Accès à l'eau potable : Pose de premières pierres et inauguration de châteaux d’eau dans le Moronou

Le ministre Tchagba Laurent posant la première pierre du château d'eau en présence des autorités administratives et coutumières. (DR)
Le ministre Tchagba Laurent posant la première pierre du château d'eau en présence des autorités administratives et coutumières. (DR)
Le ministre Tchagba Laurent posant la première pierre du château d'eau en présence des autorités administratives et coutumières. (DR)

Accès à l'eau potable : Pose de premières pierres et inauguration de châteaux d’eau dans le Moronou

Le 07/09/20 à 10:07
modifié 07/09/20 à 10:07
Après l’inauguration du château d’eau de Bossoukro dans la région de l’Agnéby-Tiassa le 5 septembre, le ministre de l’Hydraulique, Laurent Tchagba, et sa délégation ont mis le cap hier sur Moronou. Dans cette région, le ministre a posé la première pierre du futur château d’eau d’Assahara, dans le département de Bongouanou.

D’un coût global de 554 000 000 de F CFA et financé par l’État de Côte d’Ivoire, l’ouvrage est censé être livré dans six mois, son délai d’exécution. La réalisation de l’infrastructure hydraulique s’inscrit dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des populations, notamment l’accès à l’eau potable aux 12 300 âmes de cette contrée. « Ce projet vise à apporter une réponse à l’insuffisance de la desserte en eau potable en milieu rural.

La première phase du projet concerne 27 localités, notamment N’Drikro, Komambo, Assieboussou , Kouma, Kouakro et Bouaffoukro. La réalisation de ce projet réduira les corvées d’eau imposées aux femmes, aux enfants et particulièrement aux jeunes filles. Les jeunes pourront facilement aller à l’école parce qu’affranchis de cette corvée », a rassuré le ministre ; en présence des membres du corps préfectoral, des élus et cadres de la région du Moronou, des directeurs généraux et centraux de son département ainsi que de la chefferie et des guides religieux.

Laurent Tchagba a saisi l’occasion pour demander aux populations de faire confiance au Président de la République, Alassane Ouattara, qui a fait de l’accès à l’eau potable pour tous une priorité. Il a rassuré qu’aucune région, si petit soit-elle, ne sera oubliée dans la marche du développement inclusif, notamment dans la mise en œuvre de l’ambitieux programme « Eau pour tous ». Il a également annoncé un programme spécifique d’adduction en eau potable pour la région du Moronou.

« Bongouanou est une localité qui a un déficit de 50% en eau potable, soit un besoin de 4000 m3/jour. Le président nous a instruits pour qu’un projet d’adduction d’eau soit réalisé. En attendant que le programme soit lancé, des dispositions spécifiques ont été prises pour que ce déficit soit réduit. Il s’agit des unités de traitement d’eau (Ucd) pour produire une capacité de plus de 2000m3/jour en plus », a laissé entendre le ministre.

Le président de la mutuelle d’Assahara, Aboya Koffi Jean-Claude, a exprimé son satisfecit pour cette action qui met fin à la souffrance des populations. « Ce qui paraissait un rêve est devenu une réalité. Grâce à la politique de développement du Président Alassane Ouattara », a-t-il dit, la voix étreinte d’émotion.

Bouaffoukro : la fin du calvaire de 1313 habitantsAprès Assahara, le ministre et sa délégation se sont rendus à Bouaffoukro, localité située à 24 km de Bongouanou. L’émissaire du gouvernement y a procédé à l’inauguration du château d’eau.

L’ouvrage a coûté 135 000 000 F CFA à l’État de Côte d’Ivoire à travers le Fonds de développement de l’eau. Démarrés le 28 août 2018, les travaux ont consisté, entre autres, en la réalisation d’un château d’eau en béton armé de 50 m3 sur une hauteur de 12m, la réhabilitation du forage existant de 10 m3/h, la pose d’un réseau de canalisation de distribution d’une longueur totale de 6 km. Bouaffoukro disposait d’un système sommaire et obsolète d’hydraulique villageoise d’une faible capacité de production ; obligeant les populations à se tourner vers les puits et marigots pour s’approvisionner en eau malgré le risque de maladies hydriques.

« Ce projet de système d’alimentation en eau potable de type Hydraulique (Hu) d’une capacité de production de 200 m3/jour va considérablement améliorer les conditions de vie de la population estimée à 1313 habitants en 2020, en leur procurant une meilleure santé », a souligné l’émissaire du gouvernement.

Ettien Aka, porte-parole des populations, a exprimé sa gratitude au Président Alassane Ouattara, pour sa quête du développement inclusif dans les régions. « Nous sommes aujourd’hui comblés ; le programme Eau potable pour tous s’inscrit dans la politique du gouvernement visant à permettre aux populations d’avoir de l’eau potable. Fini désormais pour nous le stress des maladies liées à la mauvaise qualité de l’eau », a-t-il fait savoir.

Il a saisi cette occasion pour faire des doléances au ministre Laurent Tchagba : l’électrification du village de Komambo, la réhabilitation de la clôture du collège de Bouaffoukro, l’érection du village d’Assahara en commune de plein exercice, source de développement.

De notre envoyée spéciale à Bongouanou


Le 07/09/20 à 10:07
modifié 07/09/20 à 10:07

LES + POPULAIRES

Energie électrique : Le Wapp forme 119 Africains dont 105 Ivoiriens à Abidjan Présidentielle du 31 octobre 2020 : La déclaration de l’Alliance des religions en faveur de la paix en Côte d’Ivoire éducation nationale : Adama Coulibaly offre 10000 kits scolaires dans le N’Zi