Sortez, Il n’y a pas cours !

Sortez, Il n’y a pas cours !

Ils sont logés en début d’année, mais demandent à être délogés quand cela leur sied. Les élèves transforment nos établissements en champs de bataille à l’approche des congés scolaires. Cette période reste l’un des moments favoris pour eux. Ils n’attendent que la suspension des cours et ne mesurent pas la gravité des dégâts physiques, moraux et matériels que ce vacarme pourrait engendrer.

A lire aussi le billet : Phénomène des congés anticipés : Décevant

Tout ce qu’ils souhaitent entendre : « Il n’y a pas cours, rentrez chez vous ! ». Comment terminer le programme scolaire ? Comment valider l’année ? Comment réussir à leurs examens de fin d’année ? Ils s’en fichent. Leur souci majeur ? « Anticiper les congés ! ».

Quelle inconscience ! A croire qu’ils ne savent pas pourquoi ils sont élèves. Or, ils restent de pauvres apprenants, qui ont besoin d’apprendre.

Kadhy Sanogo

Quelle inconscience !

L’école ivoirienne va mal. Elle va même très mal. Les élèves, ces jeunes gens censés être l’espoir de ce pays, sont ceux-là même qui militent pour la fermeture sa fermeture, à tout moment. Pourquoi ? Nous n’en savons presque rien ou du moins, nous avons peur d’en parler. Violence incontrôlables à quelques jours des congés. Fermeture prématurée des salles de classe. Cours interrompus. Joie des initiateurs et perturbateurs. Quelle inconscience !!!

Fatou Sidibé

INTERVIEW 2

BILLET 2

Quelle inconscience !

L’école ivoirienne va mal. Elle va même très mal. Les élèves, ces jeunes gens censés être l’espoir de ce pays, sont ceux-là même qui militent pour la fermeture sa fermeture, à tout moment. Pourquoi ? Nous n’en savons presque rien ou du moins, nous avons peur d’en parler. Violence incontrôlables à quelques jours des congés. Fermeture prématurée des salles de classe. Cours interrompus. Joie des initiateurs et perturbateurs. Quelle inconscience !!!

Fatou Sidibé

BILLET

Faut y mettre fin !

C’est décevant : des élèves réclament des congés anticipés juste pour aller s’amuser avec leurs amis au lieu d’approfondir leurs connaissances. Ces inconscients sèment la pagaille dans les différents établissements et empêchent les autres de suivre correctement les cours. Ils passent par tous les moyens pour arriver à leurs fins, y compris ôter la vie à certains de leurs amis. Les proviseurs et directeurs impuissants, les autorités ministérielles doivent prendre des mesures fermes pour éradiquer cette plaie de notre société.

Elodie SORO

LES + POPULAIRES

Lutte contre le Covid-19: La coopération allemande fait don à 4 centres de formation professionnelle Climat socio-politique: Un homme de Dieu exhorte les politiques au dialogue pour éviter une 2ème crise au pays Covid-19 : L’opération « les classes citoyennes » concerne plus de 18 millions de personnes