Production du tilapia du Nil : Le programme Fish4acp en Côte d’Ivoire lancé

M. Méité Anlyou Anzoumana (2è à partir de la gauche) directeur de cabinet du ministère des ressources animales et halieutiques. ( DR)
M. Méité Anlyou Anzoumana (2è à partir de la gauche) directeur de cabinet du ministère des ressources animales et halieutiques. ( DR)
M. Méité Anlyou Anzoumana (2è à partir de la gauche) directeur de cabinet du ministère des ressources animales et halieutiques. ( DR)

Production du tilapia du Nil : Le programme Fish4acp en Côte d’Ivoire lancé

Le 21/01/21 à 15:36
modifié 21/01/21 à 15:36
L’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) a procédé ce jeudi 21 janvier, à Seen hôtel, à Abidjan-Plateau, au cours d’un atelier, au lancement officiel du programme Fish4acp en Côte d’Ivoire.

Financé par l’Union européenne (Ue), ce programme vise à améliorer la productivité et la compétitivité de dix chaînes de valeur de la pêche et de l’aquaculture dans dix pays membres de l’Organisation des Etats d’Afrique, des caraïbes et du pacifique (Oacps).

La chaîne de valeur de l’aquaculture du tilapia du Nil en Côte d’Ivoire est l’une des dix chaînes de valeur sélectionnées de manière compétitive parmi plus de 75 propositions pour la mise en œuvre du programme.

En effet, la première année du programme est consacrée à la réalisation d’analyses de la chaîne de valeur et l’élaboration de stratégies de mise à niveau. Ces stratégies seront mises en œuvre au cours des années 2 à 5 du programme. Cet atelier vise surtout à contribuer à développer la cartographie des parties prenantes de la chaîne de valeur du tilapia d’élevage en Côte d’Ivoire et à établir les forces, faiblesses, opportunités et menaces (Ffom) de ladite chaîne.

Méité Anlyou Anzoumana, directeur de cabinet, représentant le ministre des Ressources animales et halieutiques, Moussa Dosso, a remercié la Fao et l’Ue pour leur appui technique et financier. Selon lui, la Côte d’Ivoire possède des atouts naturels pour faire partie des pays leaders dans la production aquacole mondiale. « L’aquaculture est devenue un maillon essentiel du plan stratégique de développement de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture, boussole incontournable de la politique du ministère des ressources animales et halieutiques », dit-il.

Poursuivant, il a indiqué que pour 2021, le ministère a prévu un budget complémentaire de 75 millions de FCfa pour soutenir les activités de l’équipe nationale du programme Fsh for Acp.

Le chef de la croissance durable inclusive à la délégation de l’Union européenne en Côte d’Ivoire, Stéphane Brossard, s’est félicité de la réalisation de ce programme. « Fish4acp défendra les intérêts des petits producteurs, non seulement en leur permettant d’accéder à de meilleurs marchés, avec du poisson de meilleure qualité, mais aussi en les aidant à obtenir un rendement économique et des avantages sociaux maximums, tout en minimisant les effets néfastes sur les habitats naturels et les écosystèmes marins », a-t-il déclaré.

Pour sa part, le Représentant-résident de la Fao, Samy Gaïji, a précisé que ce programme se focalisera sur l’amélioration de la productivité et de la compétitivité des chaînes de valeur de la pêche et de l’aquaculture.

Selon lui, la chaîne de valeur de l’aquaculture du tilapia d’élevage en Côte d’Ivoire, Fish4acp vise, entre autres, à développer des activités génératrices de revenus et d’emplois pour la population rurale et à aider les petites et moyennes entreprises à accéder à des sources de financement et d’investissement.


Le 21/01/21 à 15:36
modifié 21/01/21 à 15:36

LES + POPULAIRES

Inondation en période de pluies: Bouaké Fofana en phase avec les maires pour la sensibilisation des populations Violences basées sur le genre : Alliance Ci recadre la lutte dans le sud-Comoé 13 mai : Journée mondiale de l'ingénierie pour l'avenir