Élection à la Fif : L’imbroglio Didier Drogba

Didier Drogba, un candidat incompris. (DR)
Didier Drogba, un candidat incompris. (DR)
Didier Drogba, un candidat incompris. (DR)

Élection à la Fif : L’imbroglio Didier Drogba

Le 19/08/20 à 09:46
modifié 19/08/20 à 09:46
Le cas Didier Drogba, candidat à la présidence de la Fédération ivoirienne de football (Fif), fait couler beaucoup d’encre et de salive. A la Une des tabloïds à Londres, en France, les images de la star et la foule qui l’accompagne à chacun de ses déplacements suscitent des passions. Que se passe-t-il avec Didier Drogba ?

Derrière la carapace de vedette, se cache un candidat dont le principal défaut est d’être un peu trop en avance. A 42 ans, cet éminent footballeur qui aura marqué profondément la Côte d’Ivoire est aussi devenu un homme de réseaux qui fait rêver plus d’un à travers le monde. S’il a porté à bout de bras la sélection nationale qu’il a conduit à trois Coupes du monde de la Fifa (2006, 2010, 2014), Didier Drogba, prophète chez soi, apprend à ses dépens les limites de la « Drogbamania ». Confusion à la Commission électorale

L’icône a du mal à réunir sur un papier trois clubs de Ligue 1, deux de Ligue 2 et de D3, plus un groupement d’intérêt du football. Une affaire de parrainage. Huit électeurs sur 81. Ce qu’il faut pour être candidat à présidence de la Fif. L’Asi d’Abengourou et le Sporting club de Gagnoa qui figurent sur sa liste de parrainage ont joué un double jeu avec lui.

Des nœuds gordiens qui ont réussi à diviser la Commission électorale qui n’a pas pu examiner et publier les candidatures dans le délai imparti. Deux éléments essentiels ont été les points d’achoppement. Le document de l’Africa Sports apporté par Antoine Bahi souffre d’un manque de crédibilité. Bahi n’était que vice-président chargé de la section football au moment où il a apporté son soutien à Didier Drogba. Or, selon les normes, ce droit est réservé au seul président reconnu par la Fif.

Même s’il s’est fait élire président du club dans la foulée par une assemblée générale, Antoine Bahi n’a pas encore formé un comité directeur communiqué à la faîtière. Idem pour les arbitres de l’Amafci. Visiblement, le candidat Didier Drogba n’a pas tout ce qu’il faut pour se présenter à cette élection. Ailleurs, comme sur place à Abidjan, l’on a du mal à comprendre que Didier Drogba, le capitaine emblématique des Éléphants de Côte d’Ivoire, l’icône mondiale au vaste carnet d’adresses ne puisse pas convaincre un seul club de Ligue 1.

Un projet novateur

Pourtant, il présente un projet novateur. En effet, il parle de la régionalisation du football. Didier Drogba veut faire du football un terrain attrayant et attractif dans une diversité de régions. Les plus nostalgiques se souviennent que le tout premier championnat de Côte d’Ivoire a été remporté par l’équipe de Man. Une équipe rayée de la carte du sport-roi aujourd’hui.

Didier Drogba veut en finir avec ce football d’élite essentiellement concentré à Abidjan. Pour lui, le ballon doit rouler partout dans le pays. Il veut permettre à chaque club d’avoir son propre stade, à travers un projet de stades modulables dont la construction ne devrait pas excéder trois, voire quatre mois.

En partenariat avec une firme qatarie, Drogba envisage de créer une clinique sportive pour permettre aux joueurs de se soigner dans les mêmes conditions que ceux qui évoluent dans les meilleurs championnats du monde.

Ceci, pour éviter que des joueurs arrêtent leur carrière à la suite de certaines blessures graves. Surpris qu’aucun joueur évoluant dans le championnat national n’ait sa maison, il va plus loin en évoquant un programme immobilier pour les joueurs locaux. Une manière d’inciter le footballeur à évoluer dans son pays pour se construire.

Il n’y a pas que ces points énumérés. Il y en a plusieurs tels que la formation, une nouvelle manière de gérer le football ivoirien qu’il a nommée « Renaissance », la subvention aux clubs qu’il compte tripler, un car pour chaque club. Ce que personne ne propose aux clubs. Mais rien de tout cela ne semble intéresser les clubs et groupements d’intérêt du football. Pourquoi ? Seul Didier Drogba peut l’expliquer. Comment a-t-il planifié sa stratégie ?


Le 19/08/20 à 09:46
modifié 19/08/20 à 09:46

LES + POPULAIRES

Cocody-Angré : Un commissaire de la PJ tué dans des échanges de tirs avec des braqueurs Décès du ministre Sidiki Diakité: Dominique Ouattara exprime la compassion du couple présidentiel à la famille éplorée Cour d’appel d’Abidjan : 6291 dossiers enregistrés pendant l’année judiciaire 2019-2020