Présidentielle 2020: L’Ua instruit l’Afrique du Sud sur le processus électoral

La Représentante de l’Ua, Joséphine Charlotte Mayuma Kala et N’Dumiso Ntshinga (à sa droite) conduisant la délégation sud-africaine, ont échangé sur la situation socio-politique en Côte d’Ivoire. (DR)
La Représentante de l’Ua, Joséphine Charlotte Mayuma Kala et N’Dumiso Ntshinga (à sa droite) conduisant la délégation sud-africaine, ont échangé sur la situation socio-politique en Côte d’Ivoire. (DR)
La Représentante de l’Ua, Joséphine Charlotte Mayuma Kala et N’Dumiso Ntshinga (à sa droite) conduisant la délégation sud-africaine, ont échangé sur la situation socio-politique en Côte d’Ivoire. (DR)

Présidentielle 2020: L’Ua instruit l’Afrique du Sud sur le processus électoral

Le 25/02/20 à 17:04
modifié 25/02/20 à 17:04
Une délégation du ministère des Relations internationales et de la Coopération de l’Afrique du Sud a échangé le 25 février 2020 avec la Représentante de l’Union africaine (Ua), Joséphine Charlotte Mayuma Kala. Elle était conduite par l’ambassadeur N’Dumiso Ntshinga, sous-directeur général pour l’Afrique.

Après plus d’une heure d’entretien au siège de la commission de l’Ua aux II-Plateaux-Les Vallons, Mayuma Kala a confié que les responsables de la délégation étaient là pour prendre des informations sur la conduite du processus électoral en Côte d’Ivoire. « Nous avons dit à notre invité qu’il y a eu la mise en place de la nouvelle Commission électorale indépendante (Cei). Nous avons dit également qu’il y a lieu de noter la volonté exprimée par toutes les parties prenantes en Côte d’Ivoire.

Le dialogue politique initié par le gouvernement, les formations et groupements politiques et la société civile témoignent de ce fait. Quelle que soit la situation, l’Ua prône le dialogue. Il vaut mieux se retrouver à la table des négociations pour trouver une solution au problème qui se pose », a-t-elle confié.

La Représentante de l’Ua a déclaré que cette visite de N’Dumiso Ntshinga est tout à fait légitime dans la mesure où c’est le Président sud-africain, Cyril Ramaphosa, qui a été porté le 9 février à Addis Abeba, en Éthiopie, à la tête de l’Ua lors de la dernière réunion des chefs d’État et de gouvernement de cette organisation africaine.

En cette qualité, à l’en croire, celui-ci se préoccupe de l’organisation des élections cette année dans les pays de la sous-région. Et que c’est ce qui justifie la présence de son émissaire à Abidjan.

Joséphine Charlotte Mayuma Kala a, en outre, indiqué que l’Ua attache beaucoup d’importance à l’expression des peuples à travers une élection démocratique, transparente et sans effusion de sang.

Pour relever ce défi, elle a informé que cette organisation des États africains fera l’observation de ce scrutin en Côte d’Ivoire comme elle l’avait fait en 2010, et compte appuyer la Cei à travers une série de formations qu’elle veut réaliser avec d’autres partenaires comme les Nations unies. Elle s’est inquiétée qu’à quelques mois de l'échéance électorale, il y ait une escalade de violence verbale. Elle a, dans cette veine, appelé les uns et les autres à la retenue, à privilégier l’intérêt national.


Le 25/02/20 à 17:04
modifié 25/02/20 à 17:04

LES + POPULAIRES

Lutte contre l’insalubrité : Sept organisations de la société civile récompensées Covid 19 : L’opération « les classes citoyennes » concerne plus de 18 millions de personnes En mémoire aux victimes des crises survenues : La Côte d’Ivoire institue une « Journée nationale du pardon et du souvenir »