Mémorandum de Dialogue Stratégique Ci-Afd: Le second volet de l’accord signé par Nialé Kaba et Emmanuel Debroise

L’accord a été paraphé par Nialé Kaba (à droite) et Emmanuel Debroise. (DR)
L’accord a été paraphé par Nialé Kaba (à droite) et Emmanuel Debroise. (DR)
L’accord a été paraphé par Nialé Kaba (à droite) et Emmanuel Debroise. (DR)

Mémorandum de Dialogue Stratégique Ci-Afd: Le second volet de l’accord signé par Nialé Kaba et Emmanuel Debroise

Le 02/06/20 à 17:30
modifié 02/06/20 à 17:30
La cérémonie de signature s’est tenue au 20e étage de l’immeuble Sciam au Plateau.
Nialé Kaba, ministre du Plan et du Développement et Emmanuel Debroise, directeur de l’Agence française de développement (Afd) ont procédé le 28 mai au 20e étage de l’immeuble Sciam, à la signature de la deuxième convention sur le Mémorandum de Dialogue Stratégique (Mds 2).

Cette seconde phase vise à développer un programme de production intellectuelle en vue d’apporter un appui à la préparation et mise en œuvre du Plan National de Développement (Pnd 2021-2025) en ligne avec les orientations de la Vision Cote d’Ivoire 2030.

De façon spécifique, le Mds 2 vise à accompagner la transition du modèle de croissance ivoirien vers plus de durabilité et de cohésion sociale. Cela, d’une part, par la réalisation d’études, le développement d’outils de modélisation et l’organisation d’ateliers et de conférences afin d’animer une réflexion partagée en appui à la décision publique. Et le renforcement des capacités des équipes du ministère du Plan et du Développement, d’autre part. Nialé Kaba a expliqué que le programme de production intellectuelle s’articulera autour de deux axes principaux que sont le partage de la croissance et la cohésion sociale auquel s’ajoute la croissance durable et la transformation structurelle de l’économie.

La ministre du Plan et du Développement s’est dite « persuadée, au regard des résultats atteints lors de la première phase du partenariat, que la mise en œuvre du MDS 2 contribuera à éclairer davantage les décideurs publics pour le bonheur des populations ivoiriennes ». D’autant plus que le Mds 1, paraphé en septembre 2016 et financé totalement par l’Afd dans le cadre du Contrat de désendettement et de développement (C2D) à hauteur 420 499 euros soit un peu plus de 275 millions de FCFA, a permis de réaliser six études dont les trois premières sont totalement achevées.

La recherche a porté sur les classes moyennes, l’emploi des jeunes, la réforme des collèges de proximité, la modélisation macroéconomique Gemmes, les inégalités sociales en Côte d’Ivoire et les services climatiques à destination des producteurs de sucre. Par ailleurs, le partenariat a contribué au renforcement des capacités des agents de l’administration publique ivoirienne et apporter un appui à la production statistique nationale.

Pour sa part, Emmanuel Debroise a réitéré l’engagement de son institution à accompagner la Côte d’Ivoire dans son ambition d’émergence économique. « La France est résolument à vos côtés pour répondre ainsi aux enjeux de l’excellence de la recherche ivoirienne », a-t-il déclaré.

Le directeur pays de l’Afd a également exprimé son espérance de voir d’autres secteurs bénéficier de ce programme grâce au succès qu’il connait déjà.


Le 02/06/20 à 17:30
modifié 02/06/20 à 17:30

LES + POPULAIRES

Lutte contre le Covid-19 : Le groupe Loko fait don de produits désinfectants à plusieurs structures Prix Pierre Castel 2020: La finale prévue le 06 juillet 2020. Le profil des deux finalistes Lutte contre coronavirus : Denis Kah Zion lance un S.O.S pour les populations vulnérables