Exportation illicite de produits agricoles: Le gouvernement engage le combat pour l’éradication du phénomène

Les noix de cajou. (DR)
Les noix de cajou. (DR)
Les noix de cajou. (DR)

Exportation illicite de produits agricoles: Le gouvernement engage le combat pour l’éradication du phénomène

Le 06/08/20 à 12:09
modifié 06/08/20 à 12:09
Le Chef de l’État, Alassane Ouattara, a présidé, mercredi, le Conseil des ministres qui avait à son ordre du jour des sujets liés à l’agriculture, aux infrastructures routières et bien d’autres.
Agriculture. Infrastructures routières. Lutte contre la maladie à coronavirus. Education. Cohésion sociale ... Ce sont autant de sujets abordés le mercredi 5 août, au cours du Conseil des ministres qui s’est tenu à la salle des Pas perdus du Palais présidentiel.

Concernant le point sur l’agriculture, Sidi Touré, ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement, a indiqué lors de son point-presse, que le gouvernement a engagé une lutte pour mettre fin à la commercialisation et l’exportation illicites des produits agricoles soumises à agrément, en particulier l’anacarde. ''Le Conseil a adopté une ordonnance modifiant et complétant l’ordonnance n°2018- 437 du 03 mai 2018 portant répression de la commercialisation et de l’exportation illicites des produits agricoles soumises à agrément ainsi que son projet de loi de ratification. Cette ordonnance met en place un dispositif spécial en vue d’éradiquer le phénomène d’exportation frauduleuse des matières premières agricoles, notamment de l’anacarde. Elle prévoit, à cet effet, la confiscation et la vente immédiate des produits saisis ainsi que des moyens de transport, selon une procédure judiciaire simplifiée'', a-t-il dit.

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de l’anacarde, connaît une fuite de ce produit vers les pays limitrophes. Des spécialistes avancent les chiffres de 150.000 à 200.000 tonnes. Le gouvernement veut stopper cette hémorragie, de sorte que la Côte d’Ivoire profite pleinement de l’exportation de ce produit.

Dans le domaine des infrastructures routières, le gouvernement a adopté un décret qui porte déclaration d’utilité publique des périmètres d’élargissement de la voie du Golf : section Hôtel du golf-Ivoire Golf Club-Carrefour Green Golf résidences. Selon le porte-parole du gouvernement, ‘’ce décret intègre dans le domaine de l’État, les périmètres situés sur l’ensemble du tracé d’une longueur de 900 mètres pour une emprise au sol d’environ 20 mètres’’.

A l’en croire, ‘’cette mesure permettra d’élargir le Boulevard de France en 2X2 voies en vue de faciliter la circulation sur la section de route comprise entre l’Hôtel du Golf et les quartiers M’Pouto et M’Badon. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la réalisation de l’autoroute périphérique Y4 devant permettre de rejoindre l’autoroute du Nord sans passer par la baie du Banco à Yopougon’’. Ces travaux permettront d’améliorer la fluidité routière.

La lutte contre la maladie à coronavirus était aussi à l’ordre du jour du Conseil des ministres d’hier. Sur ce sujet, le porte-parole du gouvernement a fait savoir que le Conseil a adopté une communication relative aux mesures à respecter par les voyageurs au départ et à l’arrivée, au niveau des aéroports de Côte d’Ivoire. ‘’ Compte tenu de la reprise des vols internationaux décidée par le Conseil national de sécurité (Cns), le Conseil a adopté un dispositif strict de contrôle sanitaire à l’arrivée et au départ des aéroports ivoiriens en vue de prévenir une nouvelle vague de contamination venant de l’extérieur.

Ce dispositif renforce les capacités opérationnelles des aéroports nationaux en tenant compte, non seulement des directives internationales de sécurité sanitaire, mais intègre également la nécessité de maintenir un équilibre prudent entre le risque épidémiologique et la reprise des activités de la vie économique et sociale. Ainsi, ces mesures seront assouplies progressivement en fonction des données épidémiologiques sur l’évolution régionale et mondiale de la pandémie.

En vue de faciliter la mise en œuvre de ces mesures, tout ressortissant étranger au départ, à l’arrivée ou en transit, dans les aéroports ivoiriens, est tenu de remplir le formulaire de déclaration de déplacement par voie aérienne, disponible en ligne sur le site : www.deplacement-aerien.gouv.ci’’, a-t-il dit.

Le ministre de la Communication et des Médias a aussi indiqué qu’en plus du formulaire à renseigner, les passagers au départ de la Côte d’Ivoire doivent désormais se soumettre au test de dépistage de la maladie à Covid-19 dans les centres agréés à cet effet. Le test doit être réalisé dans un délai de 3 à 7 jours avant le départ. Le coût du test est de 50.000 F CFA à la charge du voyageur. Pour les voyageurs qui arrivent en Côte d’Ivoire, ils doivent présenter leur attestation, prouvant qu’ils ne sont pas atteints de Covid-19. Auquel cas, ils seront automatiquement mis en isolement pendant 14 jours. Cela, à la charge de la compagnie aérienne qui l’aura transporté.

Le gouvernement a aussi planché sur l’amélioration des conditions d’accès à l’enseignement préscolaire. A cet effet, le Conseil a adopté un décret portant ratification d’un l’accord de don additionnel d’un montant de vingt-sept millions trois cent quarante-six mille dollars US, soit environ quinze milliards sept cent un millions cent soixante-dix mille huit cent soixante-quatre francs CFA , conclu le 14 juillet 2020, entre la Banque internationale pour la reconstruction et de développement (Bird), agissant en qualité d’agent de subvention pour le Fonds du partenariat mondial pour l’éducation et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement du Projet d’amélioration de la prestation des services éducatifs (Papse).

Ce projet permettra également d’améliorer les résultats au niveau de l’apprentissage dans les écoles pré-primaires.

Concernant la cohésion sociale, le gouvernement a adopté un décret instituant la journée nationale du pardon et du souvenir. Ce sera désormais tous les 16 décembre. Cela, en souvenir de la journée du 16 décembre 2010, au cours de laquelle des affrontements entre militants et sympathisants des deux candidats du 2e tour de l’élection présidentielle ont fait de nombreuses victimes devant le siège de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (Rti).


Le 06/08/20 à 12:09
modifié 06/08/20 à 12:09

LES + POPULAIRES

Maladies non transmissibles : Aka Aouélé réitère l’engagement du gouvernement dans la lutte Obsèques de Laurent Mandjo : Prêtres et laïces reconnaissants à Dieu Coopération militaire : La France affecte un nouvel attaché de sécurité intérieure en Côte d’Ivoire