Inscription sur la liste électorale: Environ 5 millions de nouvelles personnes visées par cette opération

Le président de la Cei, Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, a donné le maximum d'informations concernant l'inscription sur la liste électorale. (Dr)
Le président de la Cei, Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, a donné le maximum d'informations concernant l'inscription sur la liste électorale. (Dr)
Le président de la Cei, Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, a donné le maximum d'informations concernant l'inscription sur la liste électorale. (Dr)

Inscription sur la liste électorale: Environ 5 millions de nouvelles personnes visées par cette opération

Le 04/06/20 à 18:16
modifié 04/06/20 à 18:16
La révision de la liste électorale se tient du 10 au 24 juin sur l’ensemble du territoire ivoirien et du 13 au 24 du même mois à l’étranger.
En prélude au démarrage de cette opération, le président de la Commission électorale indépendante (Cei), Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, a animé hier une conférence de presse au sein de son institution. Il a tenu a rassurer les journalistes sur le mode opératoire de cette étape dans le processus électoral, les informer ensuite sur les innovations apportées par cet organe électoral en vue de ne laisser aucun Ivoirien en marge de ladite opération.

A cet effet, il a précisé que le désir de la Cei est de voir au moins 5 millions de personnes inscrites sur la liste électorale. « A la dernière révision, je crois qu’on était 6.600.000 personnes environ sur la liste électorale. Alors qu’au dernier recensement de la population, il avait été question d'au moins 10 millions d’Ivoiriens qui étaient en âge de voter. Donc si dans 10 millions de personnes on en déduit 6.600.000, il en reste à peu près 4.500.000 personnes. On va donc dire qu’on attend plus ou moins 5 millions de personnes qui vont s'inscrire sur la liste électorale », a-t-il expliqué.

Mais Ibrahime Coulibaly-Kuibiert a tenu à faire savoir qu’ « au regard de tout ce qui s’est déjà passé, la moyenne, à l’occasion de la révision de la liste électorale, concernant bien entendu les personnes recensées, ne dépasse pas 252 mille personnes ».

Le président de la Cei a déclaré que son institution souhaite voir au moins 5 millions de personnes inscrites sur le listing électoral. Mais il ne peut contraindre les citoyens à se faire enrôler. « Voter, c’est une faculté. Le citoyen peut décider de ne pas exercer ses droits civiques », a-t-il fait remarquer. Avant de confier que si le nombre attendu n'est pas atteint, cela ne devrait pas être interprété comme un fiasco.

Lors de cet échange avec la presse, le conférencier a indiqué qu’il existe 10.848 centres d’enrôlement sur le territoire national et 84 pour les Ivoiriens vivant à l’extérieur. « Notre objectif était de rapprocher les centres d’enrôlement des populations », a-t-il justifié. Puis de rappeler que dans le cadre de cette opération, la Cei a innové avec l’inscription en ligne qui concerne essentiellement les personnes déjà sur la liste électorale. Il s’agit concrètement, a-t-il poursuivi, pour celles-ci de modifier, si elles le souhaitent, leurs informations personnelles comme le changement de domicile, du lieu de vote, de la situation matrimoniale.

Parlant justement du vote, Ibrahime Koulibaly-Kuibiert a porté à la connaissance des journalistes que la Carte nationale d’identité (Cni) n’est pas ipso facto le seul document exigé pour accomplir son devoir. Il a affirmé que l’on peut voter avec la carte d’électeur, l’attestation d’identité délivrée par l’Oneci, le certificat de nationalité. « C’est quand vous avez perdu votre carte d'électeur que pour vous retrouver sur la liste électorale, l’agent peut vous demander votre Cni afin que vous puissiez voter », a-t-il affirmé.

En ce qui concerne ses compatriotes vivant à l’étranger, le président de la Cei a déclaré que ces derniers, pour voter le jour du scrutin, doivent posséder leurs passeports et cartes consulaires.

Selon Ibrahime Coulibaly-Kuibert Cei, la période du 10 au 24 juin est suffisante pour boucler le processus de révision des listes électorales. « Tout est mis en œuvre pour réussir cela ». Toutefois, il n’exclut pas une éventuelle prorogation de ce délai en cas d’affluence.


Le 04/06/20 à 18:16
modifié 04/06/20 à 18:16

LES + POPULAIRES

Obsèques du 1er ministre Amadou Gon Coulibaly : Le programme détaillé Education nationale/Affectation en 6è (2020-2021) : L’opération démarre le 24 juillet Covid-19/Soutien aux étudiants de la diaspora: Une Ong panafricaine plaide pour la mise en œuvre d’un fonds spécial d'urgence