Dégradation de l’environnement: Le gouvernement invite les populations à écouter le cri du cœur de la nature

Le ministre de l'Environnement et du Développement durable, Pr Joseph Séka Séka (au micro), a animé une conférence de presse lançant l'édition 2020 de la quinzaine. (Photo : Dadié Véronique)
Le ministre de l'Environnement et du Développement durable, Pr Joseph Séka Séka (au micro), a animé une conférence de presse lançant l'édition 2020 de la quinzaine. (Photo : Dadié Véronique)
Le ministre de l'Environnement et du Développement durable, Pr Joseph Séka Séka (au micro), a animé une conférence de presse lançant l'édition 2020 de la quinzaine. (Photo : Dadié Véronique)

Dégradation de l’environnement: Le gouvernement invite les populations à écouter le cri du cœur de la nature

Le 02/06/20 à 18:48
modifié 02/06/20 à 18:48
Cette année, le ministère de l’Environnement et du Développement durable organise, en collaboration avec l’Onu-Environnement, la Banque africaine de développement (Bad) et la Fondation Magic System, du 3 au 17 juin, sur l’ensemble du territoire national, la quinzaine nationale de l’environnement et du développement durable, avec comme thème général : « La nature nous parle ».

« Notre environnement s’adresse à nous à travers toutes les catastrophes et même les maladies que nous connaissons aujourd’hui. Il est beaucoup agressé et nous le ressentons, parfois amèrement. Nous devons prêter attention à son appel à la détresse. L’objectif de cet événement est donc de rappeler les enjeux de la préservation de l’environnement par des gestes et comportements éco-citoyens et contribuer à l’amélioration du cadre de vie des populations. La préservation de l’environnement est en effet l’affaire de tous », a indiqué le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Pr Joseph Séka Séka, hier en conférence de presse, à son cabinet à la cité administrative au Plateau.

Cette rencontre avec la presse marquait le lancement de la quinzaine. Elle s’articule, en effet, autour de la célébration de trois journées mondiales. A savoir la Journée mondiale de l’environnement (Jme) le 5 juin, la Journée mondiale des océans (Jmo) le 8 juin et la Journée mondiale de la lutte contre la désertification et de la sécheresse (Jmlds), le 17 juin.

Quinzaine de l'environnement. (Dadié Véronique)



Pendant la quinzaine, le gouvernement, par la voix du ministère de l’Environnement et du Développement durable, adressera un message à la nation, la veille de chaque journée mondiale. Aussi, a précisé le ministre, des conférences et panels thématiques se tiendront en ligne et pourront être suivies via les plateformes internet du ministère et sur les réseaux sociaux.

Le recours à outrance aux Tic est l’innovation majeure de l’édition présente. Et du coup, la population cible de l’événement est plus grande. « Compte tenu de la situation de crise sanitaire, les Tic seront utilisées à outrance pour atteindre les populations. Cela aurait même l’avantage de nous permettre de joindre une cible beaucoup plus importante qu’auparavant. En effet, notre pays compte 17 millions d’abonnés internet et 12 millions d’utilisateurs des réseaux sociaux qui sont potentiellement des auditeurs », a expliqué le Pr ministre Séka Séka.

Par ailleurs, a-t-il souligné, une table ronde sera organisée à la télévision, autour du thème : « Nos solutions sont dans la nature ». Et une campagne de sensibilisation sera organisée en ligne, jusqu’au 30 juin, avec la publication de messages sur différents canaux.

Conformément à l'Accord de Paris, la Côte d'Ivoire a manifesté sa ferme volonté d’agir en faveur du climat, avec des objectifs de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre de 28% à l’horizon 2030 et renforcer la résilience de 11 secteurs prioritaires pour son développement.



Le 02/06/20 à 18:48
modifié 02/06/20 à 18:48

LES + POPULAIRES

Covid-19: Des chercheurs russes annoncent la fin des essais d'un vaccin contre la pandémie Bouna : Un ex-démobilisé condamné à deux ans de prison pour avoir tailladé trois policiers Des accidents causés par des tas d’immondices au quartier San Pedro de Man