Ramadan/Coronavirus : L’imam Allamory Cissé invite au respect des mesures barrières

L'Imam Allamory Cissé au milieu. (Franck YEO)
L'Imam Allamory Cissé au milieu. (Franck YEO)
L'Imam Allamory Cissé au milieu. (Franck YEO)

Ramadan/Coronavirus : L’imam Allamory Cissé invite au respect des mesures barrières

Le 23/05/20 à 13:01
modifié 23/05/20 à 13:01
La communauté musulmane de Côte d’Ivoire a célébré ce samedi 23 mai 2020, la fête de l’Aïd-el-Fitr ou fête de Ramadan, marquant la fin du jeûne musulman sur l’ensemble du territoire national.

Cette année, la fête a été marquée par la pandémie à coronavirus à travers le monde entier. C’est pourquoi l’imam principal de la mosquée Sagbé-Antenne, à Abobo-derrière rail, Allamory Cissé, dans son sermon, a invité singulièrement la communauté musulmane à respecter scrupuleusement les mesures barrières édictées par le gouvernement pour freiner le Covid-19.

« Il n’y a pas de remède disponible à ce jour. Le seul remède possible, c’est le respect de ces mesures », a exhorté le guide religieux, qui en a profité pour dire merci au Chef de l’Etat, Alassane Ouattara et au Premier ministre Amadou Gon Coulibaly pour les mesures d’accompagnement octroyées aux personnes impactées par cette maladie.

L’imam Allamory Cissé a ensuite demandé à toute la communauté musulmane de prier pour le repos de l’âme du Cheick Boikary Fofana, décédé au cours du mois de jeûne suite au Covid-19. Aussi a-t-il rappelé que la fin du jeûne est essentiellement marquée par la prière de l’Aïd, mais aussi et surtout par la générosité envers les nécessiteux à travers la « Zakat Al Fitr» qui est une aumône versée à la fin du jeûne. Selon lui, cette aumône se fait avant la prière de l’Aïd,

Une vue des fidèles musulmans. (Franck YEO)



A l’en croire, cette aumône peut être pécuniaire ou composée d’aliments que l’on a l’habitude de consommer comme le recommande la religion. Il a en outre invité les musulmans à être des modèles pour leurs progénitures. « Apprenez-leur la religion comme il se doit », a-t-il déclaré, expliquant que l’Islam est une religion de paix, de pardon et de cohésion sociale.

« Celui qui connaît bien notre religion et la pratique normalement, ne peut faire du mal à une mouche à plus forte raison un humain », a conclu le guide religion, souhaitant ainsi une bonne fête à toute la communauté musulmane.



Le 23/05/20 à 13:01
modifié 23/05/20 à 13:01

LES + POPULAIRES

COVID-19/Santé sexuelle et reproductive des jeunes : Maintenir la vigilance ! Autonomisation de la femme/Phase 2 du projet Swedd : Mariatou Koné obtient le financement de la banque mondiale Solidarité Covid-19 : La banque mondiale se félicite de la gestion du ministère de la solidarité