Présidentielle 2020 : L’ouverture des dossiers de candidatures fixée au 16 juillet

Le président de la Cei, Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, a salué l’implication des acteurs politiques dans l’opération de la révision de la liste électorale.
Le président de la Cei, Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, a salué l’implication des acteurs politiques dans l’opération de la révision de la liste électorale.
Le président de la Cei, Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, a salué l’implication des acteurs politiques dans l’opération de la révision de la liste électorale.

Présidentielle 2020 : L’ouverture des dossiers de candidatures fixée au 16 juillet

Le 08/07/20 à 22:26
modifié 08/07/20 à 22:26
La révision de la liste électorale s’est achevée le 5 juillet dernier. Le processus électoral est entré, depuis lors, dans sa deuxième phase avec la période de réception des dossiers de candidatures. Hier, le président de la Commission électorale indépendante (Cei), Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, à la faveur d’une rencontre avec les partis et groupements politiques au Plateau, a informé que les prétendants au fauteuil présidentiel peuvent, à partir du 16 juillet, faire acte de candidature, et cela, dans un délai de 45 jours. C’est-à-dire, jusqu’au 1er septembre. C’est au siège du Programme des nations unies pour le développement ( Pnud) que le premier responsable de l’institution en charge d’organiser les élections a porté cette nouvelle à la connaissance de l’opinion nationale et internationale. « Aujourd’hui, nous sommes à la 2e étape. La première, étant plus ou moins terminée, celle qui consistait à l’enrôlement des citoyens sur la liste électorale. (...) Il est bon de préciser que conformément à notre chronogramme, un mois était proposé aux partis politiques pour déposer les dossiers de candidatures y compris le parrainage. Mais c’est une nouvelle institution. Il faut donner la possibilité aux candidats de pouvoir satisfaire à cette condition de parrainage. Voilà pourquoi, nous avons proposé aux partis politiques, le délai de 45 jours au lieu d’un seul mois. Les 45 vont donc commencer à partir du 16 juillet. Mais pour cela, il faut qu’il ait une liste sur la base de laquelle, les parrains que sont les électeurs peuvent être identifiés », a-t-il fait savoir.

Cette réunion avec les formations et groupements politiques sous l’égide de la Représentante-résidente du Pnud, Carol Flore-Smereczniak, selon M. Coulibaly-Kuibiert, avait pour but d’instruire ces acteurs politiques sur le mécanisme de parrainage. Dans cette perspective, il a déclaré que pour permettre aux candidats de satisfaire à la condition de cette nouvelle ‘’ innovation’’ dans le processus, il leur sera remis la « la liste électorale de 2018. Et 15 jours après, la liste électorale provisoire de 2020 sera disponible, de sorte qu’ils auront la chance d’avoir deux listes, étant attendu que la liste de 2020 n’est rien d’autre que celle améliorée de 2018. Donc nous avons 6 millions 600 mille électeurs sur la liste de 2018 ajoutés aux nouveaux électeurs de 2020 ».

Le président de la Cei a précisé que la liste électorale de 2018 a été remise sur clé aux partis et groupements politiques qui étaient présents dans la salle. Dans le même temps, il a informé que ces derniers ont reçu de ses mains, les statistiques de la population électorale par région. « Les jours à venir, nous allons leur remettre les imprimés et tous les documents supports permettant de comprendre le mécanisme de parrainage », a-t-il ajouté.

Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, à l’entame de ces propos, s’était félicité du bon déroulement de l’opération de la révision de la liste électorale. « De mémoire d’homme, selon les dires des uns et des autres, le taux que nous avons atteint au niveau de l’enrôlement ne s’est jamais passé en Côte d’Ivoire », avait-t-il indiqué. Avant de mettre ce record à l’actif des acteurs politiques qui ont appelé leurs militants et sympathisants à s’inscrire massivement sur la liste électorale.

Juste après le mot introductif de la Représentante-résidente du Pnud, Carol-Flore smereczniak à l’ouverture de la réunion d’hier, les plateformes Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (Eds) et Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix (Cdrp) et le parti politique Union républicaine pour la démocratie ( Urd) de Danièle Boni-Clavérie ont émis des préalables avant de quitter la table de séance. Tchéidé Jean Gervais qui y représentait Eds, en leur nom, a justifié ce retrait par le fait qu’ils récusent non seulement la Cei, mais aussi dénoncent la révision de la liste électorale. A l’en croire, cette opération a été émaillée d’irrégularités. « Pour notre bonne foi, notre bonne volonté de participer aux élections, nous nous sommes engagés dans la première phase qui vient de s’achever. Mais nous n’avons pas manqué de dire que nos préoccupations soient traitées. Nous attendons toujours qu’une suite soit donnée à ces préoccupations. Nous inviter aujourd’hui à passer à une autre étape, c’est considérer que tout est parfait jusque-là. Pour notre part, nous avons une forte réserve sur tout ce qui vient de se passer », a-t-il justifié.


Le 08/07/20 à 22:26
modifié 08/07/20 à 22:26

LES + POPULAIRES

Covid-19 : Dure, dure la vie des étudiants handicapés en cité universitaire Yopougon : Un véhicule de la gendarmerie incendié par des individus non identifiés (Communiqué) Poursuite de la sensibilisation contre le Covid-19: Les journalistes scientifiques appelés à livrer de nouveaux messages