Souleymane Traoré (Drh de Cfao Retail): "Nous nous félicitons de la reprise des concertations avec nos partenaires sociaux

Souleymane Traoré, Directeur des ressources humaines de Cfao Retail. (DR)
Souleymane Traoré, Directeur des ressources humaines de Cfao Retail. (DR)
Souleymane Traoré, Directeur des ressources humaines de Cfao Retail. (DR)

Souleymane Traoré (Drh de Cfao Retail): "Nous nous félicitons de la reprise des concertations avec nos partenaires sociaux

Le 21/09/20 à 15:48
modifié 21/09/20 à 15:48
La direction des ressources humaines du groupe Cfao Retail appelle les employés au calme et les rassure de ce que le dialogue doit être un outil nécessaire de maintien de la paix au sein de l'entreprise.
L’actualité récente de votre organisation a été marquée par un mouvement de grève qui a été déclenché chez Carrefour Côte d’Ivoire du 9 au 11 septembre. Qu’en est-il exactement ?

Depuis son implantation en Côte d’Ivoire, Carrefour a témoigné de son attachement au dialogue social inclusif et serein avec l’ensemble de nos collaborateurs. Au cours des derniers mois, cette volonté a été démontrée au travers des actions concrètes. De décembre 2019 à août 2020, pas moins de huit rencontres ont eu lieu avec les représentants du personnel et / ou le Synt-Cfao-Retail-CI. Différents sujets ont été à l’ordre du jour de ces échanges (informations sur la situation économique de la société, assurance maladie, primes de progrès, comité d’entreprise, évaluation des accords de décembre 2019...). Effectivement sur la période que vous indiquez une partie de nos collaborateurs a choisi de se mettre en grève pour une durée de 72 heures, perturbant le bon fonctionnement de notre activité. Nous tenons avant tout à présenter nos excuses à nos clients pour les éventuels désagréments que cette situation a pu leur causer. Pour en revenir aux justifications de ce mouvement de grève, elles portent essentiellement sur des éléments de revalorisation de salaire ou attributions de diverses primes, mais également sur des questions d’ordre social comme l’assurance maladie, la gestion du fonds de solidarité, la médecine d’entreprise. D’autres points comme le « profil de carrière », le classement catégoriel de certaines fonctions, figurent en bonne place dans le préavis qui nous a été déposé. La situation aujourd’hui est revenue à la normale. Nous nous félicitons de la reprise des concertations avec nos partenaires sociaux.

Quels sont les avantages que vous offrez à vos salariés ?

Permettez-moi d’indiquer que même pendant la grève, nous avons continué de privilégier le dialogue social. Pour répondre à votre question, il faut considérer dans un premier temps les référentiels concernant les salaires. Vous avez tout d’abord la loi qui fixe le Smig et les minima catégoriels en Côte d’Ivoire, ensuite vous avez les pratiques propres au secteur d’activité dans lequel vous évoluez, en l’occurrence la grande distribution. Je peux vous dire que sur ces deux premiers éléments, nous sommes bien au-delà du Smig et à minima alignés sinon au-dessus des salaires et avantages sociaux de notre secteur d’activité. Un troisième élément peut être ajouté aux deux premiers, il s’agit des politiques spécifiques à chaque organisation. Nous avons effectivement des pratiques comme la cantine avec repas subventionné à hauteur de 1000 Fcfa par jour, à raison de 5 jours par semaine les (collaborateurs payent 500 Cfa pour un repas complet). Il me semble que la pratique est inédite dans notre secteur. De même, nous avons une assurance maladie complémentaire avec des conditions avantageuses pour les collaborateurs. En outre, le développement en cours de notre réseau, offre-t-il des opportunités de carrière, qui à ce jour ont permis pas moins de 280 promotions internes. Pour rappel, notre effectif total est de 750 collaborateurs.

En dépit des actions que vous évoquez, comment expliquez-vous la survenue de la grève ?

Tout d’abord, nous devons réaffirmer que nous déplorons cette grève car des actions de cette nature sont susceptibles de mettre à mal notre activité, à un moment où la crise sanitaire conduit à de nombreuses suppressions d’emploi sur tout le continent. Cependant nous restons fermement attachés au respect des lois et à l’expression des libertés individuelles. Nous nous sommes engagés dans une démarche de concertation avec les partenaires sociaux, sous l’égide de l’inspection du travail, et avons bon espoir que des décisions raisonnables et constructives en sortent. à la suite de ce travail, nous pourrons mieux appréhender tous les enseignements de cette crise. Cette démarche est essentielle pour apporter des réponses durables, afin d’accompagner nos collaborateurs tout au long de leur vie dans l’entreprise mais aussi et surtout, continuer le développement de nos activités, dans l’objectif de nous rapprocher davantage de nos clients pour une meilleure satisfaction de leur besoin.

Peut-on définitivement parler d’un épisode clos ? Comment voyez-vous l’avenir pour vos salariés au sein de l’entreprise ?

Nous souhaitons vivement que ce genre de mouvements sociaux soient définitivement dernière nous, pour permettre à tous les acteurs de pouvoir avancer dans la réalisation de nos objectifs qui sont : garantir notre rentabilité pour continuer l’amélioration des conditions de travail, continuer le développement de notre réseau par l’ouverture de nouveaux magasins à Abidjan et à l’intérieur du pays, faire des collaborateurs des professionnels formés aux métiers de la grande distribution en Côte d’Ivoire, promouvoir les talents locaux aux postes de management. Pour y arriver, nous comptons sur l’implication de tous les acteurs, dans un climat social apaisé mais autour d’un dialogue social constructif, permanent et responsable. Pour notre part, nous restons concentrés et plus que jamais engagés car le projet Retail de Cfao en Côte d’Ivoire, a un très fort impact social au niveau l’insertion professionnelle (création d’emplois, opportunités de stages), de la formation professionnelle à travers le développement de partenariats avec des centres ou écoles de formation, en vue de la professionnalisation des différents acteurs. La conjugaison de ces différents éléments, autorise à envisager un avenir fait d’opportunités professionnelles et de développement personnel pour nos collaborateurs. Ils sont des acteurs importants du projet d’entreprise, nous devons continuer de les accompagner pour les aider à y prendre toute leur place. Pour finir, nous pensons que l’avenir de Carrefour en Côte d’Ivoire doit être serein, afin de permettre à notre organisation de continuer de participer à l’essor économique national. Nous sommes implantés en Côte d’Ivoire depuis cinq ans avec la volonté de continuer à nous développer. Nous employons à ce jour 750 salariés et travaillons avec plus de 250 entreprises locales. Notre ambition est de contribuer au développement du commerce moderne, en proposant des biens de consommation de qualité à des prix abordables.


Le 21/09/20 à 15:48
modifié 21/09/20 à 15:48

LES + POPULAIRES

Energie électrique : Le Wapp forme 119 Africains dont 105 Ivoiriens à Abidjan Présidentielle du 31 octobre 2020 : La déclaration de l’Alliance des religions en faveur de la paix en Côte d’Ivoire éducation nationale : Adama Coulibaly offre 10000 kits scolaires dans le N’Zi