Police nationale et protection civile : Les réaménagements efficients de Vagondo

Le ministre Vagondo Diomandé. (DR)
Le ministre Vagondo Diomandé. (DR)
Le ministre Vagondo Diomandé. (DR)

Police nationale et protection civile : Les réaménagements efficients de Vagondo

Le 01/06/20 à 17:50
modifié 01/06/20 à 17:50
Il est à la tête de deux départements. L'un, bien connu et très proche des populations, la Sécurité. Qui sous-entend la police nationale. Avec ses importantes missions.

Et l'autre, la Protection civile, qui est, pour la première fois de l'histoire de la Côte d'Ivoire, érigée en portefeuille plein. Un secteur tout aussi important pour les populations et le gouvernement veut lui accorder du volume. Dès lors, le ministère de la Sécurité et de la Protection civile devient plus qu’important. Ce qui nécessite une réflexion approfondie, une organisation minutieuse. Surtout que le ministre Vagondo attend de chacun des agents des résultats probants.

« Dans vos actes, vous devez être des modèles et des agents fidèles à la nation. Vous devez toujours mériter le respect et la confiance des Ivoiriens », aime-t-il recommander.

Organiser la Protection civile en s'inspirant de la police nationale

Le ministre Vagondo Diomandé à qui le Président de la République a confié la redynamisation de la Protection civile, tout en donnant davantage de volume à la Sécurité, va faire le choix d'uniformiser l'organisation de ces deux importants départements. Dans cette optique, c'est le plus ancien qui impose sa structuration. Les directions de la police nationale vont faire l'objet d'un "copier-coller» à la protection civile. On prend ce qui marche d’un côté pour l’implémenter de l’autre. Pure sagesse qui évite un ministère aux départements à deux vitesses.

Centralisation des directions générales

Pour un meilleur fonctionnement et aussi pour éviter que le budget du ministère ne soit effrité par des charges de fonctionnement trop énormes, le ministre Vagondo a procédé à une centralisation des grandes directions. Ainsi naît, par exemple, la direction des écoles et centres de formation, rattachée au cabinet du ministre, qui coordonne les activités de l’école de police et des centres de formation de la protection civile. Cette uniformisation a l’avantage de résoudre de façon plus prompte les défis de la formation des policiers et pompiers civils. Ce sont aussi les mêmes arguments qui imposent le rattachement de la direction des examens et concours au cabinet.

La direction de la logistique et des infrastructures a en charge les équipements et les bâtiments de la police et de la protection civile. Dans ces deux départements, le matériel est extrêmement important. Policiers et sapeurs-pompiers, sollicités par les populations dès qu’il y a danger ou détresse, doivent toujours avoir de quoi intervenir immédiatement. Une direction rattachée au cabinet du ministre est évidemment plus appropriée.

La direction des services de santé, celle des statistiques et des archives connaissent le même mouvement. Idem pour les directions des ressources humaines. Une direction qui gère tous les policiers et pompiers civils de Côte d'Ivoire dont le redéploiement sur l’ensemble du pays connaît un accroissement important ces dernières années.

L’homme étant au cœur de la politique du ministre Vagondo Diomandé, très prompt quand il s’agit de régler les problèmes des agents, la direction qui a en charge la gestion quotidienne de leurs dossiers et la résolution de leurs problèmes ne peut qu’être rattachée au cabinet.

Dans le fonctionnement, ces importantes directions ne sont efficaces qu’en collaborant avec d’autres qui, de ce fait, sont aussi logées au ministère. Il y a notamment les directions des Affaires financières, des Affaires juridiques et contentieux, des Études, de la planification et du suivi évaluation ainsi que des services du Fonds national de sécurité, de la Communication et des relations publiques ou la cellule des Passations des marchés publics.

Naturellement, les directions hautement stratégiques en ces temps d’insécurité mondiale accentuée par la menace terroriste, les directions des Renseignements généraux, de la Surveillance du territoire et de la Transmission des systèmes d’information se doivent de loger à côté du ministre. Ces directions, membres de la grande communauté du renseignement en Côte d’Ivoire, sont mises à contribution par d’autres départements ministériels via le cabinet.

Cette réorganisation permet de répondre efficacement aux besoins de sécurité et de protection civile des Ivoiriens


Le 01/06/20 à 17:50
modifié 01/06/20 à 17:50

LES + POPULAIRES

Lutte contre l’insalubrité : Sept organisations de la société civile récompensées Covid 19 : L’opération « les classes citoyennes » concerne plus de 18 millions de personnes En mémoire aux victimes des crises survenues : La Côte d’Ivoire institue une « Journée nationale du pardon et du souvenir »