Présidentielle 2020/Félix Anoblé: «Nous partons confiants, vu l’incroyable bilan du candidat Ouattara»

L'équipe de campagne du Rhdp conduite par Félix Anoblé ratisse large pour le candidat Alassane Ouattara dans la région de San Pedro. (Dr)
L'équipe de campagne du Rhdp conduite par Félix Anoblé ratisse large pour le candidat Alassane Ouattara dans la région de San Pedro. (Dr)
L'équipe de campagne du Rhdp conduite par Félix Anoblé ratisse large pour le candidat Alassane Ouattara dans la région de San Pedro. (Dr)

Présidentielle 2020/Félix Anoblé: «Nous partons confiants, vu l’incroyable bilan du candidat Ouattara»

Le 26/10/20 à 08:41
modifié 26/10/20 à 08:41
Les actions de développement du Président Alassane Ouattara au profit de la région de San Pedro devraient lui assurer une large victoire au scrutin présidentiel du 31 octobre dans cette zone du pays. Mieux, avec un taux de participation parmi les plus élevés en Côte d’Ivoire.

Le directeur régional de campagne du candidat du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), Félix Anoblé, en est convaincu, au regard de la mobilisation des populations locales autour de la candidature d’Ado. « Nous partons confiants, vu l’incroyable bilan du candidat Ouattara », a assuré le ministre de la Promotion des Pme, samedi, lors d’un entretien à San Pedro.

Mettant en lumière les nombreux acquis de la cité portuaire sous la gouvernance d’Alassane Ouattara, il soutient que plus de 98% des villages des départements de San Pedro et de Tabou sont désormais électrifiés, 80% des populations ont dorénavant accès à de l’eau potable et le taux de scolarisation a été multiplié par trois. « San Pedro dispose aujourd’hui de la plus belle université de Côte d’Ivoire dont les travaux sont en finition, d’un tribunal avec des bâtiments splendides, d’un Cafop supérieur, d’un stade dont le chantier avance très bien, de plus de 30 kilomètres de bitume dans la ville », énumère avec fierté le directeur régional de campagne.

Soulignant qu’en plus de ces infrastructures, les travaux de réhabilitation de la côtière qui vont bientôt démarrer et le chantier d’extension du port en cours sont également des points à l’actif du candidat Alassane Ouattara dans le capital sympathie des électeurs de San Pedro et de sa région.

Le ministre de la Promotion des Pme note avec satisfaction que la campagne pour l’élection à la magistrature suprême du ‘‘champion des Houphouétistes’’ se déroule comme sur des chapeaux de roue dans sa zone de compétence.

« Nous avons opté pour une campagne de proximité dès la pré-campagne, qu’on alterne par des rencontres plus élargies dans la campagne officielle. Une cinquantaine de délégations ont sillonné l’ensemble des communes et villages des départements de San Pedro et de Tabou. Nous mettons en avant le bilan d’Alassane Ouattara. Les populations sont très réceptives à nos messages », fait savoir Félix Anoblé.

Les équipes de campagne chapeautées par les élus du parti (députés, sénateurs et maires) ont parcouru, outre les chefs-lieux de département, les sous-préfectures de Grand-Béréby, Grabo, Oulodio, Djapadjoké, Djouroutou, Dogbo, Doba et Gabiadji.

Au-delà du discours de campagne, un accent particulier est mis, au dire de Félix Anoblé, sur la nécessité de maintenir la cohésion et la paix dans la région de San Pedro. « Nous avons parlé avec les leaders de l’opposition pour leur dire qu’on est ensemble, qu’il ne sert à rien de détruire le peu qu’on nous a donné. Les populations sont en phase avec nous. Les jeunes ont compris qu’ils ne peuvent plus être manipulés par des gens qui ont décidé de faire une comptabilité macabre des violences en cette période électorale. Cela témoigne du climat de paix ambiant dans nos localités », a conclu le maire de San Pedro.


Le 26/10/20 à 08:41
modifié 26/10/20 à 08:41

LES + POPULAIRES

Mérite féminin : La rédactrice en chef de Fraternité Matin félicitée par Ramata Ly-Bakayoko Violences basées sur le genre : 10 000 signatures attendues pour dire non ! Journée internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes : La déclaration du CNDH