Scolarisation et autonomisation Une Ong propose des solutions aux femmes

Mme Lidégoué dans la sensibilisation pour l'autonomisation des femmes (DR)
Mme Lidégoué dans la sensibilisation pour l'autonomisation des femmes (DR)
Mme Lidégoué dans la sensibilisation pour l'autonomisation des femmes (DR)

Scolarisation et autonomisation Une Ong propose des solutions aux femmes

Le 28/05/20 à 06:41
modifié 28/05/20 à 06:41
Dans le cadre de sa caravane de charité, de partage et d’aide aux femmes, le dimanche 24 mai 2020, Mme Danielle Lidégoué épouse Bacongo et ses soldats de la charité, ont parcouru sept quartiers précaires du District autonome d’Abidjan.

Ce, dans le but de véhiculer un message d’espoir à l’endroit des femmes en difficulté et des jeunes filles déscolarisées. Débutée par le quartier Adjahui à Port-Bouët, la caravane a pris fin à Angré Chanteau dans la commune de Cocody. Les quartiers tels que Zimbabwe (Port Bouët), M'Pouto, Ciad, M'Badon, Gobelet, Colombie, Akouédo et Gobelet ont également eu l’immense honneur d’accueillir ladite caravane.

Partout, où Mme Bacongo et son équipe sont passés, c’était le même message d’espoir. « L’Ong Bloom n’existe pas pour partager des kits alimentaires même si nous sommes venus les bras chargés de vivres pour vous », insistait Mme Cissé Bacongo.

« Cependant, nous ne sommes pas insensibles à la situation due à la pandémie à Covid-19 que vous traversez en ce moment. Ces dons sont le symbole de notre soutien », ajoutait-elle avant d’échanger avec ces nombreuses femmes qui répondaient présentes à chaque étape.

« Nous agissons uniquement pour la femme à travers les deux missions principales que nous nous sommes assignés. A savoir : la scolarisation et l’autonomisation. En clair, nous aidons les femmes en difficulté. Celles dont les activités rémunératrices de revenus ont pris un coup à cause des conditions difficiles qu’elles vivent et surtout de la crise sanitaire mondiale », a-t-elle indiqué.

Mme Bacongo a par ailleurs expliqué comment son Ong peut les aider à financer leurs projets afin qu’elles puissent venir en aide à leurs maris et prendre en charge leurs enfants par leur travail.

Selon elle, les femmes qui ont réussi ne sont pas forcément les femmes mariées. D’où, elle leur a expliqué que la femme doit s’instruire pour avoir un emploi et des chances d’avoir un avenir meilleur à celui qu’elles entrevoient dans leurs situations actuelles.

« Jeune fille, Bloom peut t’aider à payer ta scolarité, acheter tes cahiers et confectionner tes tenues à tous les niveaux d’études. Bloom peut t’aider aussi à t’intégrer dans le tissu social et professionnel. Nous vous invitons donc à rejoindre la grande famille Bloom », a-t-elle exhorté.

Cette caravane du social sillonnera plusieurs autres quartiers du Grand Abidjan avant de s’ébranler à l’intérieur du pays.

Le 28/05/20 à 06:41
modifié 28/05/20 à 06:41

LES + POPULAIRES

Éducation numérique : Kabran Assoumou souhaite l’implication de tous pour l’aboutissement du projet Covid-19: Un guide pratique et technique à la disposition des entreprises pour faire face à la pandémie Santé : Un partenariat signé entre la plateforme du secteur privé et ministère de la santé