Alliance Bédié-Gbagbo/Affi N'Guessan (Président du FPI) : ‘‘C’est une pseudo-réconciliation’’

Pascal Affi N'Guessan, président du FPI
Pascal Affi N'Guessan, président du FPI
Pascal Affi N'Guessan, président du FPI

Alliance Bédié-Gbagbo/Affi N'Guessan (Président du FPI) : ‘‘C’est une pseudo-réconciliation’’

Le 06/06/20 à 10:10
modifié 06/06/20 à 10:10
Le président du Front populaire ivoirien, Pascal Affi N’Guessan, estime que la réconciliation entre le Pdci et la branche dissidente de son parti n’est pas sincère. Il l’a affirmé sur le plateau de la télévision en ligne ‘’ Ivoirtv.net’’. Une information mise en ligne hier.

A en croire le premier responsable du Fpi, ces deux entités ont décidé de s’unir pour des enjeux électoraux et des arrangements politiques au détriment de l’intérêt de la nation. « Cette pseudo réconciliation entre M. Gbagbo et Bédié n’est pas vraie.

Ce n’est pas comme cela qu’on réconcilie des gens qui ont été divisés par une rébellion armée et dont la confrontation s’est traduite par des milliers de morts en 2010-2011 », s’est-il insurgé. Et Affi N’Guessan d’ajouter, amer: « La réconciliation, ce n’est pas à travers une visite d’une heure, de deux heures à Bruxelles. Les Ivoiriens ne sont pas dupes. Ils savent bien que tout ceci, ce sont des arrangements parce que des gens ont des ambitions, ils veulent devenir Président ».

Le président du Fpi se dit offusqué par la démarche politique du Pdci-Rda qui délaisse le Fpi, le parti officiel, pour sa dissidence.

Selon lui, cet acte est illégal et dénote un manque de respect des lois et des institutions. « Dans un pays moderne, le respect de la loi est sacré.

Un homme politique responsable qui veut être utile à son pays, doit d’abord respecter les lois de son pays. Même s’il n’est pas d’accord avec la loi, l’institution, il faut les respecter jusqu’à ce que par votre action, vous ayez réussi à les changer. Or, qu’est-ce que nous observons : des gens qui abandonnent une direction légale d’un parti politique pour aller s’acoquiner avec une dissidence et qui proclament que c’est cette dissidence qu’ils reconnaissent. Vous pensez que ceux-là peuvent apporter quelque chose à la Côte d’Ivoire ? », s’est-il offusqué. Il a invité à cultiver une certaine éthique à ne pas brader « avec n’importe qui et n’importe comment » au nom du jeu des alliances.

« Quand vous pensez que tous les moyens sont bons pour atteindre vos objectifs politiques, vous n’êtes plus un homme politique sur lequel on peut compter. Parce que vous êtes sans foi ni loi.

Or, ce n’est pas avec les hommes sans foi ni loi qu’on peut construire un pays dans la durée. Il faut respecter la loi, il faut respecter les institutions. C’est pour cela qu’il ne faut pas se précipiter dans les bras de ce genre d’organisation parce qu’ils ne peuvent pas incarner l’avenir. Ils mènent des politiques pour se repositionner eux-mêmes et non pour rebâtir la Côte d’Ivoire. Or, nous nous inscrivons dans la reconstruction, la renaissance de la Côte d’Ivoire, et donc les principes, les idéaux nous paraissent importants et non cette politique qui consiste à s’associer à n’importe qui, n’importe comment, tout simplement parce qu’on a envie d’être Président », a-t-il dénoncé.

kanaté mamadou

Le 06/06/20 à 10:10
modifié 06/06/20 à 10:10

LES + POPULAIRES

Enseignement technique et formation professionnelle: Les fondateurs d’établissements privés exposent leurs préoccupations à Brice Kouassi Visa non-immigrant : Les Etats-Unis facilitent la procédure Côte d’Ivoire : 200 nouveaux établissements sanitaires de 1er contact bientôt en construction et réhabiliter 447