Visite d’État dans le Moronou - Bongouanou: Une bouffée d’oxygène pour les opérateurs économiques






Les restaurateurs de Bongouanou, à l’instar de  L’International Pedro se sont apprêtés pour recevoir du monde dans leurs restaurants.
Les restaurateurs de Bongouanou, à l’instar de L’International Pedro se sont apprêtés pour recevoir du monde dans leurs restaurants.
Les restaurateurs de Bongouanou, à l’instar de L’International Pedro se sont apprêtés pour recevoir du monde dans leurs restaurants.

Visite d’État dans le Moronou - Bongouanou: Une bouffée d’oxygène pour les opérateurs économiques

Le 07/09/20 à 07:18
modifié 07/09/20 à 07:18
A Bongouanou, comme un peu partout dans le Moronou, de grands travaux de rénovation et d’embellissement ont cours. La région veut se rendre belle pour accueillir l’hôte de marque qu’elle attend depuis maintenant plusieurs années. En effet, la visite d’État du Président Alassane Ouattara dans le Moronou, qui a été reportée à plusieurs reprises, aura bel et bien lieu cette fois. Et ce, du 9 au 12 septembre.

La préfecture de Bongouanou, qui abritera le Conseil des ministres du mercredi 9 septembre, est en reconstruction. (Dadié)
La préfecture de Bongouanou, qui abritera le Conseil des ministres du mercredi 9 septembre, est en reconstruction. (Dadié)



A la faveur de cette visite historique pour les Agnis morofoués, d’importants travaux d’amélioration des infrastructures de base se tiennent dans les trois départements. L’électricité et les poteaux électriques renforcés, les routes réhabilitées, des bâtiments officiels dont les préfectures et mairies réhabilités pour certains et reconstruits pour d’autres, les caniveaux épurés... le Moronou est en chantier. La petite ville de Bongouanou qui, d’ordinaire, présente un visage timide, aujourd’hui ressemble à un grand centre urbain ; il y a beaucoup de monde qui circule, les ouvriers des entreprises en charge des travaux de rénovation sont à la tâche. Et cela fait l’affaire des opérateurs économiques qui se frottent déjà les mains.

Le secteur hôtelier renaîtEn effet, la plupart des hôtels ont été réquisitionnés pour la période de la visite d’État. Il faut s’assurer qu’il y ait suffisamment de dortoirs pour loger les milliers de personnes que va drainer, quatre jours durant, cette 30e visite d’État du Président Alassane Ouattara depuis son accession à la Magistrature suprême en 2011. Toute chose qui ravit au plus haut point les responsables de ces établissements hôteliers, qui n’espéraient pas une meilleure occasion pour relancer leurs activités, après la longue période de fermeture due aux restrictions imposées par la lutte contre la Covid-19. La plupart des hôteliers ont mis les petits plats dans les grands afin de rendre inoubliable le séjour de leurs visiteurs.

Blays Virgile Ekué, le directeur de l’hôtel King, l’un des plus grands et beaux hôtels de la ville de Bongouanou, que nous avons rencontré, il y a quelques jours, nous a fait le point sur son niveau de préparation. « Nous avons beaucoup souffert des restrictions imposées dans la lutte contre la Covid-19, surtout que déjà notre activité ne marche pas véritablement ici à Bongouanou du fait qu’il n’y a pas beaucoup d’activités économiques. Et lorsque nous avons eu la confirmation de l’arrivée prochaine du Chef de l’État, c’était la joie chez nous parce qu’on mesure le bénéfice qu’on en tirera. Nous avons donc entrepris depuis lors le toilettage de notre hôtel ; nous avons changé notamment tout le mobilier et la lingerie de nos 30 chambres ainsi que des salles de réunion, de la boîte de nuit et de l’espace plein air. Nous avons aussi fait des provisions pour le restaurant et avons renforcé les effectifs pour l’occasion. Nous sommes fin prêts pour accueillir nos hôtes », s’est-il réjoui.

Le secteur hôtelier à Bongouanou, avec sa vingtaine de réceptifs, est très mal logé En fait, la ville a une économie faible et encore agricole avec une population paupérisée et le tourisme n’y est malheureusement pas développé. A en croire Blays Virgile Ekué, son hôtel, à l’instar des autres que nous avons visités, est en moyenne occupé seulement à 30% de ses capacités quotidiennement. Ce qui, d’après lui, ne lui permet pas de faire de bénéfices quand il finit de régler les charges fixes. M. Ekué espère donc faire des bénéfices à la faveur de la visite d’État. Depuis quelques semaines déjà, à la faveur des travaux qui ont cours dans la ville et des missions préliminaires, les fréquentations de son établissement ont beaucoup augmenté.

A l’hôtel Refuge Bananeraie de Melaine Tanoh, c’est pratiquement la même situation. Avant d’arriver dans la ville pour son reportage, le 18 août, l’équipe de Fraternité Matin avait contacté ce réceptif en vue de réserver des chambres. Mais tout était déjà occupé. « Nos activités tournent un peu plus ces dernières semaines. Car la ville est mouvementée et bondée depuis un moment. Il y a entre autres les travailleurs des entreprises qui réhabilitent la voirie urbaine et embellissent la ville, mais aussi les émissaires des missions préliminaires, les membres de l’administration. Le Coronavirus nous avait mis à genoux, et maintenant grâce à la visite d’État, on se relève progressivement », a-t-elle commenté.

Du chiffre pour les restaurateurs et les Pme

Pierre Bosson dit l’International Pedro, lui, est un restaurateur. Spécialisé dans les grillades de toutes sortes de viande, il a ouvert en 2019 son restaurant au quartier Kangandi. Selon lui, ses plats sont prisés et l’activité marche bien, surtout en cette période de pré-visite d’État. Il prévoit de recevoir un plus grand nombre de clients pendant la visite d’État et donc s’apprête en conséquence. « Je suis en train de me constituer un bon stock de viande afin de ne pas en manquer quand la demande sera forte. Des gens nous demandent parfois de nous préparer car il y aura beaucoup de monde pendant les trois jours que le Président fera dans le Moronou. C’est sûr que nous ferons de gros bénéfices », espère-t-il.

Serge Pacôme N’Guessan, gérant et propriétaire d’une agence de mobile money, est lui aussi visiblement heureux de nous livrer ses impressions sur la visite d’État. Son activité marche bien ces jours-ci. « L’arrivée du Chef de l’État nous fait énormément plaisir, parce que c’est nous les opérateurs économiques de Bongouanou les grands bénéficiaires de cette visite d’État. Il y a du beau monde dans la ville et ça fait marcher mon activité. En tout cas, depuis quelques jours, je reçois beaucoup plus de clients qu’auparavant, environ le double et mes ventes ont quasiment doublé. J’espère que cette situation va durer », nous raconte-t-il.

Espoir pour les commerçantes du vivrierQuant à Adeline Kouamé, commerçante de vivrier, elle espère beaucoup de cette visite d’État. Elle dit avoir besoin de financement pour relancer ses activités qu’elle a dû stopper à cause de la pandémie de la Covid-19. « Je fonde tout mon espoir dans cette visite du Président Alassane Ouattara. Nous les femmes avons besoin d’aide financière pour bien mener nos activités. Certaines comme moi en ont besoin pour se relancer. J’achète la banane plantain avec les planteurs, que je revends ici en bordure de route. Mais à cause de la maladie-là, mes activités ont pris un grand coup. Je n’arrivais plus à écouler mes produits vers Abidjan, ce qui a fait que j’ai enregistré de grosses pertes, qui m’ont conduit à l’arrêt de l’activité », explique-t-elle. En attendant d’avoir du financement pour relancer son activité, Adeline apporte un coup de main à sa grande sœur qui, elle, a pu tenir. Mais celle-ci dit avoir besoin, elle aussi, de financement, notamment du Fafci.

Faustin Ehouman

Envoyé spécial dans le Moronou



Le 07/09/20 à 07:18
modifié 07/09/20 à 07:18

LES + POPULAIRES

Lutte contre le cancer du sein: Les femmes de Fraternité Matin sensibilisées aux dangers de la maladie Année universitaire 2021-2022 : L’Etat lance le renouvellement et l’attribution des bourses d’études Lutte contre les mutilations génitales : Un institut médico-psychosocial inauguré