Réponse à la Covid-19 : Le chef de l'ONU appelle à la solidarité et à un "vaccin des peuples" contre le virus

Le Secrétaire général António Guterres (DR)
Le Secrétaire général António Guterres (DR)
Le Secrétaire général António Guterres (DR)

Réponse à la Covid-19 : Le chef de l'ONU appelle à la solidarité et à un "vaccin des peuples" contre le virus

Le 05/06/20 à 03:33
modifié 05/06/20 à 03:33
NEW YORK (Nations Unies), 3 juin (Xinhua) -- Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a appelé mercredi à la solidarité en réponse à la pandémie de COVID-19 et à un "vaccin des peuples" contre le virus.

"La pandémie de COVID-19 provoque d'énormes souffrances humaines et des difficultés économiques dans le monde entier. Nous avons besoin d'une réponse beaucoup plus forte d'unité et de solidarité, si nous voulons traverser cette pandémie ensemble et construire un avenir plus sûr et plus stable", a déclaré M. Guterres lors d'un Sommet extraordinaire intersession de l'Organisation des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP).

La relance économique en réponse à la pandémie doit donner la priorité à la mise à disposition de liquidités aux personnes les plus touchées et au renforcement de la protection sociale des personnes vulnérables, a-t-il déclaré lors de l'événement virtuel.

"Les crises imminentes pourraient contribuer à la plus profonde dépression mondiale depuis les années 1930. Je me félicite des initiatives d'allégement de la dette prises par le G20 (Groupe des 20). Mais elles ne sont pas suffisantes", a déclaré M. Guterres.

Les petits pays insulaires en développement sont confrontés à des défis particuliers. Beaucoup sont lourdement endettés, en première ligne de la crise climatique, et dépendent fortement du tourisme et des transferts de fonds - des secteurs qui sont parmi les plus touchés, a-t-il noté.

La réponse rapide et efficace des pays africains au COVID-19 est riche d'enseignements pour les autres pays et régions. Toutefois, il reste encore beaucoup à faire. Sans une action urgente, la récession économique pourrait pousser des millions de personnes à travers le continent dans la pauvreté extrême et la famine, a-t-il averti.

Les solutions globales et unificatrices sont à la traîne. Une de ces solutions serait un vaccin contre le COVID-19, a-t-il déclaré. "Je réitère mon appel pour que ce vaccin soit mis à disposition rapidement, à un prix abordable et de manière équitable. Il doit être considéré comme un bien public mondial, comme le vaccin des peuples".


Le 05/06/20 à 03:33
modifié 05/06/20 à 03:33

LES + POPULAIRES

Obsèques du 1er ministre Amadou Gon Coulibaly : Le programme détaillé Education nationale/Affectation en 6è (2020-2021) : L’opération démarre le 24 juillet Covid-19/Soutien aux étudiants de la diaspora: Une Ong panafricaine plaide pour la mise en œuvre d’un fonds spécial d'urgence