Partenariat économique Côte d’Ivoire-Union européenne: L’APE intérimaire expliqué aux faîtières du secteur privé

Les ministres Albert Flindé et Moussa Sanogo ont rehaussé de leur présence, la cérémonie. (DR)
Les ministres Albert Flindé et Moussa Sanogo ont rehaussé de leur présence, la cérémonie. (DR)
Les ministres Albert Flindé et Moussa Sanogo ont rehaussé de leur présence, la cérémonie. (DR)

Partenariat économique Côte d’Ivoire-Union européenne: L’APE intérimaire expliqué aux faîtières du secteur privé

Le 15/09/20 à 17:30
modifié 15/09/20 à 17:30
L’accord de partenariat économique intérimaire (Apei) qui lie la Côte d’Ivoire à l’Union européenne était au centre d’une rencontre de concertation et d’échange. Elle a été organisée le 14 septembre à la maison de l’Entreprise, au Plateau, par le ministère de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur, en collaboration avec le ministère du Budget et du Portefeuille de l’État et la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (Cgeci).

Cette rencontre qui a réuni plus d’une cinquantaine de participants a permis d’expliquer aux faîtières du secteur privé le fonctionnement de l’Ape intérimaire. Elle a aussi servi à faire l'état des lieux des négociations sur les Apei (RCI-UE et RCI-RU) et des Programmes d’appui, de relever les principales préoccupations des faîtières du secteur privé face à la première phase du démantèlement tarifaire et à la maladie à coronavirus et de promouvoir l’intégration régionale.

En outre, la séance a permis aux entreprises de comprendre les articulations entre les Apei et autres réformes communautaires existantes ou en cours de mise en œuvre dans la région et sur le continent (schéma de libéralisation des échanges Cedeao, Zone de libre-échange continentale africaine/Zleca.

La cérémonie d’ouverture a été co-présidée par le ministre de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur et son collègue du Budget et du Portefeuille de l’État, Moussa Sanogo. Ils avaient à leurs côtés les responsables de la Cgeci, avec à leur tête le secrétaire exécutif, Stéphane Aka Anghui.

A l’occasion, le ministre Albert Flindé a indiqué que c’est depuis août 2016, que le Parlement ivoirien a ratifié l’Apei entre la Côte d’Ivoire et l’Union européenne, qui est rentré effectivement en œuvre à partir du 6 décembre 2019.

« Après près plus de six mois de mise en œuvre de la première phase de libéralisation tarifaire, et à quatre mois de l’application de la deuxième phase, il s’avère important et nécessaire d’échanger avec le secteur privé, qui est en première ligne de ce partenariat économique. Même si les négociations de cet Accord ont obéi au principe participatif inclusif, il est important pour le gouvernement de continuer à associer les différents acteurs à la mise en œuvre de cet Accord, mais également et surtout à l’évaluation de ses premiers effets en vue de prendre les mesures conséquentes pour les démantèlements de la deuxième phase en janvier 2021 », a-t-il souligné.
Ajoutant qu’en 2019, l’Ue reste le premier partenaire commercial de la Côte d’Ivoire, avec 27% des importations totales et 34% des exportations totales.

« Au cours cette année 2019, la Côte d’Ivoire a importé de l'Ue des marchandises d'une valeur de1733, 4 milliards de FCFA, soit une augmentation de 10,5 milliards de FCFA par rapport à 2018. Cette augmentation des importations européennes vers Côte d’Ivoire en 2019 est portée notamment par le blé, le méteil, le tabac, les produits pharmaceutiques et de préparations alimentaires à base de farine. Quant aux exportations de la Côte d’Ivoire vers l’Ue, elles ont été d’une valeur 2689,4 milliards de FCFA en 2019, soit une augmentation de 12,4 milliards de FCFA par rapport à 2018.Cette augmentation est liée essentiellement à une hausse des exportations de cacao brut et transformé et de fruits et noix ».

Dans le même sens, le ministre du Budget et du portefeuille de l’État, a noté que l’Ue, c’est à peu près 40% des exportations de la Côte d’Ivoire. Il a aussi expliqué quelques dispositions de l’Ape intérimaire. Soulignant que cet Accord de partenariat intérimaire est pour le gouvernement ivoirien un facteur de développement.

Pour sa part, le Directeur exécutif de la Cgeci, Stephane Aka Anghui, a rappelé qu’un accord de partenariat économique intérimaire (Apei), a été conclu entre l'Union européenne et la Cote d’Ivoire en décembre 2007.

« Depuis ce jour-là, nos exportations sont rentrées en franchise de droits de douane sur le marché européen sans discontinuité, grâce à des progrès réguliers dans les négociations et les discussions pour préparer la mise en œuvre de l’accord », a-t-il affirmé. Ajoutant que progressivement, le partenariat se dirige vers des produits demandés par le secteur privé, ce qui pourrait améliorer sa compétitivité.


Le 15/09/20 à 17:30
modifié 15/09/20 à 17:30

LES + POPULAIRES

Présidentielle du 31 octobre 2020 : La déclaration de l’Alliance des religions en faveur de la paix en Côte d’Ivoire Santé sexuelle et reproductive : Les méthodes permanentes expliquées à la presse Maouloud 2020: Les guides religieux invités à des «actions fortes» allant dans le sens de la cohésion sociale