Aide américaine/Sean Cairncross (Directeur général du Mcc): ‘’Nous sommes très fiers de notre travail en Côte d’Ivoire’’

Sean Cairncross, directeur général du Millenium challenge corporation. (Dr)
Sean Cairncross, directeur général du Millenium challenge corporation. (Dr)
Sean Cairncross, directeur général du Millenium challenge corporation. (Dr)

Aide américaine/Sean Cairncross (Directeur général du Mcc): ‘’Nous sommes très fiers de notre travail en Côte d’Ivoire’’

Le 29/10/20 à 19:29
modifié 29/10/20 à 19:29
« Nous sommes très fiers de notre travail en Côte d’Ivoire. Notre coopération avec la Côte d’Ivoire a beaucoup progressé. Comme dans tous les pays où nous travaillons, nous sommes centrés sur les indicateurs tels que la gouvernance, la démocratie et la liberté économique. Nous nous félicitons des avancées dans ces domaines et félicitons le gouvernement ivoirien pour sa volonté d’attirer le maximum d’investissements du secteur privé local et international. Relevons qu’il y a beaucoup de perspectives de réussite en Côte d’Ivoire », s’est félicité le directeur général du Millenium challenge corporation (Mcc), Sean Cairncross.

Il a fait cette déclaration pendant la conférence de presse numérique qu’il a animée, le 27 octobre au cours de laquelle il a donné quelques détails sur le nouveau partenariat que l’agence américaine d’aide au développement a conclu il y a quelques jours avec l’organisation Africa50.

Ce protocole d’accord, a-t-il détaillé, porte essentiellement sur le Millenium impact for infrastructure accelerator (Miia), qui est un nouveau partenariat pour le développement des infrastructures en Afrique. Ce partenariat, à l’en croire, porte sur l’une des priorités du Mcc à savoir la recherche d’opportunités nouvelles et innovantes pour le financement mixte. Il s’agit en fait d’une plateforme d’investissement mondiale visant à attirer davantage de capitaux vers l’Afrique afin de soutenir les projets de développement infrastructurel.

« L’investissement à impact dans les infrastructures est limité, souvent en raison du manque de projets bancables et des difficultés de mesure de l’impact sur le développement de ces investissements. Mais Miia nous aidera à surmonter ces défis avec des fonctionnalités telles qu’un processus de certification de l’impact social et environnemental des projets d’infrastructures, des ressources pour préparer des projets bancables avec un impact certifié et un cadre d’appariement de ces projets avec des investisseurs susceptibles de mettre des capitaux à disposition », a expliqué Sean Cairncross.

Le Mcc, rappelons-le, est une agence gouvernementale américaine créée en 2004 avec pour objectif de lutter contre la pauvreté dans les pays à revenus faibles et intermédiaires qui s’engagent à mettre en œuvre une bonne gouvernance. Ses investissements en subventions à durée limitée ont pour but de favoriser la croissance économique, la prospérité, la stabilité et la sécurité des pays bénéficiaires, et aident les populations à s’extraire de la pauvreté. Ouvert certes sur le monde entier, mais plus des deux tiers du portefeuille du Mcc se trouvent en Afrique, où l’agence met en œuvre des programmes dans 15 pays.

Quant à Africa50, c’est une plateforme d’investissement dans les infrastructures fondée par la Banque africaine de développement (Bad) et les États africains. Notons que des projets d’infrastructures d’Africa50 sont actuellement en cours dans plusieurs pays du continent.

En Côte d’Ivoire, le Mcc met en œuvre un programme Compact d’un montant de 524,7 millions de dollars soit environ 300 milliards de F Cfa. S’étendant sur une durée de cinq ans, ce programme qui est entré en vigueur le 5 août 2019, permettra à terme de réduire la pauvreté en Côte d’Ivoire à travers des investissements dans les domaines de l’éducation et du transport – deux domaines dans lesquels les investissements du Mcc peuvent permettre de stimuler la croissance et le progrès économique, créant de nouvelles opportunités pour le peuple ivoirien.


Le 29/10/20 à 19:29
modifié 29/10/20 à 19:29

LES + POPULAIRES

Université Houphouët-Boigny: Du matériel médical et non médical pour l’Ufr sciences médicales Enseignement supérieur et secondaire: L'Ajesci dénonce les frais de Coges et frais annexes dans les lycées et collèges Ambassade des États-Unis: 170 femmes dirigeantes reçoivent des parchemins de fin de formation