Lutte contre la pauvreté: La Bad et Côte d’Ivoire Énergies lancent un projet de 534 millions de Fcfa

Les autorités et les bénéficiaires ont posé pour la postérité. (DR)
Les autorités et les bénéficiaires ont posé pour la postérité. (DR)
Les autorités et les bénéficiaires ont posé pour la postérité. (DR)

Lutte contre la pauvreté: La Bad et Côte d’Ivoire Énergies lancent un projet de 534 millions de Fcfa

Le 20/03/20 à 16:28
modifié 20/03/20 à 16:28
Le préfet de Danané, Dainé Bassikima, a présidé le 11 mars à l’hôtel Les cascades de Man, la cérémonie officielle de lancement du projet d’appui à l’autonomisation des personnes vulnérables (femmes et jeunes) dans les régions du Cavally, du Guémon et du Tonkpi dans le District des montagnes. C’est une initiative de Côte d’Ivoire Énergies mise en œuvre par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao).

Le projet, estimé à 534 millions de Fcfa (1 068 000 dollars), est une composante du Projet du Réseau électrique de transport et de distribution (Pretd) financé par la Banque africaine de développement (Bad) à hauteur d’environ 90 milliards de Fcfa. Il vise à raccorder 20 000 foyers au réseau électrique dans 252 localités.

À l’occasion, Raymond Kitandala Luhana, chef de projet à la Bad, a indiqué que c’est l’une des actions de l’institution financière panafricaine en faveur du renforcement de l’inclusivité de la forte croissance que la Côte d’Ivoire a enregistrée depuis près d'une décennie maintenant. « À travers ce projet, la Bad s’engage à accompagner la politique nationale de redistribution des fruits de la croissance », a-t-il déclaré.

Raymond Kitandala Luhana a rappelé l’importance pour la Banque de faire en sorte que l’énergie soit accessible pour soutenir le dispositif de production. Olivier Koffi, chef de projet à Côte d’Ivoire Energies, a expliqué "qu’il s’agit de la construction de plusieurs ouvrages dont deux nouveaux postes de haute tension à Duékoué et Zagné".

Ces deux localités bénéficieront également d’un renforcement de leur réseau de distribution, en plus de la ville de Taï. À cela s’ajoute la construction d’une ligne de moyenne tension de 40 km reliant Zagné et Taï. Relativement à la composante sociale, Olivier Koffi a fait savoir que le choix de Côte d’Ivoire Énergies s’explique par le fait que les conditions sont réunies pour la culture du riz, du manioc et la pisciculture. D’où l’opportunité de relancer le projet piscicole Bad Ouest qui a dû s’arrêter en 2002 du fait de la crise sociopolitique.

Justifiant l’opportunité du projet d’appui aux personnes vulnérables, Samy Gaïji, représentant résident de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) en Côte d’Ivoire, a indiqué que « les zones rurales du District des montagnes connaissent une situation d’inégalité basée sur le genre » et que « cela se traduit par les difficultés de celles-ci (les femmes) et des jeunes à accéder aux ressources et disposer de revenus décents ».

Le disant, Samy Gaïji s’est appuyé sur la récente étude de référence qui indique que les ménages bénéficiaires composés en moyenne de cinq personnes ne disposent que de 860 Fcfa par jour pour vivre, loin en dessous du seuil de pauvreté. Le représentant résident de la Fao a ajouté à ces raisons les pertes estimées à plus de 25 % enregistrées par les vendeuses de poisson, notamment de Duékoué et Gbapleu, du fait du manque de chambres froides.


Le 20/03/20 à 16:28
modifié 20/03/20 à 16:28

LES + POPULAIRES

Gbon : Kandia Camara offre une ambulance et un véhicule de commandement au Sous-Préfet. COVID-19/France : le Conseil scientifique appelle à se préparer à un retour du coronavirus à l'automne COVID-19/Djibouti : brusque hausse du taux de positivité (ministère)