Lutte contre le Coronavirus: Plus de 26 millions de masques de protection sont arrivés hier

Le gouvernement entend mettre tout en œuvre pour mettre fin à la crise sanitaire en Côte d'Ivoire
Le gouvernement entend mettre tout en œuvre pour mettre fin à la crise sanitaire en Côte d'Ivoire
Le gouvernement entend mettre tout en œuvre pour mettre fin à la crise sanitaire en Côte d'Ivoire

Lutte contre le Coronavirus: Plus de 26 millions de masques de protection sont arrivés hier

Le 29/04/20 à 20:16
modifié 29/04/20 à 20:16
L’État de Côte d’Ivoire a réceptionné, ce mercredi, 26,5 millions de masques de protection. C’est ce qu’a indiqué hier, à la salle des Pas perdus de la Présidence, le ministre de la Communication et des Médias, Sidi Touré, porte-parole du gouvernement, lors de son point presse qui sanctionne chaque Conseil des ministres. ‘’Au titre du ministère de la Santé et de l’hygiène publique, le Conseil a entendu un point sur la situation concernant l’arrivage de masque de protection dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. C’est ainsi que le Conseil a été informé que depuis ce matin, 26,5 millions de masques ont été reçus. Nous restons attendre pour le lundi 20 autres millions de masques. Après cela, nous allons rentrer dans un rythme soutenu de 2 millions de masques qui se feront de manière régulière’’, a indiqué le porte-parole du gouvernement. Il a fait savoir aussi que la production locale de masques se renforce avec de nouveaux acteurs privés qui s’engagent. La distribution des masques démarrera la semaine prochaine. Le gouvernement s’appuiera, pour la circonstance, sur les maires. Dans son point, le porte-parole du gouvernement a également indiqué que les primes destinées à ceux qui sont en première ligne dans la lutte contre la pandémie ont commencé à être payées. Toujours dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, il est prévu une réunion du Conseil national de sécurité le 7 mai pour analyser la situation. Le Conseil a aussi entendu puis adopté une communication relative à la mise en œuvre du plan de riposte sanitaire et du plan de riposte économique, social et humanitaire.
Compte tenu du nombre croissant de personnes contaminées par le Covid-19, le gouvernement a décidé de maintenir et de renforcer le dispositif opérationnel de prévention et de prise en charge des malades prévu au Plan de riposte. Ainsi, l’état d’urgence instauré depuis le 23 mars est maintenu et prorogé jusqu’au 15 mai. De même que les mesures barrières induites. La stratégie d’isolement du Grand Abidjan, de détection précoce des malades avec des tests ciblés systématiques sur la population à risque et le suivi des contacts est en cours de consolidation avec la réalisation de nouveaux sites de prélèvement et de sites de soins. Ce dispositif devrait permettre de contenir la pandémie à Abidjan, de relever significativement le taux de guérison et de rompre la chaîne de contamination.

Le porte-parole du gouvernement a aussi informé de ce que le Conseil a décidé du plafonnement des prix de certains produits de grande consommation. Cette mesure, a fait savoir le ministre Sidi Touré, ‘’vise à lutter contre les pratiques spéculatives induites par la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Ainsi, après avis favorable de la commission de la concurrence, ce décret fixe, pour une période de trois mois, des prix plafonds pour certaines denrées de première nécessité à savoir le riz, le sucre, l’huile de table, la tomate concentrée et la viande. Toutefois, les commerçants sont autorisés, conformément au principe de la libre concurrence, de pratiquer des prix en deçà des prix maxima fixés’’.
La rencontre d’hier a permis aussi au gouvernement de décider du rapatriement de certains Ivoiriens. ‘’Le Conseil a adopté une communication relative au rapatriement des Ivoiriens retenus à l’extérieur, suite à la fermeture des frontières consécutive au Covid-19. Le Conseil a instruit le ministre des Affaires étrangères et l’ensemble des ministres concernés à l’effet de prendre les dispositions diligentes en vue de procéder au rapatriement des compatriotes retenus à l’extérieur du pays consécutivement au déclenchement du plan de riposte sanitaire lié à la pandémie de Covid-19. Cette opération concerne les nationaux Ivoiriens se trouvant au Cameroun, au Sénégal, au Maroc et en Tunisie, détenteurs de titres de transport acquis avant la fermeture des frontières et prêts à se soumettre aux mesures sanitaires en vigueur dans notre pays’’, a indiqué Sidi Touré.
Il a aussi été question, hier, de préservation de la forêt. Le Conseil a adopté un décret fixant les conditions de déboisement et de défrichement dans le domaine forestier national. Il soumet, en cohérence avec la politique de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts, le déboisement ou le défrichement à l’autorisation préalable de l’administration forestière en vue de préserver durablement le patrimoine national forestier résiduel. Toutefois, l’autorisation de déboisement ou de défrichement de forêt est assujettie au maintien d’au moins 30% d’état boisé de la superficie concernée.
Le Conseil a aussi adopté un autre décret qui définit les modalités de protection des forêts sacrées. Il vise, selon le ministre de la Communication et des Médias, ‘’à protéger toutes ces forêts naturelles d’environ 44 000 hectares, qui, par la force des us et coutumes, demeurent relativement bien conservées des phénomènes de déforestation. Il interdit, à cet effet, dans les forêts sacrées toute activité de déboisement ou de défrichement que constituent le prélèvement illicite de bois, les activités agricoles et minières ainsi que les feux de brousse. Il soumet, en outre, à autorisation préalable des communautés rurales concernées, les activités de recherche scientifique ainsi que le prélèvement et le ramassage de fruits et de produits forestiers ligneux dans les forêts sacrées’’.

Le 29/04/20 à 20:16
modifié 29/04/20 à 20:16