Lutte contre le cancer du sein et du col de l’utérus: La Fondation Shunamites prend d’assaut l’université de Cocody

Les femmes en marche
Les femmes en marche
Les femmes en marche

Lutte contre le cancer du sein et du col de l’utérus: La Fondation Shunamites prend d’assaut l’université de Cocody

Le 18/10/20 à 08:26
modifié 18/10/20 à 08:26
La Fondation femmes Shunamites en action qui œuvre à soutenir le plus grand nombre de femmes dans la lutte contre le cancer du sein et du col de l’utérus a clos ses activités de l’année 2020 ce samedi 17 octobre. L’Université Félix Houphouët-Boigny à Abidjan-Cocody a été le cadre de cette apothéose de la campagne de sensibilisation à l’intention des femmes et jeunes filles.

En dépit de la pandémie du coronavirus qui ébranle le monde entier, l’Ong n’a pas baissé les bras, elle veut lutter contre ce tueur silencieux par la mobilisation, l’information et la sensibilisation. La présidente de la Fondation femmes shunamites en action, Mme Beugré Phox Silvie, s’est adressée aux hommes en les invitant à encourager leurs filles, leurs femmes à se faire dépister. « Nous nous sommes engagées dans ce combat parce que nous avons eu des personnes qui nous sont chères parties», dit-elle. Révélant qu’elle-même a pu s’en sortir parce que diagnostiquée tôt. « Je suis une rescapée du cancer », a-t-elle rapporté. Mme Beugré Phox a, par ailleurs, exhorté chacun à un effort collectif pour aider celles qui sont atteintes de cancer. « Nous avons des sœurs qui ont besoin de notre soutient. Les portes de la Fondation sont ouvertes », a-t-elle insisté.

La présidente de la fondation Mme Beugré Phox
La présidente de la fondation Mme Beugré Phox

Docteur Dossou claudine, responsable de la Cellule médicale, a rappelé que cette journée à pour motivation d’intensifier la lutte pour diminuer la prévalence des cancers féminins (cancer du sein et du col de l’utérus) qui sont les premières causes de décès chez la femme dans les pays subsahariens. Selon le médecin, le cancer est le développement anarchique d’une cellule ou d’un organe qui va former une anomalie au niveau de cet organe. « Les cancers tuent, et lorsqu’ils sont dépistés tôt, on peut en guérir », prévient Dr Dossou qui invite les femmes à prendre part aux séances de dépistages et à apprendre à faire l’autopalpation des seins.

Au sujet du col de l’utérus, le médecin a invité ces dernières à se faire consulter en cas d’écoulement anormal. Mentionnant que les cas suspects sont suivis de près.

Le mois d’octobre, communément appelé « octobre rose » vise à rappeler l’enjeu qui est de sauver des vies. Au nom de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (Brvm), l’un des partenaires de l’Ong, Mme Ormon Corine, tout en réitérant la volonté de son institution d’accompagner cette structure a mis un accent particulier sur le dépistage. Pour elle, il ne faut pas occulter les maladies aussi dangereuses que le coronavirus. Motivant les femmes à se mettre en ordre de bataille contre le cancer. « Cette lutte est une bataille », mentionne-t-elle.

Le 18/10/20 à 08:26
modifié 18/10/20 à 08:26

LES + POPULAIRES

Energie électrique : Le Wapp forme 119 Africains dont 105 Ivoiriens à Abidjan Présidentielle du 31 octobre 2020 : La déclaration de l’Alliance des religions en faveur de la paix en Côte d’Ivoire éducation nationale : Adama Coulibaly offre 10000 kits scolaires dans le N’Zi