Équitation : La Fie donne le feu vert pour la reprise des compétitions nationales

Ousmane Lonfo (à cheval) vainqueur du Grand Prix de la Lonaci saluant le président de la Fie et ses équipiers pourront bientôt remonter à cheval. (DR)
Ousmane Lonfo (à cheval) vainqueur du Grand Prix de la Lonaci saluant le président de la Fie et ses équipiers pourront bientôt remonter à cheval. (DR)
Ousmane Lonfo (à cheval) vainqueur du Grand Prix de la Lonaci saluant le président de la Fie et ses équipiers pourront bientôt remonter à cheval. (DR)

Équitation : La Fie donne le feu vert pour la reprise des compétitions nationales

Le 22/01/21 à 09:30
modifié 22/01/21 à 09:30
La Fédération ivoirienne d’équitation (Fie) a désormais le feu vert pour mener toutes ses activités. Conscients de la gravité du virus qui fait des ravages dans le monde et respectant la décision de la Fédération mondiale de mettre en veilleuse les activités sportives, le président Stéphane Ouégnin et son équipe de la Fie suivaient les consignes à la lettre quand le courrier de la Fédération internationale est venu les soulager.

En effet, dans son adresse du 6 janvier 2021 à toutes les fédérations nationales, ainsi qu’aux experts du monde du cheval, Jacqueline Braissant, directeur de la Fei Solidarity, annonce la suspension des mesures imposées par la Fédération internationale (Fei), dans le cadre de sa politique de gestion des risques.

Cette mesure invitait le monde de l’équitation à suspendre les activités sur l’année 2020. Malgré l'incertitude liée à la crise sanitaire qui est encore forte dans le monde, la Fei Solidarity recommande de « regarder vers l'avenir et étudier la possibilité de reprendre le développement. Notamment, organiser cette année des projets qui n'ont pas pu avoir lieu en 2020 ».

Le courrier de la Fei Solidarité mentionne cependant que « l'évolution de la pandémie dans les pays doit être étroitement surveillée et prise en compte lors de la reprise des activités. Ainsi, compte tenu de la situation sanitaire et des lois (procédures nationales de santé dans chaque pays), nous demandons à toutes les Fédérations nationales concernées, lorsque cela est possible, de commencer à planifier l’exécution de leurs projets, c'est-à-dire : Cours, Esee, Camps d'entraînement d'athlètes-Cliniques, Ateliers, Forums, etc. Et de nous indiquer les dates en remplissant et en renvoyant à Fei Solidarity le Plan d'Action et le Calendrier dans les meilleurs délais ».

Un nouveau revirement de la situation qui réjouit la Fédération ivoirienne qui compte, dans les prochains jours, lancer le projet « School program », à travers sport for all, en collaboration avec l’Office ivoirien des sports scolaires et universitaires (Oissu). Un partenariat portant sur l’initiation de 250 élèves du primaire a été signé dans ce sens, l’année dernière.

La Fédération mondiale avait également approuvé un certain nombre de projets de la Fédération ivoirienne et devrait envoyer, le mois prochain, deux instructeurs pour former les professionnels de concours de saut d’obstacles (Cso), les membres du jury et autres spécialistes de jumping. Si tout se passe comme prévu, le mois de mars devrait voir venir en terre ivoirienne deux autres experts internationaux dans le cadre de la formation de palefreniers et autres cavaliers.

L’équipe fédérale qui a fait de la construction de la cité du cheval, du côté de la cité olympique d’Ebimpé, une priorité, n’occulte pas la compétition. Incessamment, un calendrier élaboré avec des dates précises sera communiqué dans ce sens.

On annonce pêle-mêle le Grand Prix Félix Houphouët-Boigny, celui du cinquantenaire de la Lonaci, sans oublier le Prix Alassane Ouattara du nom du Président de la République. Tout cela devrait mettre fin aux agissements de certains clubs avides de compétitions.


Le 22/01/21 à 09:30
modifié 22/01/21 à 09:30

LES + POPULAIRES

Surveillance du territoire: La Côte d’Ivoire se dote d’un Bureau de lutte contre la fraude documentaire Covid-19 : Interpol annonce de premières saisies de faux vaccins Autonomisation de la jeune fille : Une Ong va réinsérer des dizaines de filles-mères à Alépé