Programme eau potable pour tous: Ouattara lance les travaux de renforcement de l’alimentation de 12 villes

Le Président Ouattara a procédé au lancement du projet de renforcement de l’alimentation en eau potable de 12 villes de la Côte d’Ivoire en présence des membres du gouvernement et de l’ambassadeur de Chine, Wan Li. (DR)
Le Président Ouattara a procédé au lancement du projet de renforcement de l’alimentation en eau potable de 12 villes de la Côte d’Ivoire en présence des membres du gouvernement et de l’ambassadeur de Chine, Wan Li. (DR)
Le Président Ouattara a procédé au lancement du projet de renforcement de l’alimentation en eau potable de 12 villes de la Côte d’Ivoire en présence des membres du gouvernement et de l’ambassadeur de Chine, Wan Li. (DR)

Programme eau potable pour tous: Ouattara lance les travaux de renforcement de l’alimentation de 12 villes

Le 25/09/20 à 22:00
modifié 25/09/20 à 22:00
L’État tient à combler le déficit en eau potable dans certaines villes de la Côte d’Ivoire. Dans cette perspective, le Chef de l’État et le gouvernement, avec l’appui de Eximbank Chine a développé le projet structurant du renforcement de l’alimentation en eau potable dans 12 villes de la Côte d’Ivoire.

Le Président de la République, en marge de sa visite d’État dans la Marahoué a posé, hier, la première pierre de démarrage des travaux dudit projet à Bouaflé. Le ministre de l’Hydraulique, Laurent Tchagba a précisé que ce projet permettra d’accroître la production et de renforcer le système d’alimentation en eau potable à Bouaflé et dans d’autres communes ivoiriennes que sont Odienné, Divo, Katiola, Séguéla, Daloa, Grand-Lahou, Tanda, Sassandra, Boundiali, Mankono, Touba.

Il a fait savoir que les localités concernées sont celles qui enregistrent un grand déficit en eau potable. « Il y a de grandes villes qui sont des chefs-lieux de région, de département. Nous avons diagnostiqué que ces villes étaient déficitaires en eau. Leur système d’adduction en eau potable, sont des systèmes qui ont été créés depuis 1973. Ce sont donc des systèmes très vieillissants. Cela réduit fortement leur efficacité dans la production de l’eau potable. Ce sont des villes qui sont pratiquement toutes à 68 ou à 73% déficitaires en eau potable », a-t-il justifié, en ce qui concerne l’avènement de ce projet.

Le ministre de l’Hydraulique a affirmé que face à la situation, l’État a sollicité le partenariat de la banque chinoise, Eximbank pour le financement des travaux de renforcement de l’alimentation. « Ces 12 villes vont avoir les systèmes complètement rénovés », s’est-il félicité.

Laurent Tchagba a précisé que le lancement des travaux de ce projet des 12 villes se fait à Bouaflé, elle-même concernée par cette action, enregistre un déficit de 68% en matière d’eau potable. « Ce projet permettra d’améliorer les conditions de vie des populations de cette ville », s’est-il satisfait.

Le représentant du gouvernement a spécifié qu’en attendant que ce projet démarre pour prendre fin dans un délai d’au moins 24 mois (2 ans).

L’ambassadeur de la Chine, Wan Li, a indiqué que l'assistance que son pays apporte à ce projet structurant, est la matérialisation de la parfaite coopération entre les deux États. « La Chine va continuer d’accompagner le navire ivoire », a-t-il rassuré.

Puis de saluer le leadership et le travail remarquable du Président de la République pour améliorer les conditions de vie des populations ivoiriennes. Sur la fiche technique du projet, il est mentionné que le coût global des 12 villes s’élève à 170 milliards 250 millions de F Cfa. Et qu’il garantira à terme, l’accès à l’eau potable d’une population estimée à 1 million 234 mille 470 habitants en 2032.

Quant au coût de ce projet pour la ville de Bouaflé, le document indique qu’il est de 12 milliards 135 millions de F Cfa.


Le 25/09/20 à 22:00
modifié 25/09/20 à 22:00

LES + POPULAIRES

Mérite féminin : La rédactrice en chef de Fraternité Matin félicitée par Ramata Ly-Bakayoko Violences basées sur le genre : 10 000 signatures attendues pour dire non ! Journée internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes : La déclaration du CNDH