Éducation/Abobo Derrière-rail : Les cours ont repris, mais des enseignants manquent à l’appel

Une vue des élèves à la reprise des classes. (DR)
Une vue des élèves à la reprise des classes. (DR)
Une vue des élèves à la reprise des classes. (DR)

Éducation/Abobo Derrière-rail : Les cours ont repris, mais des enseignants manquent à l’appel

Le 25/05/20 à 15:48
modifié 25/05/20 à 15:48
Comme annoncé, les cours ont effectivement repris ce lundi 25 mai 2020, dans les établissements préscolaires, primaires et secondaires à Abobo Derrière-rail.

Les élèves du préscolaire, primaire et secondaire ont repris effectivement le chemin de l’école dans le strict respect des mesures barrières édictées par le Conseil national de sécurité (Cns) afin de freiner la propagation de la pandémie à coronavirus (covid-19). Mais cette reprise n’est pas sans grincement de dents. Car des enseignants et élèves manquent encore à l’appel du gouvernement.

En tout cas, c’est la constatation faite dans des établissements préscolaires, primaires et secondaires que nous avons visités à Abobo Derrière-rail. Ainsi, au groupe scolaire « La Réussite » tous les élèves ont répondu présents excepté l’institutrice du Ce2. Selon le directeur de ce groupe scolaire, Tiécoura Kouakou Julien, cette enseignante actuellement à Soubré, dans la région de la Nawa, n’a pu regagner Abidjan jusqu’à présent du fait des mesures de restriction du Grand Abidjan.

Cela est valable pour l’école primaire privée Dallet fils Youkou, où l’enseignant du Cm2 est également absent. Il se trouve actuellement à Touba et devrait rejoindre le groupe d’ici le mercredi (le 27 mai : Ndlr), à en croire le président fondateur de cet établissement, Blaise Youkou, qui est obligé de dispenser les cours en attendant l’arrivée du titulaire.

A l’école primaire publique N’sinmon toujours à Derrière-rail, élèves et enseignants ont tous répondu à l’appel de la ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Kandia Camara. Mais un parent d’élève qui a accompagné ses deux enfants, a souhaité que la distribution des cache-nez s’étende à tous les établissements aussi bien publics que privés. « On nous dit qu’il y a des masques qui sont distribués gratuitement. Mais on n’a encore rien vu. Ou alors sur quelle base ces maques sont distribués? », s’est-il interrogé.

Même son de cloche au collège le petit champion. Selon Fofana Sangbadien Souleymane, superviseur du second cycle, tous les enseignants sont présents excepté certains élèves qui sont actuellement à l’intérieur du pays. « Les parents nous ont appelés pour dire qu’ils ne peuvent pas reprendre les cours dans l’immédiat », a-t-il expliqué, souhaitant que le gouvernement assouplisse davantage les mesures barrières afin que tous les élèves puissent regagner la capitale économique Abidjan.

Il faut souligner que tous ces établissements que nous avons sillonnés, respectent scrupuleusement les mesures barrières. Les élèves sont assis un par banc et le port du maque est obligatoire. Aussi, avant d’accéder à chaque établissement, il faut se laver les mains et cela est valable aussi bien pour les élèves, les encadreurs que les visiteurs.


Le 25/05/20 à 15:48
modifié 25/05/20 à 15:48

LES + POPULAIRES

Obsèques du1er ministre Amadou Gon Coulibaly : Le programme détaillé Education nationale/Affectation en 6è (2020-2021) : L’opération démarre le 24 juillet Covid-19/Soutien aux étudiants de la diaspora: Une Ong panafricaine plaide pour la mise en œuvre d’un fonds spécial d'urgence