Service social: Le Synaps-ci plaide pour le recrutement de plus de 300 diplômés de l'INFS formés aux frais de l'État depuis 2012

Le président du comité d'organisation du congrès du synapsci (au centre) instruit les membres du syndicat (DR)
Le président du comité d'organisation du congrès du synapsci (au centre) instruit les membres du syndicat (DR)
Le président du comité d'organisation du congrès du synapsci (au centre) instruit les membres du syndicat (DR)

Service social: Le Synaps-ci plaide pour le recrutement de plus de 300 diplômés de l'INFS formés aux frais de l'État depuis 2012

Le 03/10/20 à 22:02
modifié 03/10/20 à 22:02
Ils sont plus de 300 diplômés de l'Institut national de formation sociale (infs) formés depuis 2012, aux frais de l’Etat sur 800, qui, jusqu’à présent, ne sont pas recrutés. Leur situation préoccupe le Syndicat national des professionnels de service social de Côte d’Ivoire (Synaps-ci), qui lance un plaidoyer auprès du gouvernement pour leur insertion.

Leur cas a été longuement débattu, le samedi 3 octobre 2020, au pré-congrès organisé par le Synaps-ci, au centre de formation sociale sis à l’allocodrome de Cocody St Jean.

«Nous disons grand merci au Président de la République son excellence Alassane Ouattara, pour les efforts consentis à notre faveur. Mais, plusieurs points sont encore en suspens et nous préoccupe. Il s’agit entre autres du non recrutement de plus de 300 de nos camarades diplômés de l'infs qui ont été formés aux frais de l'État, et qui depuis 2012 pour certains, sont encore là sans emploi », a présenté M. Djatchi Deblé Benson, président du comité d'organisation (pco) du congrès du synaps-ci prévu se tenir le 9 octobre prochain.

Avant de solliciter la clémence des autorités compétentes pour une oreille attentive à leur doléance, qui à l’en croire, leur tient à cœur. « Nous prions le gouvernement de répondre à notre requête qui date de plus de 5 ans, au bénéfice de nos camarades syndiqués formés et sans travail », a-t-il plaidé.

Revenant sur le pré-congrès, il a expliqué qu’il s’agit pour les délégués de passer en revue dans le fond et la forme les textes en vue de les adapter au contexte nouveau et les rendre encore plus digestes.

Pour le congrès du 9 octobre, le Pco a indiqué que les congressistes auront pour tâche, de plancher sur les questions de la quête de la légitimité et de la légalité, d'une exigence statutaire. Ainsi que du renouvellement des instances dirigeantes, notamment, le poste de secrétaire général, du président du conseil d'administration (pca) et des commissaires aux comptes. Sont attendus à ce congrès les 60 délégués dont 29 Abidjan et 31 à l'intérieur du pays et aussi les 600 membres que revendique cette association.

Créé en 1993 sous la dénomination « syndicat national des assistants sociaux de Côte d'Ivoire », il est devenu syndicat national des professionnels de service social de Côte d'Ivoire (synapci) en 2016, pour répondre aux nouvelles exigences de la profession qui s’est élargie. Raison pour laquelle le synaps-ci est à son premier congrès. C’est le seul syndicat des professionnels sociaux, a laissé entendre M. Djatchi Deblé Benson. Sa mission est entre autres de défendre les intérêts des syndiqués, de renforcer les capacités des professionnels du service social, servir de couloir entre les camarades professionnels du service social et les autorités Étatique.


Le 03/10/20 à 22:02
modifié 03/10/20 à 22:02

LES + POPULAIRES

Police nationale : 133 élèves commissaires reçoivent leurs épaulettes Lutte contre le coronavirus : « Je ’’Bara’’ avec mon Masque », une campagne de sensibilisation contre la covid-19 Sécurité routière : Une vaste opération déployée contre l’incivisme routier dans les jours à venir