Autosuffisance en riz : Lancement d'un programme de prévention d'une éventuelle pénurie

Le directeur général de l'Aderiz, Yacouba Dembélé (au centre), et les responsables des quatre leaders de pôle, ont immortalisé l'instant après la signature des conventions. (DR)
Le directeur général de l'Aderiz, Yacouba Dembélé (au centre), et les responsables des quatre leaders de pôle, ont immortalisé l'instant après la signature des conventions. (DR)
Le directeur général de l'Aderiz, Yacouba Dembélé (au centre), et les responsables des quatre leaders de pôle, ont immortalisé l'instant après la signature des conventions. (DR)

Autosuffisance en riz : Lancement d'un programme de prévention d'une éventuelle pénurie

Le 05/08/20 à 20:15
modifié 05/08/20 à 20:15
D’un montant de 16,2 milliards de F Cfa, un Programme d’urgence riz (Pur 2020) a été élaboré par le ministère de la Promotion de la Riziculture afin de contrer l’impact de la crise sanitaire liée à la Covid-19.

Sa mise en œuvre, confiée à l’Agence pour le développement de la filière riz (Aderiz), a été officiellement lancée, hier, à l’hôtel Novotel, à Abidjan-Plateau. A cette occasion, une convention a été signée entre l’Aderiz et les quatre leaders de pôle, c’est-à-dire, les structures qui sont chargées des activités terrain sur toute l’étendue du territoire national. Ces structures sont : Socomci, Oriane Industries, Amc et Gan-Logis.

Face à la crise sanitaire, comme l’a expliqué le directeur général de l’Aderiz, Yacouba Dembélé, la problématique globale adressée par la filière riz est l’intensification de la production nationale afin d’assurer une production additionnelle de 300 000 tonnes de riz blanchi, « permettant ainsi de couvrir une partie du gap dû à la perturbation des importations et de la production locale ».

A l’en croire, « les conséquences immédiates de la crise sanitaire portent notamment sur le risque de pénurie : elles concernent essentiellement l’approvisionnement des marchés en riz importé, certains pays exportateurs ayant restreint les exportations. Si rien n’est fait, la production nationale sera fortement impactée ; on pourrait enregistrer une baisse de 20% ».

Le besoin de consommation de riz en 2020 est de 2,2 millions de tonnes couvert par la production nationale (1,3 millions de tonnes soit 60% des besoins) et les importations (900 000 tonnes soit 40% des besoins). A ce jour, a fait noter Yacouba Dembélé, la sécurisation des importations devra porter sur un volume minimum de 400 000 tonnes.

Le Pur 2020 s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’urgence pour le soutien aux filières agricoles d’exportation et aux secteurs des productions alimentaires impactés par la crise sanitaire de la Covid-19. En outre, il reste conforme aux dispositions de la Stratégie nationale de développement de la riziculture (Sndr 2020-2030).

Trois grandes mesures ont été retenues dans la mise en œuvre du Pur 2020, à savoir le soutien aux riziculteurs afin de consolider le premier cycle rizicole et le soutien aux acteurs de la valorisation du riz.


Le 05/08/20 à 20:15
modifié 05/08/20 à 20:15

LES + POPULAIRES

Maladies non transmissibles : Aka Aouélé réitère l’engagement du gouvernement dans la lutte Obsèques de Laurent Mandjo : Prêtres et laïces reconnaissants à Dieu Coopération militaire : La France affecte un nouvel attaché de sécurité intérieure en Côte d’Ivoire