État de l’environnement marin : Le rapport national en cours de validation

La photo de famille après la réunion. (DR)
La photo de famille après la réunion. (DR)
La photo de famille après la réunion. (DR)

État de l’environnement marin : Le rapport national en cours de validation

Le 24/09/20 à 11:59
modifié 24/09/20 à 11:59
Un atelier de deux jours s’est tenu à Assinie-Mafia pour en discuter.
Parfait Kouadio, directeur de cabinet du ministre de l’Environnement et du Développement durable, a procédé le 21 septembre, à Assinie-Mafia, à l’ouverture d’un atelier de deux jours sur la pré-validation régionale du Rapport sur l’état de l’environnement marin de la Côte d’Ivoire (Reem-Ci), dans le cadre du projet pilote de Gestion intégrée de l’aire marine et côtière d’Abidjan à Assinie (Giamaa).

C’est le premier d’une série de trois ateliers qui conduiront à la validation du rapport national. Pendant deux jours, le Rapport sera soumis à l’approbation des élus locaux, du corps préfectoral, des acteurs du secteur privé intervenant au niveau du milieu marin et des représentants des populations à l’effet d’en discuter et de l’enrichir.

Parfait Kouadio a expliqué l’importance du Rapport en ce qu’il permet à l’État de disposer de données fiables dans l’élaboration et la mise en œuvre de sa stratégie de gestion des zones côtières, à l’effet de mieux exploiter les ressources du milieu marin qui tient une part importante dans le développement économique de la Côte d’Ivoire.

« Le milieu marin, nous le savons, soutient, après l’agriculture, l’économie de ce pays. Une bonne santé de ce milieu est donc nécessaire à l’équilibre économique de la Côte d’Ivoire », a-t-il déclaré. Le directeur de cabinet a invité les participants à s’impliquer pleinement dans les travaux, afin que les recommandations qui sortiront du rapport soient pertinentes.

Pour sa part, Nianzou Ety Niamkey, 4e adjoint au maire, représentant le premier magistrat de la commune, Hippolyte Ebagnitchié, a exprimé tout l’intérêt que les populations et les responsables locaux attachent au projet Giamaa, notamment à l’opportunité qu’il offre dans la recherche de solutions durables aux difficultés rencontrées par les acteurs économiques.

À l’ouverture des travaux, Pr Yapo Ossey, représentant le directeur du Centre ivoirien antipollution (Ciapol), le Colonel Martin Niagne Dibi, a rappelé le contexte de mise en œuvre du projet Giamaa. Qui a été développé par la Convention d’Abidjan relative à la coopération en matière de protection et de mise en valeur du milieu marin et des zones côtières de la région de l’Afrique de l’Ouest, du Centre et du Sud en partenariat avec le Centre d’expertise norvégien, Grid Arendal.

Dénommée “Marine Management In West Africa on Training and Application’’, l’initiative vise à aider ses États membres à mettre en place une politique de gestion intégrée et durable de leurs zones marines et côtières, avec pour but la conservation des écosystèmes marins et côtiers et de la biodiversité, la promotion de l’utilisation durable des ressources et d’assurer l’utilisation à long terme des services écosystémiques.


Le 24/09/20 à 11:59
modifié 24/09/20 à 11:59

LES + POPULAIRES

Année universitaire 2021-2022 : L’Etat lance le renouvellement et l’attribution des bourses d’études Lutte contre les mutilations génitales : Un institut médico-psychosocial inauguré Droits de l’homme : Le CNDH célèbre la journée africaine