Emploi décent des jeunes : Des organisations nationales et internationales en concertation sur l’évaluation des programmes.

Une photo de famille des participants pour immortaliser la rencontre.(DR)
Une photo de famille des participants pour immortaliser la rencontre.(DR)
Une photo de famille des participants pour immortaliser la rencontre.(DR)

Emploi décent des jeunes : Des organisations nationales et internationales en concertation sur l’évaluation des programmes.

Le 08/03/20 à 19:08
modifié 08/03/20 à 19:08
Un atelier s’est tenu le 5 mars, à l’initiative de l’Ong internationale Innovations For Poverty Action (IPA) en partenariat avec le BIT et l’AFD.
L’évaluation de l’impact des différents programmes d’emploi et d’insertion des jeunes, initiés dans les Etats de la sous-région ouest-africaine était au centre d’un atelier de trois jours, qui s’est tenue du 3 au 5 mars, à l’Hôtel Azalaï, à Marcory. Initiée par l’Ong internationale Innovations For Poverty Action (IPA) en partenariat avec le Bureau international du Travail (BIT) et l’Agence française de Développement (AFD), cette rencontre de réflexion et de partage d’expériences, a enregistré une trentaine de participants issus de diverses banques, universités, associations, agences et autres structures nationales et internationales.

La cérémonie officielle s’est tenue le Jeudi 5 mars, en présence du directeur général de l’Emploi, Franck Dogoh, représentant le ministère de l’Emploi et de la Protection sociale de Côte d’Ivoire. Celui-ci a salué cette initiative qui, estime-il, permettra de renforcer les capacités des participants, de sorte qu’ils soient capables de mieux évaluer l’impact de leurs actions sur le terrain. « La question de l’emploi des jeunes est l’un des défis majeurs de notre époque. Les jeunes représentent aujourd’hui, plus de la moitié de la population mondiale. Par conséquent, leur accès aux ressources financières et matérielles conditionne largement la paix et la justice entre les peuples », a-t-il affirmé.

Le directeur de l'emploi, Franck Dogoh (à l'extrême droite) avait à ses côtés les principaux initiateurs de l'atelier. (DR)



Le Dg de l’emploi a également noté que la Côte d’Ivoire a initié une politique nationale de l’emploi sur la période 2016-2020. Ainsi qu’une stratégie nationale pour l’insertion et l’emploi des jeunes. « L’objectif de cette politique nationale de l’emploi est de contribuer à créer beaucoup plus d’emplois décents », a-t-il poursuivi. « Cependant, dira-t-il, force est de constater le manque de données probantes en matière d’emploi des jeunes. On ne dispose que de données limitées sur l’efficacité et l’impact des différents programmes d’insertion des jeunes. Seulement 12% sur au moins 600 programmes ont fait l’objet d’une évaluation d’impact », a-t-il relevé. Avant d’ajouter : « Il est donc nécessaire de mettre en place des système d’évaluation efficaces, qui viseront à découvrir les aspects qui fonctionnent bien avec les différents programmes d’emploi, et de renforcer les institutions, en leur fournissant des données probant, sur ce qui contribue ou non, à lutter contre le problème du chômage sur le continent ».

Pour sa part, Sophie de Coninck, Directrice de bureau de pays de l’OIT pour la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Togo, a souligné que cet atelier avait pour but de permettre aux organisations présélectionnées de retravailler leurs propositions d’évaluation, avec l’accompagnement d’experts et de réfléchir à son financement et à sa mise en œuvre. L’atelier comprend aussi une récapitulation du matériel théorique sur comment mener sa propre évaluation. « Plus spécifiquement, dira-t-elle, l’initiative vise la stimulation de la réflexion innovatrice et la mobilisation des ressources pour des investissements plus nombreux et de meilleure qualité dans le cadre de l’emploi des jeunes. En somme, l’initiative se veut une plateforme unique qui permet de répondre à la fragmentation des investissements et de promouvoir des solutions novatrices aux nombreux défis de l’emploi des jeunes ». Elle a aussi mentionné qu’à la suite de cet atelier d’approfondissement, les 11 organisations présélectionnées seront invitées à soumettre une seconde proposition aux organisateurs et experts pour un financement exploratoire de leur évaluation », a-t-elle affirmé.



Le 08/03/20 à 19:08
modifié 08/03/20 à 19:08

LES + POPULAIRES

Fonction publique/Opération contrôle physique de présence : La phase des réclamations s’ouvre le lundi 8 juin Réponse à la Covid-19 : Le chef de l'ONU appelle à la solidarité et à un "vaccin des peuples" contre le virus Covid-19 : L'OMS reprend les essais cliniques sur l'hydroxychloroquine