur général de l’Office national de l’Etat civil et de l’identification (Oneci), Sitionni Gnénin Kafana.
En compagnie de ses collaborateurs, il a tenu à donner les raisons qui justifient un tel résultat qui est loin de celui escompté. En effet, il était prévu, selon le Dg de l'Oneci, la production de 36 millions de cartes dont 12 millions les deux premières années.
A en croire Sitionni Gnénin Kafana, les restrictions dues à la Covid-19 ainsi que la baisse de l’enrôlement constatée en juillet 2020 du fait notamment de la prorogation de la date de validé de l’ancienne carte, ont fortement compromis les objectifs de l’Oneci.
Par ailleurs, a-t-il ajouté, le processus de production de la nouvelle Cni est totalement différent de l’ancienne. Plusieurs mécanismes sont à prendre en compte avant la production finale. Ceci, a-t-il précisé, pour plus de fiabilité et dans le souci de répondre à certaines normes exigées par le gouvernement et sur le plan international.
« Nous avons donc fait de nombreux ajustements pour que nos machines atteignent, à ce jour, un rythme de production de 500 mille cartes par mois », a-t-il fait savoir. Et d’ajouter que « bientôt, nous atteindrons le million de cartes par mois, grâce à un certain nombre de nouveaux matériels que nous avons pu acquérir ».
Retrait au petit trot !
Selon le Dg de l'Oneci, des centaines de milliers de cartes sont acheminées dans les différentes localités. Mais le processus de distribution rencontre encore des difficultés.
Malgré toutes les tentatives pour informer le public, a-t-il précisé, les populations mettent encore du temps à récupérer leur titre d’identité.
« Au-delà du fait que la date de validé des anciennes cartes a été prorogée, les Ivoiriens trainent les pieds pour retirer leurs cartes. Mais ces dernières semaines, nous constatons une affluence dans nos agences », a-t-il expliqué.
Avant d’appeler la population à se rendre progressivement dans les centres pour se faire établir et retirer leurs cartes afin d’éviter les bousculades au mois de juin, date de fin de validité des anciennes Cni.
Toutefois, pour être plus efficace et faciliter la tâche aux agents et aux demandeurs, Sitionni Gnénin Kafana dit avoir mis sur pied une plateforme en ligne pour permettre à chaque demandeur de vérifier le statut de sa pièce ; une façon de le situer avant de se déplacer dans les agences.
« Les Ivoiriens peuvent aller sur notre plateforme principale qui est Oneci.ci pour vérifier si leurs cartes sont disponibles et le centre de distribution où se diriger ou encore sur rnpp.ci », a-t-il déclaré.
En plus de ces deux plateformes numériques, le directeur général de l’Oneci dit s’appuyer sur le corps préfectoral pour informer les populations de la disponibilité de leurs cartes. Il compte accroître la présence de ses agents sur le terrain pour la distribution des cartes.
A ce titre, plusieurs centaines d’agents sont en formation sur le processus d’enrôlement et de distribution afin d’être plus proches des populations.
L’enrôlement se poursuit
Au dire du directeur général de l’Oneci, les enrôlements se poursuivent dans les quartiers et les différents points fixes et mobiles.
Il a invité les populations à se rendre dans ces lieux pour se faire enregistrer. Il a aussi lancé un appel aux entreprises, communautés, syndicats et autres à ne pas hésiter à saisir sa structure par courrier pour solliciter une équipe d’enrôlement. Une façon d’éviter les déplacements de masse.
Le 22/01/21 à 21:45
modifié 22/01/21 à 21:45

LES + POPULAIRES

Surveillance du territoire: La Côte d’Ivoire se dote d’un Bureau de lutte contre la fraude documentaire Covid-19 : Interpol annonce de premières saisies de faux vaccins Autonomisation de la jeune fille : Une Ong va réinsérer des dizaines de filles-mères à Alépé