Editorial de Venance Konan : L’escroquerie de la réconciliation

bedie
bedie
bedie

Editorial de Venance Konan : L’escroquerie de la réconciliation

Le 03/06/20 à 18:47
modifié 03/06/20 à 18:47
Après l’annonce de l’assouplissement des restrictions de liberté de MM Laurent Gbagbo et Blé Goudé, M. Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement démocratique africain (PDCI-RDA) a publié un communiqué dans lequel il affirmait : « nous tenons l’une des clés de notre réconciliation nationale.»

La belle affaire que cette histoire de réconciliation ! A défaut de propositions concrètes pour convaincre les électeurs ivoiriens, la réconciliation est le nouveau concept que l’on met à toutes les sauces sans que l’on ne comprenne ce que l’on entend exactement par là. C’est un peu comme lorsque les partisans de Laurent Gbagbo se désignaient par le terme « démocrates ».

On annonce même des caravanes de la réconciliation à travers le pays. Je suppose qu’il y aura des artistes qui s’époumoneront à chanter la nécessité de se réconcilier, et après ? On se tapera sur la poitrine pour dire que l’on a réconcilié les Ivoiriens. Au fait, on veut réconcilier qui avec qui ? Qui ne parle pas à qui ?

Depuis bientôt dix ans, dans quelles parties du pays les populations sont-elles en train de se découper à la machette ? Il y a certes eu de temps à autre des affrontements parfois meurtriers entre communautés, mais je dirais qu’il en est ainsi depuis que la Côte d’Ivoire existe, et généralement ces conflits ont lieu parce que des politiciens les ont attisés.

Mais puisque M. Bédié veut réconcilier des Ivoiriens, il n’aura peut-être pas à aller loin. Si j’en crois un document qui circule depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, M. Bédié aurait tout bouclé à la prochaine convention de son parti pour être le seul candidat accepté. Je ne suis pas sûr que les camarades apprécieraient ce coup, et, sans être prophète, on peut prédire qu’il y aura de la grogne et même de la bagarre dans ce parti. Que le réconciliateur Gbagbo s’apprête donc à venir réconcilier ses nouveaux amis du PDCI-RDA. Jugez-en vous-mêmes.

Pour être candidat à la candidature du PDCI-RDA, selon ce document, il faut être exclusivement Ivoirien, payer la somme de 75 millions de francs, dont 25 millions non remboursables, avoir été membre du bureau politique du PDCI-RDA depuis au moins dix ans, ne pas avoir fait l’objet de suspension avec déchéance de fonction, d’exclusion temporaire ou d’exclusion définitive, s’engager à ne pas se présenter comme candidat indépendant et à ne pas quitter le parti si l’on n’est pas élu comme candidat du PDCI-RDA. Lorsque l’on combine tout cela, il ne reste plus que Bédié comme candidat éligible à la candidature. On le sait tous, Papi n’aime pas trop la bagarre. Il ne va généralement au combat que lorsque tout est ficelé pour qu’il soit le gagnant.

En 1994 son histoire de « père et mère eux-mêmes né de père et de mère ivoiriens » n’avait pour objectif que d’écarter celui qui lui apparaissait alors comme son adversaire le plus redoutable. Et l’appel de Daoukro de 2014 avait pour objectif d’être choisi en 2020 par le président Ouattara comme son successeur. Et la palabre entre Papi et le président Ouattara, que Laurent Gbagbo le grand réconciliateur devra aussi régler, vient de ce qu’il n’a pas été choisi. Attendons de voir comment cette circulaire, si elle émane vraiment du PDCI-RDA, sera accueillie par les autres candidats à la candidature à la présidence. Rappelons à toutes fins utiles que le thème du 12ème congrès du PDCI-RDA qui s’est tenu les 3, 4 et 5 octobre 2013, était : « le PDCI-RDA face aux nouveaux défis : Renouveau-Rajeunissement, Renaissance. »

Avec Bédié, 86 ans au compteur, comme unique candidat à la candidature, c’est sûr que le PDCI-RDA se renouvellera, rajeunira et renaîtra. Rappelons aussi, à toutes fins utiles ce que disait le même Bédié en 2010 : « je confirme que si je suis élu, je ne ferai qu’un mandat. A mon âge, 75 ans, si je suis élu, je ferai cinq ans, ça fera 80 ans. Au-delà, je ne veux pas faire comme d’autres qui se présentent même au-delà de 80 ans, à la magistrature suprême. » Il est vrai qu’au PDCI-RDA, à 86 ans, on n’est pas encore au-delà de 80 ans.

Dans son communiqué du 28 mai relatif à l’assouplissent des restrictions de liberté faites à Laurent Gbagbo, M. Henri Konan Bédié a souhaité un bon retour en Côte d’Ivoire à son nouvel ami qui a droit désormais à du « son excellence ». Laurent Gbagbo a-t-il dit qu’il a envie de rentrer en Côte d’Ivoire actuellement ? N’oublions quand même pas qu’en Côte d’Ivoire, il y a Simone que Laurent ne veut plus voir en peinture. Je me demande d’ailleurs pourquoi Papi qui veut réconcilier les Ivoiriens ne commence pas en réconciliant ces deux-là. A moins que cette histoire-là ne soit qu’une belle escroquerie.

Venance Konan


Le 03/06/20 à 18:47
modifié 03/06/20 à 18:47

LES + POPULAIRES

Gbon : Kandia Camara offre une ambulance et un véhicule de commandement au Sous-Préfet. COVID-19/France : le Conseil scientifique appelle à se préparer à un retour du coronavirus à l'automne COVID-19/Djibouti : brusque hausse du taux de positivité (ministère)