Accès à l’eau potable : Le gouvernement apporte une solution définitive à la pénurie d’eau à Bouaké

Les travaux, lancés officiellement le samedi, ont démarré depuis six mois.
Les travaux, lancés officiellement le samedi, ont démarré depuis six mois.
Les travaux, lancés officiellement le samedi, ont démarré depuis six mois.

Accès à l’eau potable : Le gouvernement apporte une solution définitive à la pénurie d’eau à Bouaké

Le 22/06/20 à 00:09
modifié 22/06/20 à 00:09
Amadou Koné, ministre des Transports, a lancé officiellement le projet de renforcement de l’alimentation en eau potable de Bouaké et de 120 localités environnantes depuis le lac de Kossou, samedi dernier, au nom du Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, Haut patron de ladite cérémonie.
Chose promise, chose due. Dans 24 mois, les populations de Bouaké et les 120 localités environnantes ne connaîtront plus jamais de pénurie d’eau.

En effet, aux noms du Premier ministre, ministre du Budget et du Portefeuille de l’État, Amadou Gon Coulibaly et du ministre d’État, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, respectivement haut patron et parrain de la cérémonie, Amadou Koné, ministre des Transports a procédé le samedi 20 juin, à la station de traitement d’eau de la Sodeci de la Loka, située à une vingtaine de kilomètres de Bouaké, précisément à Angoua-Yaokro sur l’axe routier qui mène à Béoumi, au lancement du projet de renforcement de l’alimentation en eau potable de la ville de Bouaké à partir de la source d’eau du lac de Kossou. Et cela, en présence de Laurent Tchagba, ministre de l’Hydraulique, concepteur du projet et de Jean Claude Kouassi, ministre des Mines et de la Géologie, fils de la région de Gbêkê.

Une pénurie d’eau sans précédent

Jamais de mémoire d’homme, les habitants de Bouaké, n’ont vécu pareille pénurie d’eau que celle survenue au mois de mars 2018 et qui a pratiquement asséché tous les robinets d’eau des ménages de la deuxième grande ville de la Côte d’Ivoire.

Pour Amadou Koné, c’est une crise de l’eau qui a fortement préoccupé l’ensemble du gouvernement avec à sa tête le Président de la République, Alassane Ouattara qui est monté personnellement au créneau pour qu’une solution soit trouvée dans les plus brefs délais. « Certes des solutions palliatives ont été apportées par le gouvernement. Mais le Président de la République, Alassane Ouattara, soucieux du bien-être de tous les Ivoiriens et particulièrement de ses frères et sœurs de Gbêkê, a instruit le Premier ministre à l’effet de trouver des solutions structurelles durables », a-t-il fait savoir.

Les instructions du Chef de l’État étant des ordres à mettre à exécution, le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly a immédiatement mis à contribution le ministre de l’Hydraulique et ses collaborateurs à l’effet de réfléchir à cette solution définitive. De leur réflexion, est né ce projet de renforcement de l’alimentation en eau potable de la ville de Bouaké à partir du lac de Kossou.

Le ministre des Transports, au-delà de ces travaux d’envergure qui vont solutionner, une fois pour toute, la pénurie d’eau à Bouaké, a tenu à rendre un vibrant et solennel hommage à son collègue et aîné, Laurent Tchagba qui, a-t-il révélé, est le maître d’œuvre de tous les ouvrages hydrauliques qui sortent ici et là à travers tout le pays.

« Laurent Tchagba a prouvé à la face du monde, qu’en si peu de temps, on peut faire des merveilles pour son pays », l’a-t-il félicité, tout en insistant pour dire que la Côte d’Ivoire regorge des cadres de talent sur qui elle peut compter pour son développement et que le ministre de l’Hydraulique en fait partie. « Ce projet permettra de sécuriser l’alimentation en eau potable de Bouaké jusqu’en 2045 », a-t-il assuré.

L’engagement du gouvernement

Amadou Koné est revenu plus largement sur la problématique de l’accès à l’eau potable qui a fait l’objet d’une attention particulière du gouvernement depuis 2011, en indiquant que des investissements majeurs ont été effectués dans le secteur à travers toute la Côte d’Ivoire. « Ces investissements ont été renforcés dans le cadre du Programme social du gouvernement (Ps-Gouv). L’objectif est de rendre fonctionnelles 21 000 pompes villageoises et de renforcer la production et le réseau de distribution en milieu urbain », a précisé le représentant du patron de ladite cérémonie.

Tout en se réjouissant de ce que le taux de couverture de l’hydraulique urbaine est passé de 55% à 72%, grâce à l’augmentation du nombre de localités desservies pour atteindre 1098 en fin 2019 contre seulement 789 en 2011. « Dans la région de Gbêkê, ce sont 500 pompes à réparer ou à remplacer sur les 9 000 prévues, dans le cadre du Ps-Gouv. 302 ont été réparées en fin mars 2020 dont 176 en 2019 et 126 de janvier à mars 2020 », a-t-il annoncé.

Prenant la parole, Laurent Tchagba a fait la démonstration que compte tenu des aléas climatiques et du nombre croissant de la population de Bouaké, la station de traitement d’eau du barrage du Kan, construit en 1964 et celle de la Loka réalisée en 1977 et mise en service en 1978, sont complètement dépassées par les besoins en eau des populations de Bouaké et des localités environnantes. D’ailleurs, a-t-il rappelé, la sécheresse du mois de mars 2018, a créé un déficit énorme en eau de production de ces deux stations de traitement de plus de 70%.

« Le volume d’eau du barrage de la Loka qui était avant la sécheresse de 25 millions de M3 d’eau variait désormais entre 0 et 8 000 M3 d’eau », a-t-il déploré. Pour parer au plus pressé, le gouvernement avait pris des mesures urgentes pour le renforcement de la production d’eau potable afin d’assurer la continuité du service de l’eau potable de la ville de Bouaké et des 120 localités raccordées à ce réseau. Qu’à cela ne tienne, il fallait plutôt trouver une solution durable.

« Pour être durablement éloquent en matière d’eau potable pour la ville de Bouaké et des localités environnantes, c’est d’aller chercher l’eau brute dans le lac de Kossou pour la transférer jusqu’à la station de la Loka où nous y sommes présentement pour traiter l’eau et la distribuer aux populations », a schématisé, le ministre de l’Hydraulique. Ce qui a engendré ce projet qui, a-t-il révélé, va coûter la bagatelle somme de 169 289 000 000 de FCfa. « Ce projet sera réalisé en 24 mois par Pfo-Ci et Veolia. Mais nous tenons à préciser que nous avons anticipé sur les travaux puisqu’ils ont effectivement démarré, il y a six mois », a-t-il soutenu.

Les nouveaux quartiers seront desservisPoursuivant, Laurent Tchagba a voulu rassurer les populations qu’avec la desserte de Bouaké à partir du lac de Kossou, cela va permettre d’alimenter tous les nouveaux quartiers qui entre-temps ont été créés. « Malheureusement, ces nouveaux quartiers n’ont pas été pris en compte au niveau de la canalisation. Nous allons profiter de ce vaste projet pour que tous ces nouveaux quartiers soient pris en compte.

D’ailleurs, c’est une volonté du Chef de l’État et du Premier ministre qui nous ont demandé de faire en sorte qu’une fois le projet achevé, les populations de ces nouveaux quartiers puissent être connectés au réseau grâce aux branchements sociaux », a-t-il fait remarquer. Tout en précisant que les localités environnantes qui sont concernées par ce projet sont celles de Brobo, Botro, Languibonou, Marabadiassa, Djébonoua, Sakassou et Diabo.

« Le projet va permettre de sécuriser l’alimentation en eau potable d’une population d’environ 1 175 710 habitants selon le dernier recensement de la population », s’est-il réjoui.

Face à un tel projet qui va sécuriser les populations des localités concernées durant des années, Laurent Tchgaba, a, au nom des bénéficiaires, remercié le Président de la République, Alassane Ouattara, et le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly pour leur constant engagement auprès des populations vulnérables.

Aussi, a-t-il demandé, à celles-ci de faire confiance au Chef de l’État et au Chef du gouvernement qui sont toujours à la tâche pour leur apporter le développement. Pour sa part, le ministre de l’Hydraulique martèle qu’il est à la tâche pour approvisionner l’ensemble de la population en eau potable sur toute l’étendue du territoire national, conformément à la volonté du Président de la République et du Premier ministre.

S’adressant aux entreprises chargées d’exécuter le projet, à savoir, Pfo-Ci, Aveolia, Terrabo..., le ministre de l’Hydraulique les a encouragées à faire en sorte que ce projet soit exécuté dans les règles de l’art.

Aux noms de ses collègues de Bouaké et des localités environnantes, Yao Kouassi Maurice, maire de Botro, a, tout en remerciant le Président de la République, le Premier ministre et le ministre de l’Hydraulique, reconnu que c’est un grand évènement qui vient soulager les populations qui ont souffert de cette pénurie. « Je me souviens en 2018, avoir vu des personnes qui, même pour se laver simplement les mains, n’avaient pas d’eau à leur disposition », s’est-il rappelé.


Le 22/06/20 à 00:09
modifié 22/06/20 à 00:09

LES + POPULAIRES

Droits de l'homme : Des sous-officiers de la gendarmerie et de la police instruits sur la question Construction d'universités et campus: Plus de 163 milliards de FCfa pour Adiaké, Abidjan et Bouaké Club service: La Jeune chambre internationale d’Abidjan renouvelle ses instances