Bié Hubert: «Voici les menaces qui guettent la Côte d’Ivoire et la Sous-région en matière de changement climatique et de sécheresse»

Bié Hubert, Secrétaire Permanent du CONACILSS en Côte d’Ivoire. (DR)
Bié Hubert, Secrétaire Permanent du CONACILSS en Côte d’Ivoire. (DR)
Bié Hubert, Secrétaire Permanent du CONACILSS en Côte d’Ivoire. (DR)

Bié Hubert: «Voici les menaces qui guettent la Côte d’Ivoire et la Sous-région en matière de changement climatique et de sécheresse»

Le 09/12/20 à 18:54
modifié 09/12/20 à 18:54
Le Directeur des Politiques Communautaires de la Promotion Humaine et du Développement Durable au Ministère de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur, par ailleurs, Secrétaire Permanent du Comité national CILSS en Côte d’Ivoire, apporte sa recette à certaines questions cruciales en Côte d’Ivoire et dans la sous-région ouest-africaine.
Pouvez-vous présenter le CILSS, dont vous êtes le secrétaire permanent en Côte d’Ivoire ?

Le Comité Permanent Inter-Etats de lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) est une organisation technique de la sous-région ouest africaine et sahélienne. Il a été créé le 12 septembre 1973. Son siège est à Ouagadougou, au Burkina Faso. Il regroupe 13 Etats membres dont 8 Etats côtiers (la Côte d’Ivoire, le Bénin, la Gambie, la Guinée, la Guinée-Bissau, la Mauritanie, le Sénégal et le Togo), 4 Etats enclavées (le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Tchad), et un Etat insulaire qui est le Cap-Vert. Mais en Juillet 2020, le CILSS a enregistré l’adhésion de la Centrafrique et du Soudan, qui viennent ainsi, compléter la liste à 15 Etats membres. La Côte d’Ivoire y a adhéré en 2012.

Quels sont les organes qui le composent ?

Le CILSS est composé de trois grandes institutions : le Secrétariat Exécutif qui est basé à Ouagadougou au Burkina Faso, où est également installé le siège, le Centre Régional AGRHYMET (CRA), installé à Niamey, au Niger, qui s’occupe des questions de météorologie, de changements climatiques, de formation continue et professionnelle, et l’Institut du Sahel (INSAH), qui est installé à Bamako, au Mali et qui fait typiquement de la recherche, dans les domaines de l’agronomie, de la population, du développement et de dividende démographique. Mais au-delà, sur le plan politique et technique le CILSS est gouverné par la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement qui, est l’instance suprême de décision. Actuellement, elle est présidée par le Président tchadien, le Maréchal Idriss Itno Deby. Le mandat du Président de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement est de deux (2) ans renouvelable une fois. Il y a également le Conseil des Ministres qui statue sur le règlement des questions techniques et politiques, et aussi le comité des experts, qui est le Comité de Programmation et de Suivi (CRPS). Le CRPS statue sur les questions techniques, fait ses rapports au Conseil des Ministres qui, à son tour, l’adresse à la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement.

Quels sont les rapports entre le CILSS, la CEDEAO et L’UEMOA ?

La CEDEAO et l’UEMOA sont les deux partenaires privilégiés du CILSS en Afrique de l’Ouest. Et jusqu’à ce jour, ces deux institutions ont pris le CILSS comme leur bras technique, dans la mise en œuvre et la formulation de leurs projets. C’est le CILSS qui implémente sur le terrain, en grande partie les réalisations de la CEDEAO et de l’UEMOA.

Quels sont les domaines d’intervention du CILSS ?

Ils sont multiples. Je peux citer entre autres, la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la gestion des ressources naturelles (plan d’eau, des ressources foncières, la faune) et le changement climatique. Il y a aussi, le domaine de la population, du genre et du développement, l’accès des produits agricoles et agro-alimentaires aux marchés, la maitrise de l’eau et le management.

De par sa dénomination, on pourrait penser que le CILSS est consacré aux pays sahéliens. Et pourtant, on y retrouve des pays côtiers, tels que la Côte d’Ivoire. Qu’est-ce qui explique cela ?

La raison est simple : les pays côtiers et la Côte d’Ivoire en particulier, ne sont pas à l’abri du dérèglement climatique qui secoue même le monde entier. Et nous constatons l’avancée, presqu’irrésistible, du désert vers les pays côtiers. D’ailleurs, depuis quelques années, la sécheresse frappe de plein fouet, le nord de la Côte d’Ivoire. Les sols qui étaient fertiles dans cette zone, sont désormais dégradés. Pour que la Côte d’Ivoire puisse remédier à ce problème, il était important qu’elle adhère au CILSS qui a accumulé de nombreuses années d’expérience en la matière. Cela devrait permettre à notre pays d’avoir des moyens de lutte contre ces différents phénomènes.

Quelle est exactement la mission du CILSS au sein des pays ?

De façon générale en tant structure régionale, le CILSS travaille à la formulation, à l’analyse, à la coordination et à l’harmonisation des stratégies et politiques, dans ses domaines d’intervention.

Comment le CILSS finance-t-il ses activités ?

Il y a plusieurs sources de financements notamment, les cotisations des Etats membres. Il y aussi l’appui des bailleurs de fonds en matière technique et financier, pour implémenter les projets. Mais le CILSS produit également, des ressources propres, grâce à des formations continues, des formations professionnelles qu’il initie et d’autres prestations diverses telle que l’homologation des pesticides. A cela s’ajoutent les dons.

Les Etats membres sont-ils à jour de leurs cotisations ?

Ces dernières années, les Etats dans l’ensemble ont fait des efforts dans le paiement de leur contribution annuelle. La Côte d’Ivoire, particulièrement, est à jour de ses cotisations. Pour l’année 2020, elle a déjà honoré ses engagements vis-à-vis du CILSS.

Quelle a été la contribution du CILSS en termes de lutte contre la désertification, en Côte d’Ivoire ?

Le CILSS a appuyé la Côte d’Ivoire, dans plusieurs domaines en matière de lutte contre la désertification. Il a fait bénéficier la Côte d’Ivoire, de la mise en œuvre du programme de gestion durable des terres et d’adaptation aux changements climatiques au Sahel et en Afrique de l’Ouest. Il a fait installer des systèmes d’irrigation alimentaires à base d’énergies solaires au profit des populations. Il a contribué à la mise en œuvre du projet de suivi de l’environnement pour un développement durable en Afrique. Ce projet a permis à la Côte d’Ivoire de bénéficier d’équipements de pointes, capable de donner l’état de l’environnement, de la forêt, des plans d’eau à partir d’un bureau à Abidjan. Cela, grâce à des matériels de dernières générations qui ont été remis au Ministère en charge de l’agriculture d’alors et à la SODEXAM pour les prévisions climatiques. Le programme national d’investissement agricole qui est le PNIA a été également formulé grâce à l’appui du CILSS, en partenariat avec la CEDEAO.

Quelles sont les zones d’interventions du CILSS en Côte d’Ivoire ?

Le CILSS intervient sur toute l’étendue du territoire. C’est vrai que lorsqu’on parle du CILSS, on voit la zone sèche de la Côte d’Ivoire, mais il intervient sur toute l’étendue du territoire. Il a conduit par exemple, une activité en côte d’ivoire, qu’on appelle « Analyse de l’Economie des Ménages ou HEA en anglais », qui consiste à faire la collecte et l’analyse des données pour la détermination des indicateurs sur la vulnérabilité des populations. Et cette activité se fait dans toutes les régions de la Côte d’ivoire.

Qui est habilité à soumettre des projets au CILSS pour financement ?

Tous les services de l’Etat. Mais comme on ne pourra pas aller dans le désordre, alors, dans chaque Etat membre, il a été mis en place un Comité National du CILSS, qui recense les besoins des services centraux en phase avec les domaines d’intervention du CILSS et les transmet, lors des instances, pour analyse.

Y a-t-il des menaces sur la Côte d’Ivoire ?

La première menace est d’ordre sécuritaire. Elle concerne toute la sous-région, et est relative aux djihadistes. Ce qui fait que l’action des techniciens sur le terrain, est risquée. Sur le plan technique, la Côte d’Ivoire doit mener des actions d’envergure pour lutter contre la sécheresse et la déforestation, ainsi que les effets du changement climatique, car aujourd’hui, avec le dérèglement de la saison des pluies, la production agricole diminue dans plusieurs zones. Les périodes de semis n’étant plus maitrisés par les populations rurales. Il faut apporter l’information sur les prévisions climatiques aux cultivateurs. Cela leur permettra d’actualiser leur calendrier cultural.

La sécurité alimentaire est-elle garantie en Côte d’ivoire ?

La situation au niveau de la sécurité alimentaire est critique dans la zone sahélienne. Là-bas, près de 17 millions de personnes sont en insécurité alimentaire. Mais en Côte d’ivoire, à ce jour, la population n’a rien à craindre sur ce point. Toutefois, dans les zones Nord et Nord-Est, les populations sont vulnérables, à cause du changement climatique qui, impacte fortement la production agricole. Cela expose les populations de ces deux zones, estimées à près de 1 200 000 personnes, à l’insécurité alimentaire.

Et, à propos du changement climatique et de la désertification ?

Sur ces points, il faut sonner l’alerte, parce qu’il y a problèmes. Et les problèmes sont dus aux pratiques humaines. Notamment, les feux de brousse et l’abatage des arbres. La Côte d’Ivoire est passée, de plus de 10 000 000 d’hectares de forêt dans les années 1960, à 3 à 4 millions d’hectares à ce jour. Il y a urgence. Il faut mettre l’accent sur cette question, pour ne pas qu’on soit étonné de ce qui pourrait arriver d’ici à quelques années.

Qu’en est-il des énergies renouvelables ?

Des actions sont menées à ce niveau, afin de pouvoir basculer des énergies fossiles vers les énergies renouvelables. Il existe d’ailleurs, un ministère dédié aux énergies renouvelables. Le CILSS est train de mettre en place une initiative régionale sur les énergies renouvelables et un Expert du Ministère en charge des Energies renouvelable, a participé à une réunion régionale à Dakar, au Sénégal.

La maitrise de l’eau...

La question de la maitrise de l’eau, est à l’ordre du jour, dans plusieurs programmes agricoles et de préservation des sols et de l’environnement. Dans plusieurs projets agricoles dans le nord du pays, beaucoup de retenues d’eau ont été créées. Cependant, il y a beaucoup à faire et nous devons continuer, car le pan de la maitrise de l’eau, qu’il reste à regarder, est le côté hydrologique. Il faut que notre pays appuie le service en charge d’hydrologie nationale, en termes d’équipements et sans oublier l’équipement de la Météorologie nationale (SODEXAM).

Que risque la Côte d’Ivoire si toutes ces mesures ne sont pas respectées ?

Ce sera la catastrophe, car nous risquons la famine due à la baisse de la production agricole. Il faut rappeler que dans les années 70-80 la famine a frappé les pays du sahel. Nous devons travailler pour que toutes ces mesures soient respectées, non seulement en Côte d’Ivoire, mais aussi dans la sous-région. Et le CILSS travaille pour que nous n’arrivions pas à la catastrophe. A cet effet, nous invitons les Etats membres à s’impliquer davantage dans le financement des activités du CILSS pour que le travail ne soit pas abandonné aux seuls bailleurs de fonds. Il faut d’autres investissements, en plus des cotisations mensuelles, de la part des Etats membres.


Le 09/12/20 à 18:54
modifié 09/12/20 à 18:54

LES + POPULAIRES

Lutte contre le cancer du sein: Les femmes de Fraternité Matin sensibilisées aux dangers de la maladie Année universitaire 2021-2022 : L’Etat lance le renouvellement et l’attribution des bourses d’études Lutte contre les mutilations génitales : Un institut médico-psychosocial inauguré