Crise sanitaire/Lutte contre le Coronavirus : Partis et hommes politiques font front commun

Mme Simone Gbagbo, ex-Première dame. (DR)
Mme Simone Gbagbo, ex-Première dame. (DR)
Mme Simone Gbagbo, ex-Première dame. (DR)

Crise sanitaire/Lutte contre le Coronavirus : Partis et hommes politiques font front commun

Le 28/03/20 à 11:58
modifié 28/03/20 à 11:58
Pour une fois, les partis politiques sont unanimes sur le fait que la lutte contre le Covid-19 prime sur les intérêts partisans.
Une fois n’est pas coutume ! Les partis ont mis de côté leurs intérêts et divergences politiques pour emboucher la même trompette, celle de la lutte contre le coronavirus. Aussi, les activités que mènent aujourd’hui personnalités politiques et certaines institutions de la République se résument-elles à la lutte contre cette maladie.

L’adresse à la nation du Chef de l’État, Alassane Ouattara, le 23 mars, annonçait les nouvelles mesures adoptées pour gérer la crise sanitaire. Il a porté à la connaissance des Ivoiriens huit mesures fortes, dont l’instauration d’un couvre-feu, la régulation des transports interurbains, intercommunaux, intra-communaux, l’interdiction des déplacements non autorisés entre Abidjan et l’intérieur du pays, la fermeture des maquis et restaurants.

Kobenan Kouassi Adjoumani, porte-parole du Rhdp. (DR)
Kobenan Kouassi Adjoumani, porte-parole du Rhdp. (DR)



Relativement aux institutions, les députés de l’Assemblée nationale ont mis la main à la poche. En octroyant cinq pour cent de leurs indemnités aux contribuables ivoiriens pour leur permettre de faire face à la pandémie. 30 millions de F Cfa ont été mobilisés à cet effet.

En ce qui concerne les formations politiques, les différents animateurs ont vite fait de mettre en stand-by leurs traditionnelles activités, les meetings et autres rassemblements d’envergure. En lieu et place, ils mènent des opérations de lutte et de sensibilisation contre la pandémie.

En première ligne dans cette guerre de tranchée, le porte-parole du Rhdp, Kobenan Kouassi Adjoumani, ne finit pas de multiplier les actions : appel au respect des mesures d’urgence, interpellation des citoyens. « En Côte d’Ivoire, il y a des citoyens qui n’ont pas compris l’urgence de la situation. Laquelle doit appeler à une mobilisation sans faille, à une mutualisation des forces et des intelligences du pays», a-t-il fait remarquer, jeudi.

Pascal Affi N'Guessan, président du Fpi. (DR)
Pascal Affi N'Guessan, président du Fpi. (DR)



Rhdp, Pdci, Fpi...Les partis politiques de l’opposition n’ont pas attendu longtemps pour jouer leur partition. Dans une déclaration, le 21 mars, Affi N’Guessan, président du Fpi, a appelé à la « mobilisation de tous, entreprises, travailleurs, parents d’élèves, syndicats, commerçants et autres, dans le cadre d’un Comité national de gestion multisectorielle». Il a préconisé, notamment, l’instauration de l’Etat d’urgence, le confinement.

Simone Gbagbo, l’ex-Première dame, a aussi fait une déclaration dans laquelle elle a longuement attiré l’attention des Ivoiriens sur les enjeux de la lutte.

Le Pdci-Rda, pour sa part, a lancé des émissions spéciales sur sa WebTV pour une sensibilisation à grande échelle, aussi bien de ses militants que de l’ensemble des Ivoiriens.

En outre, un ensemble de plateformes internet, proches de ce parti, a engagé une campagne tous azimuts contre le fléau. Aussi invitent-elles des professionnels de la santé issus du Pdci-Rda pour expliquer, sensibiliser et parler des mesures et des décisions adoptées par l’État.

Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire exécutif du Pdci-Rda. (DR)
Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire exécutif du Pdci-Rda. (DR)



De fait, les activités sur l’échiquier politique ivoirien ont pris cette nouvelle tournure. Une réponse à la mise en œuvre des recommandations du Conseil national de sécurité (Cns), au terme de sa réunion du 16 mars. En effet, en son point huit, le communiqué du Cns interdit les «rassemblements de populations de plus de 50 personnes pour une période de 15 jours renouvelable».

En réalité, chaque homme politique, tout comme l’ensemble des partis politiques, a compris que la lutte contre le coronavirus est avant tout une question de survie et d’intérêt national. C’est pourquoi, ils ont opté pour la mobilisation et la sensibilisation. Ils ont compris que ce qui est important, c’est que face au péril de la nation, l’intérêt national commande qu’on soit unis et solidaires.



Le 28/03/20 à 11:58
modifié 28/03/20 à 11:58

LES + POPULAIRES

Cocody-Angré : Un commissaire de la PJ tué dans des échanges de tirs avec des braqueurs Décès du ministre Sidiki Diakité: Dominique Ouattara exprime la compassion du couple présidentiel à la famille éplorée Cour d’appel d’Abidjan : 6291 dossiers enregistrés pendant l’année judiciaire 2019-2020