Lutte contre la pauvreté en zone rurale: Trois structures étatiques fédèrent leurs forces

L'Anopaci, le Cires et le Pass sont convenus d'unir leurs forces afin d’œuvrer de manière concertée pour le bien-être des populations rurales.
L'Anopaci, le Cires et le Pass sont convenus d'unir leurs forces afin d’œuvrer de manière concertée pour le bien-être des populations rurales.
L'Anopaci, le Cires et le Pass sont convenus d'unir leurs forces afin d’œuvrer de manière concertée pour le bien-être des populations rurales.

Lutte contre la pauvreté en zone rurale: Trois structures étatiques fédèrent leurs forces

Le 11/11/20 à 20:23
modifié 11/11/20 à 20:23
L’Association nationale des organismes professionnels agricoles de Côte d’Ivoire (Anopaci), le Centre ivoirien de recherches économiques et sociales (Cires) et le Programme d’appui aux stratégies sociales (Pass) ont procédé hier, à Cocody, au siège du Cires, à une signature de convention. Un acte qui

s’inscrit dans le cadre de « la plateforme de renforcement et de protection sociale en milieu rural », programmée sur trois ans.

L’initiative est inspirée, selon les acteurs, des valeurs et principes de la déclaration de Copenhague (Danemark). Elle a été adoptée lors du sommet mondial pour le développement social et des engagements correspondants pris par les chefs d’État. Cette convention entend contribuer à amoindrir la pauvreté dans les zones rurales. En effet, selon un communiqué du Cires, les populations de ce milieu souffrent «chaque jour de la faim, d’absence de revenus et de ressources».

Au cours de la cérémonie, Dr Jean Ette, du Pass, a indiqué que les modalités de cette collaboration impliquant les trois structures. Il s’agit, entre autres, pour l’Anopaci de mettre à disposition ses compétences, son expérience, ses moyens et sa connaissance des organismes professionnels en agriculture... Au Cires, c’est d’apporter les politiques publiques relevant du secteur agricole. Quant au Pass, il s’est engagé à suivre l’exécution des projets, en faisant le suivi et l’évaluation...

Le document a été paraphé à tour de rôle par Jean-Victor Avité, Diarra Ibrahim et N’Goan Aka Mathias. Respectivement directeur général du Pass, directeur du Cires et Pca de l’Anopaci.

Dans son intervention, le premier responsable du Cires, Dr Diarra Ibrahim, a insisté sur l’importance de ce partenariat. « Cette convention nous permet de peaufiner nos stratégies pour les mettre au service de la population. Entre plusieurs exemples, nous notons que la création d’un centre de santé est très importante pour la population rurale. Nous ne faisons pas la recherche pour juste nous tortiller les méninges », a-t-il démontré.

Une idée soutenue par le directeur général du Programme d’appui aux stratégies sociales. « Nous sommes ensembles pour proposer aux populations rurales une offre globale. Cela crée un cadre institutionnel et technique favorable. Nous sommes mobilisés à bloc en vue de faire avancer la cause de nos parents en milieu rural », a-t-il confirmé.

Il est revenu, enfin, au Pca de l’Anopaci, N’Goan Aka Mathias, d’exprimer ses remerciements à ses partenaires pour ce projet solidaire. « C’est une plateforme planifiée qui va devenir une réalité. Car elle va déboucher sur plusieurs autres opportunités », a-t-il projeté

Le 11/11/20 à 20:23
modifié 11/11/20 à 20:23