Nuit du Maouloud : L'Imam Ali N'Guessan exhorte les populations à cultiver la paix à Daoukro

L'Imam principal de la grande mosquée, Ali N'Guessan (au micro), a prôné la paix dans cette période délicate que traverse Daoukro.
L'Imam principal de la grande mosquée, Ali N'Guessan (au micro), a prôné la paix dans cette période délicate que traverse Daoukro.
L'Imam principal de la grande mosquée, Ali N'Guessan (au micro), a prôné la paix dans cette période délicate que traverse Daoukro.

Nuit du Maouloud : L'Imam Ali N'Guessan exhorte les populations à cultiver la paix à Daoukro

Le 29/10/20 à 18:47
modifié 29/10/20 à 18:47
Les musulmans de Daoukro ont célébré de façon particulière la nuit du 28 au 29 octobre, l'anniversaire de la naissance du prophète Mahomet.

En effet, compte tenu de la situation sociopolitique tendue dans la localité, les chefs religieux musulmans sous la conduite de l'imam principal de la grande mosquée de Daoukro, El Hadj Ali N'Guessan, également président régional du Cosim, ont décidé qu'il n'y ait pas de célébration publique de cette nuit du Maouloud. Ainsi, chaque musulman, après les prières quotidiennes à la mosquée, était invité à rester chez lui, pour cette célébration.

Néanmoins, l'iman Ali N'Guessan a tenu à faire passer un message à ses coreligionnaires de Daoukro, aux populations de la localité et à toute la Côte d'Ivoire.

A la sortie de la prière de 19 h à la grande mosquée de la ville, le 28 octobre, il a exhorté ses parents de Daoukro et de l'Iffou à cultiver la paix : "J'exhorte mes frères et sœurs de l'Iffou et particulièrement de Daoukro à faire la paix, à prier pour la paix, l'amour du prochain, la cohésion sociale et l'entente".

Il a précisé qu'en principe, la célébration de la nuit du Maouloud devrait se faire comme d'habitude, mais cette année, ils se sont entendus pour la reporter à une date ultérieure, puisque cela est impossible, et ce, à cause du climat d'insécurité qui prévaut à Daoukro.

Il a donc demandé aux musulmans de prier néanmoins chez eux, et cela de manière sincère, pour la Côte d'Ivoire, pour leur communauté, pour le monde entier et surtout pour Daoukro. "Je demande à mes frères musulmans de supplier Allah, pour qu'il nous débarrasse de ce Satan, qui a déposé ses valises en Côte d'Ivoire et qui fait que, chaque fois, nous sommes en train de nous entretuer. Je demande à mes frères musulmans de supplier qu'Allah fasse en sorte que les fils et filles de la Côte d'Ivoire, qui s'entretuent, s'entendent dorénavant", a-t-il exigé aux musulmans. Et de lancer un appel à tout le monde, afin de faire la paix, de s'accepter, de vivre ensemble.

L'imam Ali N'guessan a souhaité que chacun fasse sa part de sacrifice pour la paix, accepte de pardonner, d'être tolérant et d'accepter ceux qui vivent ici en Côte d'Ivoire. Aussi, par rapport à l'élection présidentielle prévue demain, il s'est voulu rassurant : " Ce que je sais, grâce au prophète Mahomet, il n' y aura rien. Vu les prières que nous avons fait, nous croyons qu'il n'y aura rien".

Pour terminer, il a rappelé que la religion musulmane rime avec paix, donc chaque croyant doit le concrétiser en acte.


Le 29/10/20 à 18:47
modifié 29/10/20 à 18:47

LES + POPULAIRES

Résurgence de la Covid-19: 246 nouveaux cas enregistrés en Côte d’Ivoire 15e Synode ordinaire de l’Emuci: La prise en charge des veuves et des orphelins au cœur des recommandations Mankono: Un concours inter-écoles pour lutter contre les grossesses lancé