Détection des Fakes news : Des journalistes s’imprègnent des attitudes à adopter

Une dizaine de journalistes ont pris part à cette formation. (Édouard Koudou)
Une dizaine de journalistes ont pris part à cette formation. (Édouard Koudou)
Une dizaine de journalistes ont pris part à cette formation. (Édouard Koudou)

Détection des Fakes news : Des journalistes s’imprègnent des attitudes à adopter

Le 02/12/20 à 16:33
modifié 02/12/20 à 16:33
Quelle attitude adopter face aux Fakes news qui sont légion aujourd’hui ? Des journalistes ont eu la réponse à cette interrogation, à l’occasion d’un atelier en ligne organisé à leur intention par Orange Côte d’Ivoire, à travers sa plateforme d’échanges dénommée « mediaroom », le mercredi 2 décembre 2020.

Une dizaine de participants étaient connectés pour ce cadre d’échanges entre journalistes pour s’imprégner notamment des méthodes de Fake checking.

L’animateur du jour, Israël Guebo, journaliste et fondateur de l’Institut africain des médias, a saisi l’aubaine pour présenter aux journalistes les attitudes face à ces informations dites mensongères. Israël Guebo a conseillé de « toujours vérifier, ne pas être le premier à partager, mesurer l’opportunité de la diffusion et apporter la bonne information ».

Pour les détecter, il faut observer certains détails jugés capitales à savoir les lieux, la date, la personne ou l’institution qui les publie. Il faut ensuite vérifier la fiabilité de la source, privilégier les sources d’informations reconnues, varier ces sources en consultant le même sujet sur d’autres sites. Et enfin décrypter les images et vidéos utilisées pour les illustrer.

Sur ce point, il a conseillé le Google image pour les photos et Youtube data Viewer pour les vidéos.

Mais avant, l’animateur a défini les Fake comme étant de fausses nouvelles, des informations manipulées pour tromper un auditoire. Elles peuvent être des imprécisions, des informations présentées hors de leur contexte, les reprises d’informations fausses et simplement des mensonges.

« Mieux vaut être le dernier à diffuser l’information vraie que d’être le premier à publier l'information fausse et être décrédibilisé », a conseillé le formateur. Selon lui, que vaut une audience lorsqu’on perd sa crédibilité ? Il est bon ainsi de « se donner le temps de recouper une information avant de la mettre à la disposition du public ».

Dans cette dynamique, M. Guebo a réitéré aux journalistes la nécessité pour eux de toujours se coller à l’éthique et à la déontologie qui régissent leur métier.

Les Fakes sont utilisées parfois comme « des armes pour attaquer ou déstabiliser l’adversaire », a conclu l’expert. C’est pourquoi, il invite ses interlocuteurs à avoir « le réflexe » de vérifier l’information sans passer outre les règles journalistiques.

A l’unisson, les participants ont salué cette initiative de Orange Côte d’Ivoire à laquelle ils ont pris part, dans une ambiance cordiale. Des démos et des pratiques ont meublé cette formation.


Le 02/12/20 à 16:33
modifié 02/12/20 à 16:33