Déclaration relative à la Journée mondiale de lutte contre le travail des enfants, célébrée ce vendredi 12 juin

Bakayoko-Ly Ramata, ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, vice-présidente du Comité interministériel de lutte contre le travail des enfants. (DR)
Bakayoko-Ly Ramata, ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, vice-présidente du Comité interministériel de lutte contre le travail des enfants. (DR)
Bakayoko-Ly Ramata, ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, vice-présidente du Comité interministériel de lutte contre le travail des enfants. (DR)

Déclaration relative à la Journée mondiale de lutte contre le travail des enfants, célébrée ce vendredi 12 juin

Le 11/06/20 à 18:45
modifié 11/06/20 à 18:45
Mesdames et Messieurs,

Chers compatriotes,

A l’instar de tous les pays du monde, la Côte d’Ivoire célèbre aujourd’hui, 12 juin 2020, la Journée Mondiale contre le Travail des Enfants autour du thème : « COVID-19 : Protégeons les enfants contre le travail des enfants, maintenant plus que jamais ! »

En effet, la célébration de la Journée Mondiale contre le Travail des Enfants, intervient dans un contexte marqué par la pandémie de la COVID-19. Les mesures barrières visant à freiner la propagation du virus entrainent inéluctablement des dysfonctionnements au niveau des systèmes de protection sociale et des activités économiques.

Pour de nombreuses familles et leurs enfants, cela signifie des pertes potentielles de revenus et une aggravation de leur vulnérabilité. Ce qui pourrait aggraver les causes profondes du travail des enfants.

Avant la propagation de la COVID-19, l’engagement de la Côte d’Ivoire dans la lutte contre le travail des enfants connaissait, depuis 2011, un dynamisme et un élan sans égal, grâce à la volonté politique du Président de la République, SEM Alassane OUATTARA qui a pris des mesures vigoureuses.

Ainsi, sous le leadership de Madame Dominique OUATTARA, Première Dame de Côte d’Ivoire deux plans nationaux 2012-2014 et 2015-2017 ont été élaborés.

La mise en œuvre de ces plans d’action a permis de réaliser des progrès notables, tant au niveau de la prévention du phénomène, de la protection des victimes, du renforcement du cadre juridique, que de la répression et du suivi-évaluation.

Le Gouvernement a également inscrit ses actions visant l’élimination des pires formes de travail des enfants, dans les programmes globaux de développement humain durable tels que :

- le Programme Social du Gouvernement (PS Gouv 2019 - 2020) qui renforce les domaines sociaux clés que sont la santé et la protection sociale, l’éducation, l’emploi des jeunes et des femmes, la lutte contre la cherté de la vie, notamment l’accès aux logements, à l’eau potable, à l’électricité et aux transports ;

- le programme « filets sociaux productifs » qui consiste en des transferts monétaires aux familles très démunies en vue de les aider à sortir de la précarité;

- la Couverture Maladie Universelle (CMU) qui fournit des soins gratuits aux indigents et une couverture médicale aux autres membres de la population.

Toutes ces actions ont permis de réaliser des progrès notables, dans la lutte contre le travail des enfants.

Par ailleurs, en vue d’accroître l’impact de la lutte contre le travail des enfants et de consolider les acquis, un troisième plan d’action national 2019-2021 a été adopté. Alors que toutes les dispositions étaient prises pour sa mise en œuvre, tous les pays du monde, y compris la Côte d’Ivoire, se sont retrouvés confrontés à la pandémie à coronavirus.

Dans le contexte actuel marqué par la COVID-19, bon nombre d’enfants courent aujourd’hui un risque accru d’être engagés dans des formes de travail qui leur sont interdites. La crise pourrait aussi faire basculer dans le travail de nombreux enfants vulnérables qui sont obligés de trouver de quoi assurer leur survie, et parfois, celle de leur famille.

Si l’on n’y prend garde, cette situation risque d’annihiler tous les efforts entrepris jusque-là ainsi que les progrès réalisés ces dernières années.

C’est pourquoi, le Gouvernement a mis en place le Fonds de Solidarité et de Soutien d’urgence humanitaire (FSS) qui prend en charge les enfants en situation de vulnérabilité et leurs familles du fait de la pandémie à Coronavirus.

Je saisis l’opportunité de la célébration de la Journée Mondiale Contre le Travail des Enfants pour en appeler au sens élevé de la responsabilité partagée de chacun et de chacune, chers frères et sœurs, vous tous qui avez choisi de vivre sur cette terre de Côte d’Ivoire.

C’est aussi l’occasion pour moi, de saluer et de féliciter l’ensemble des acteurs ainsi que les partenaires techniques et financiers qui sont engagés aux côtés du Gouvernement dans ce noble combat.

J’exhorte donc l’ensemble de la population vivant en Côte d’Ivoire, à être attentif aux activités de communication et de sensibilisation qui seront menées à partir d’aujourd’hui à travers tous les médias y compris les radios de proximité.

Je vous invite à vous approprier le contenu des messages et à les mettre en application.

En cette période exceptionnelle, maintenant plus que jamais, et ce, en dépit des circonstances, nous devons redoubler de vigilance et garantir les droits fondamentaux de nos chers enfants et leur assurer un avenir radieux.

NON AU TRAVAIL DES ENFANTS !

Je vous remercie


Le 11/06/20 à 18:45
modifié 11/06/20 à 18:45

LES + POPULAIRES

Pré-inscriptions dans les universités publiques : Encore 6707 places à combler sur les 19620 disponibles Accès à la bourse britannique chevening : Touré Mamadou initie un cadre pour le partage de l’information Solidarité : Des kits scolaires et alimentaires offerts à 50 enfants vulnérables d’Abobo