Forces armées : Le chef d’état-major rêve d’au moins 15% de femmes dans les unités d’intervention






Celles-ci, relativement à la Journée internationale de la femme, ont fait des exercices de marche sportive. (PHOTO : DR)
Celles-ci, relativement à la Journée internationale de la femme, ont fait des exercices de marche sportive. (PHOTO : DR)
Celles-ci, relativement à la Journée internationale de la femme, ont fait des exercices de marche sportive. (PHOTO : DR)

Forces armées : Le chef d’état-major rêve d’au moins 15% de femmes dans les unités d’intervention

Le 11/03/20 à 09:37
modifié 11/03/20 à 09:37
Le général de corps d’armée, Lassina Doumbia, a salué, hier, les prouesses réalisées par la gent féminine au sein de l’armée. Il a profité de la célébration de la Journée internationale de la femme par le personnel féminin des Forces de défense et de sécurité (Fds), à la place d’armes du camp Galliéni au Plateau, pour exalter les dames en treillis qui, de par leurs combativité et actions décisives, montrent qu’elles ont leur place dans un corps de métier classé originellement comme une fonction d’homme.

Fort de cette réalité, le chef d’état-major dira: « Je voudrais partager un rêve avec vous. C’est d’avoir au moins 15% des femmes dans les unités d’intervention, dans nos unités combattantes pour que je puisse aisément déployer les bataillons dans les opérations de maintien de la paix. Parce que c’est cette exigence qui est imposée par l’Onu. J’avoue qu’à ce niveau, j’ai du mal à remplir mon contrat. Je vous invite, au cours de cette journée, à réfléchir à cela ». Les femmes, en tenue de sport, étaient rassemblées devant lui à la place d’armes Ouattara Thomas D’Aquin. Celles-ci, pour marquer cette journée, ont préféré organiser une activité sportive, constituée d’étirement, d’échauffement, de marche dans l’enceinte de l’état-major.

Le général de corps d’armée, Lassina Doumbia, a fait savoir qu’il est de la génération qui a vu les femmes arriver dans l’armée et réussir dans le métier. Pour lui, on trouve la femme dans tous les corps d’armée comme la Douane, les Eaux et Forêts, la gendarmerie et même l’École militaire préparatoire et technique (Empt) où les jeunes filles désormais admises dans ce prestigieux institut de formation militaire, excellent.

Il a, par ailleurs, déclaré que son vœu, relativement au plaidoyer fait par les femmes en armes, c’est d’avoir au moins 10% de femmes dans la chaîne de commandement. « C’est ensemble que nous devons mener cette bataille », a-t-il déclaré. Avant de leur conseiller de refuser de se cantonner dans des tâches de secrétariat, de serveuse de café ou d’hôtesse.

Koua Mailley Myriam, porte-parole des femmes soldats, a soutenu que la commémoration de la Journée internationale des droits de la femme a pour objectif de rendre hommage aux femmes battantes, mais c’est aussi une occasion pour le personnel féminin des Fds de réfléchir sur les réalités auxquelles elles sont souvent confrontées, surtout quand il s’agit d’évoluer dans un univers d’hommes.

Elle a fait savoir que le thème de cette édition qu’elles commémorent « Je suis de la génération égalité : levez-vous pour les droits des femmes ». Par cette thématique, Koua Mailley Myriam a indiqué que ses ‘’ sœurs’’ et elle veulent s’identifier par des actes de courage et de détermination dans leur travail de tous les jours et aussi amener toutes les parties prenantes à franchir le pas dans tous les domaines d’activité vers l’égalité des sexes.

Le 11/03/20 à 09:37
modifié 11/03/20 à 09:37

LES + POPULAIRES

Religion/Sanctuaire Notre Dame de la Garde de Bonoua : La sacristie vandalisée Après les événements de Dabou : La compassion du Sénateur Gabriel Yacé aux familles éplorées Religion : Les musulmans célèbrent, mercredi, le Maoulid