Débarcadère de Sassandra: Moussa Dosso salue son impact sur la vie des populations

Le ministre de Ressources animales et halieutiques, Moussa Dosso. (DR)
Le ministre de Ressources animales et halieutiques, Moussa Dosso. (DR)
Le ministre de Ressources animales et halieutiques, Moussa Dosso. (DR)

Débarcadère de Sassandra: Moussa Dosso salue son impact sur la vie des populations

Le 27/02/20 à 13:14
modifié 27/02/20 à 13:14
Dans la région du Gbôklè, la pêche constitue l’un des piliers de développement avec plus de 2000 pêcheurs, 1227 mareyeuses et fumeuses. A cela, il faut ajouter 400 pirogues motorisées pour une production d’environ 5000 tonnes par an.

Construit sur une superficie d’1 ha pour 300 vendeuses, le débarcadère de Sassandra s’inscrit dans le cadre de la politique de développement du secteur halieutique initiée par le ministre Moussa Dosso, qui quelques jours après l’inauguration du débarcadère, salue l’impact de cette infrastructure sur le quotidien des populations.

En initiant ce projet, le ministère des Ressources animales et halieutiques est en phase avec les réformes en cours en vue d’exploiter davantage les ressources halieutiques. Il vise également à améliorer le cadre de vie de la population. En d’autres termes, cet ouvrage va garantir une meilleure exploitation des ressources halieutiques, en apportant plus de valeur ajoutée aux produits de la pêche artisanale et surtout la sécurité dans la chaîne de production et d’acheminement.

Une vue de l'infrastructure. (DR)
Une vue de l'infrastructure. (DR)



« Le débarcadère de Sassandra, un acte concret de long terme en ce qui concerne la réduction de la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie des pêcheurs et de leurs familles », s’est réjoui le ministre Moussa Dosso, soulignant, la baisse du taux de perte post-capture qui est de l’ordre de 40% et les milliers d’emplois directs et indirects sont ainsi créés.

Poursuivant, il a indiqué que grâce à ce débarcadère, les acteurs de la pêche ont accès à un bureau des services des pêches pour accomplir les charges et services administratifs.

Pour rappel, c’est le 8 décembre 2017 que la première pierre a été posée par le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly qui a d’ailleurs procédé à son inauguration le vendredi 14 février 2020, lors d’une visite de travail de trois jours qu’il effectuait dans la région. Coût du projet estimé à plus de 7 milliards de Fcfa.



Le 27/02/20 à 13:14
modifié 27/02/20 à 13:14

LES + POPULAIRES

Conférence sur l’hygiène intime : Une experte s’adresse aux femmes Tunisie: La dépouille d’une Ivoirienne rapatriée grâce à une prise en charge de Tunisiens en Côte d’Ivoire Période de fêtes/Campagne de Sensibilisation : L’OSER à fond contre l’alcool au volant