Akwaba City/Droits coutumiers : 822 millions de Fcfa payés aux propriétaires terriens d’Ebimpé, précise Touré Ahmed Bouah

Touré Ahmed Bouah, Pdg de Sophia S.A et promoteur du projet Akwaba City. (DR)
Touré Ahmed Bouah, Pdg de Sophia S.A et promoteur du projet Akwaba City. (DR)
Touré Ahmed Bouah, Pdg de Sophia S.A et promoteur du projet Akwaba City. (DR)

Akwaba City/Droits coutumiers : 822 millions de Fcfa payés aux propriétaires terriens d’Ebimpé, précise Touré Ahmed Bouah

Le 06/05/20 à 05:42
modifié 06/05/20 à 05:42
Le président directeur général de Sophia S.A, Touré Ahmed Bouah, a révélé, ce mardi 5 mai 2020, que 822 millions de Fcfa ont été effectivement payés aux propriétaires terriens du village d’Ebimpé, dans le cadre du projet de la ville nouvelle dénommée Akwaba City, située sur l’axe Abobo-Anyama.

Le promoteur du projet Akwaba City s’exprimait à la faveur d’une conférence de presse dans les locaux de sa structure à Abidjan-Cocody les II Plateaux. Entouré de ses proches collaborateurs, Touré Ahmed Bouah n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour assener ses vérités. A l’en croire, les propriétaires terriens sont entrés en possession de leurs chèques contrairement à ce que veulent faire croire certaines personnes. « Chaque propriétaire terrien dûment identifié est venu retirer son chèque », a-t-il fait savoir, montrant le chèque des 822 millions de Fcfa dégagés pour la purge des droits coutumiers, répondant ainsi à ses détracteurs qui l’accusent d’arnaqueur. Pour lui, le projet Akwaba City, ne consiste pas à exproprier qui que ce soit de ses terres, mais plutôt à apporter le développement aux 33 villages concernés par ce projet d’envergure. Et principalement, les bénéficiaires du village d’Ebimpé sont au nombre de 55.

Par ailleurs, le patron de Sophia S.A, a également révélé que 800 hectares ont été réservés au village d’Ebimpé pour son extension future or le village lui-même n’a pas 150 hectares. « L’Etat est le propriétaire exclusif des terres ivoiriennes et non une quelconque communauté encore moins un chef de village et c’est lui qui garantit les droits coutumiers aux propriétaires terriens», a-t-il rappelé. « Mieux, nous avons décidé de payer à 6000 Fcfa le mètre carré de dommages et intérêts aux propriétaires terriens, là où la loi accorde 2000 Fcfa le mètre carré. Il y a environ 400 milliards de Fcfa à payer pour les droits coutumiers pour l’ensemble de l’opération», a souligné Touré Ahmed Bouah. Avant de noter que Sophia S.A est concessionnaire de l’Etat ivoirien en vue de l’aménagement de cet espace dans le cadre de l’extension de la ville d’Abidjan.

Il a en outre, expliqué que le projet d’aménagement d’Akwaba City qui va durer dix ans, c’est à-dire de 2020 à 2030, consiste entre autres ; au tracé et au bitumage des routes, l’adduction d’eau potable et l’électrification urbaine. Ces travaux vont coûter près de 2400 milliards de Fcfa. Outre ces infrastructures, le projet Akwaba City intègre la construction de près de 114 lycées et collèges, le marché de gros d’Abidjan, l’université ivoiro-canadienne, le palais de la culture d’Abidjan, l’abattoir international, la zone industrielle etc.

Cependant, Touré Ahmed Bouah a reconnu que la pandémie à coronavirus a un impact considérable sur l’exécution des différents travaux du projet mais ne saurait mettre à mal le projet.

Il a fait savoir que le projet Akwaba City a germé depuis le 12 mars 1998 et que 32 milliards de Fcfa ont été investis pour sa maturation, mais c’est en 2008 qu’il a effectivement démarré.

Le 06/05/20 à 05:42
modifié 06/05/20 à 05:42

LES + POPULAIRES

Ministère des Eaux et Forêts : Un programme de logements pour tous les agents a démarré Action sociale : Du matériel orthopédique remis aux personnes en situation de handicap Journée de mobilisation #JeVeuxSavoir : L’éducation complète à la sexualité pour prévenir les violences basées sur le genre